“Notre objectif est de promouvoir les échanges scientifiques en ligne.” Entretien avec Georgios Chatzoudis

Mareike König : Vous êtes directeur de la rédaction en ligne de « L.I.S.A. – Le portail scientifique de la Fondation Gerda Henkel ». Qu’est-ce que c’est exactement, ce portail ?

Georgios Chatzoudis : J’espère être en mesure de l’expliquer en peu de mots de manière claire et compréhensible. Le mieux bien sûr étant d’aller faire un tour sur L.I.S.A., car le portail est conçu de telle façon que, autant que possible, une chose découle de l’autre. Mais essayons : le portail scientifique L.I.S.A. est une plate-forme multimédia interactive qui s’adresse à tous ceux qui s’intéressent aux sciences humaines historiques – c’est-à-dire par exemple à l’histoire, à l’archéologie, à l’histoire de l’art, ou aussi aux sciences de l’Islam. En cela, L.I.S.A. rend compte de la totalité de l’activité de la Fondation Gerda Henkel, laquelle n’apporte son soutien qu’à des disciplines relevant des sciences humaines historiques. Être enregistré sur L.I.S.A. permet de rédiger ses propres contributions sous toutes les formes disponibles dans le monde numérique actuel : texte, images, galeries d’images, fichier audio, vidéo.

Par le biais de L.I.S.A., notre objectif est de promouvoir les échanges scientifiques en ligne et de faire partager à un public intéressé les processus et le produit du travail scientifique. Nous sommes en effet convaincus que le monde numérique va modifier tant la communication du savoir que les modus operandi de la science – voire la science elle-même. Pourquoi sommes-nous portés par cette conviction ? Parce que les formes de communication digitales ont à un tel point imprégné notre vie quotidienne, que la science ne restera certainement pas à l’écart de cette évolution. La question n’est donc pas de savoir si l’évolution numérique va modifier la science, ses techniques, ou ses formes de communication, mais bien de savoir comment. Loin d’être réglée, la question fait l’objet d’intenses discussions entre les parties prenantes. Autrement dit : en participant maintenant, vous pouvez influer sur le processus. En tant que promoteur des sciences, notre institution y voit une fabuleuse opportunité pour tester et développer de nouvelles formes de communication scientifique.


Page d’accueil du portail L.I.S.A.

Mareike König : À qui L.I.S.A. s’adresse-t-elle ?

Georgios Chatzoudis : Sur cette question-là aussi nous avons évolué. Tout d’abord, la fondation avait envisagé une sorte d’intranet pour les boursiers mais, dès la phase d’élaboration, voyant bien que cette orientation était par trop restrictive, nous avons ouvert le portail à un plus large public. Le succès médiatique rencontré lors du lancement du projet  a attiré l’attention sur L.I.S.A., et beaucoup ont souhaité participer. Ce qui fait qu’entre-temps L.I.S.A. est ouverte à tous ceux qui s’intéressent à l’histoire, à l’archéologie, et aux sciences humaines en général.

Ce en quoi le public que nous visons s’avère très hétérogène – du boursier, bachelier, étudiant, intervenant scientifique, chargé de cours, professeur d’université, jusqu’au naturaliste ou à l’ingénieur qui s’intéresse en passant à l’histoire de l’art ou du droit.  À la rédaction, en tous cas, nous ne posons pas de limites et nous nous réjouissons si des sujets relevant des sciences humaines historiques sont publiquement exposés, discutés, échangés.

Mareike König : Quelles opportunités la plate-forme offre-t-elle à l’expert en sciences humaines ?

Georgios Chatzoudis : Elles sont très diverses et protéiformes – la plus simple étant la « contribution normale » sous forme de texte, d’illustration, de musique ou de vidéo. Le principe des blogs est respecté – la contribution la plus récente apparaît en haut jusqu’à la publication d’une nouvelle contribution. Chacun peut, bien entendu, commenter cette contribution.

De plus, notre portail dispose d’un espace collaboratif appelé L.I.S.A.teamwork. Des scientifiques peuvent s’y regrouper pour échanger sur leurs travaux au sein d’une aire fermée à laquelle eux seuls ont accès (passivement ou activement). Les membres d’un tel groupe ont par exemple la possibilité de télécharger et d’archiver des documents, des images, ou des vidéos.

