Révolutionnaire, disruptif ou simplement en train de se répéter ? Retracer l’histoire de l’histoire numérique #dhiha9

Organisé par : Mareike König (Institut historique allemand, IHA), Julianne Nyhan (TU Darmstadt), Sébastien Poublanc (université Toulouse Jean Jaurès), Jane Winters (School of Advanced Study), Gerben Zaagsma (C2DH)
Date : du mercredi 23 à 14h au vendredi 25 octobre 2024 à 13h
Lieu : Institut historique allemand Paris
Langue de travail : Anglais (Français et Allemand possible, la présentation doit précirculer en Anglais)
Pour toute demande de renseignements : dh@dhi-paris.fr
Mise à jour : date limite prolongée :

Déposez votre proposition de communication jusqu’au 31 janvier 2024 ici : http://conftool.pro/history-of-digital-history-2024

Participation libre. Présentation et participation sur place ou en distanciel.

L’informatique dans les sciences humaines et sociales, arts, lettres et langues (SHS-ALL), est loin d’être un phénomène nouveau, mais les généalogies diverses de ce que l’on nomme l’histoire numérique ne semblent n’avoir qu’une faible résonance auprès des historiennes et historiens du champs. Une décennie plus tôt, Turkel et al. observaient que « l’histoire numérique manque actuellement d’une historiographie bien établie »1 et à en juger par les observations d’Adam Crymble sur « l’angle mort des historiens numériques » relatif à leur propre passé, nous avons encore du chemin à parcourir.2 Ce constat n’est pas propre à l’histoire numérique : comme Nyhan, Flinn et Welsh l’ont indiqué, une grande partie du discours sur les humanités numériques des vingt dernières années se caractérise par l’usage d’une rhétorique qui insiste l’aspect « révolutionnaire » du numérique, gommant ainsi l’histoire complexe de l’informatique dans les SHS-ALL.3

En conséquence, il semble que chaque nouvelle génération d’historiens redécouvre les promesses de l’histoire numérique, avec son cortège d’espoirs, visions et ambitions pour réinventer et remodeler la recherche historique. Pourtant, on oublie souvent que la production de connaissances historiques et les pratiques de recherche historiennes ont toujours été affectées par les technologies nouvelles et émergentes. De même, on ignore tout autant que les principales questions épistémologiques et méthodologiques de ce qui est aujourd’hui appelé l’histoire numérique ont déjà été débattues il y a des décennies par les pionnières et pionniers de l’informatique historienne (analogique et numérique). Cette répétition de vieux débats et de soi-disantes nouvelles solutions utilisées pour résoudre les mêmes problèmes s’apparente selon Manfred Thaller à « un remake du Jour de la marmotte », le film bien connu dans lequel le principal personnage incarné par Bill Murray est coincé dans une boucle temporelle, et est