Mareike König : L.I.S.A. a été initiée en 2010 : quel bilan tirez-vous au bout de deux années ?

Georgios Chatzoudis : Nous sommes assez satisfaits : depuis ses débuts le 23 février 2010, L.I.S.A. a fait l’objet de 13.5 millions de connections. Au bout d’un an, nous n’en étions encore qu’à un million. Jusqu’ici, plus de 500 membres se sont inscrits. Notre lettre hebdomadaire atteint actuellement presque mille abonnés. Le nombre de contributions, après deux ans d’activité, a aussi considérablement augmenté – actuellement le portail affiche presque 600 articles. Ce qui est très positif pour nous, est le fait que le taux de contributions extérieures, c’est-à-dire celles qui ne sont pas le fait de la rédaction, est en constante augmentation. C’est pour nous un indicateur important non seulement de la perception de L.I.S.A., mais surtout de sa vitalité. D’autant qu’en règle générale, les obstacles à franchir avant de publier sa propre contribution sont plutôt élevés.

Une raison de la portée croissante de L.I.S.A. est à chercher dans un multiplicateur d’importance qui explique l’explosion des chiffres au cours d’une seule année : la présence et l’utilisation des réseaux sociaux comme Facebook, Twitter, ou GooglePlus.

Mareike König : Quelles sont, sur L.I.S.A., les contributions les plus consultées, et à quoi, selon vous, cela est-il dû?

Georgios Chatzoudis : J’ai moi-même été étonné lorsque, cliquant sur le filtre « contributions les plus lues », j’ai constaté qu’actuellement c’est un article d’une boursière qui est en tête avec 70.000 appels. Elle y traite de son projet de thèse de doctorat d’archéologie – en langue anglaise. Ce dernier paramètre pourrait bien être une des raisons pour lesquelles cette contribution a été appelée particulièrement souvent. Pour notre part, c’est une bonne raison de plus pour proposer la surface de L.I.S.A. en deux langues, anglais et allemand. Par contre, les contributions elles-mêmes n’apparaissent que dans la langue dans laquelle elles ont été publiées. Les places deux et trois également sont occupées par des interventions en anglais avec plus de 60.000 appels pour chacune, les auteurs étant, là aussi, des boursiers.

Encore plus fréquemment, toutefois, ont été appelés nos films sur la rubrique L.I.S.A.video. L’idée sous-jacente : des scientifiques dont les projets ont été soutenus par la fondation Gerda Henkel ont filmé eux-mêmes leur travail scientifique. À partir de la matière première ont été ensuite produites des vidéos professionnelles que nous avons publiées par épisodes. L’objectif étant – et restant – d’appréhender le travail, par exemple, d’un archéologue ou d’une historienne d’art, depuis leur propre perspective. Les chercheuses et chercheurs, n’ayant pas à se tenir à un scénario et aux instructions d’une maison de production, étaient à la fois scénaristes et équipe de tournage. Ils décidaient de ce qui devait être montré ou non. Les quatre-vingts épisodes de la première équipe ont été à ce jour appelés presque un million de fois – rien que le projet archéologique de Kalapodi (Grèce) autour du Professeur Wolf-Dieter Niemeier a été vu plus de 110.000 fois.


Page accueil de L.I.S.A.vidéo

Le vif intérêt suscité par L.I.S.A.video s’explique par le fait que la science (ou des projets concrets de recherche) est montrée par le film, devenant ainsi plus facilement abordable par beaucoup. De plus, la toile étant pour ainsi dire accro à la vidéo, pourquoi ne pas mettre aussi à la disposition de la communauté en ligne des films à contenu scientifique ?

Fondamentalement, et pour résumer : une contribution rencontre le succès si elle est bien écrite, qu’elle fait preuve d’audace dans l’utilisation d’une langue précise et concise, qu’elle ose la multiplicité des médias, qu’elle est parlante visuellement – par exemple en illustrant le contenu par l’image –  et est ensuite portée par une promotion intelligente, en particulier par les réseaux sociaux.

Mareike König : Quel avenir pour L.I.S.A. ? Dans quelle direction la plate-forme va-t-elle se développer ?

Georgios Chatzoudis : Pour nous, L.I.S.A. est encore aujourd’hui – même après plus de deux ans d’existence – une expérience dont nous ajustons chaque jour les réglages. Nous sommes très ouverts aux suggestions de nos utilisateurs visant à simplifier la navigation sur le portail ou à créer de nouvelles rubriques ou catégories. C’est ainsi qu’entre autres est né l’espace collaboratif L.I.S.A.teamwork.

Au-delà de ça, nous nous efforçons de nous maintenir autant que possible en phase avec les évolutions du monde numérique. C’est loin d’être simple, vu la rapidité des mutations numériques. Nous avons ainsi créé dernièrement  L.I.S.A.mobil, la version smartphone de notre portail, d’une architecture dégraissée, avec en retour des structures très lisibles.

De plus, nous voulons prochainement aménager l’espace L.I.S.A.Lecture. Il s’agit là d’enregistrer nous-mêmes, en les retouchant, une sélection de cours ou de conférences en ligne. Cela concerne également nos discussions d’experts sur L.I.S.A.live, auxquelles les utilisateurs peuvent participer par leurs questions. Pourquoi construisons-nous cet espace ? Le nombre de clics nous indique que les experts sur la vidéo en ligne sont très recherchés. C’est ainsi que l’enregistrement de notre L.I.S.A.live-Chat avec l’islamologue Gudrun Krämer a été vu à ce jour 40.000 fois. Mais cela signifie aussi que les scientifiques jouissent tant sur l’internet que de par leurs interventions scientifiques sur la toile d’une résonnance autrement plus grande que dans un amphithéâtre ou à l’occasion d’un débat rassemblant, peut-être, cent personnes.

Un dernier espace auquel nous allons consacrer plus de forces dans le futur est la publication numérique et l’archivage de monographies scientifiques – mot d’ordre : open access.

Que souhaiter encore pour le futur ? Une communauté de lecteurs, contributeurs, et commentateurs en croissance continue, s’intéressant d’une part à des sujets tournant autour des sciences humaines, d’autre part à leur diffusion. Pour cela, nous souhaitons avant tout étendre notre mise en réseau avec des portails analogues et autres lieux de la toile, stimuler de nouvelles coopérations, renforcer les existantes. L’objectif, de notre point de vue, doit être de fédérer les énergies qui enfin mettront en branle un bloc jusqu’ici quelque peu inerte : les sciences humaines sur la toile – en ligne, interactives, et multimédiales.

Georgios Chatzoudis a répondu aux questions par écrit.

______________________________________________________

Links

L.I.S.A. – Das Wissenschaftsportal der Gerda Henkel Stiftung  http://www.lisa.gerda-henkel-stiftung.de

L.I.S.A.teamwork http://www.lisa.gerda-henkel-stiftung.de/lisa_teamwork.php?nav_id=36

L.I.S.A.Newsletter http://www.lisa.gerda-henkel-stiftung.de#newsletter

Rubrik L.I.S.A.video http://www.lisa.gerda-henkel-stiftung.de/videos_projects.php?nav_id=32&season=3592

Expertenchats bei L.I.S.A. http://www.lisa.gerda-henkel-stiftung.de/live.php?nav_id=1274

 

D’autres entretien sur ce blog

« Les grandes langues scientifiques doivent être préservées ». Entretien avec Hinnerk Bruhns, 20/02/2012. http://dhiha.hypotheses.org/507

 

Mareike König

Mareike König ist Historikerin und arbeitet u.a. über deutsch-französische Beziehungen im 19. Jahrhundert. Sie leitet die Abteilung Digital Humanities und die Bibliothek des Deutschen Historischen Instituts Paris. Sie ist außerdem Leiterin der Redaktion des deutschsprachigen Blogportals für die Geisteswissenschaften de.hypotheses.org.

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook


2 réponses

  1. 17/05/2014

    […] d’un colloque dont nous vous reparlerons très prochainement ici, DHIHA vient de publier un entretien avec Georgios Chatzoudis, directeur de la rédaction en ligne de « L.I.S.A. – Le portail scientifique de la […]

  2. 17/05/2014

    […] d’un colloque dont nous vous reparlerons très prochainement ici, DHIHA vient de publier un entretien avec Georgios Chatzoudis, directeur de la rédaction en ligne de « L.I.S.A. – Le portail scientifique de la […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.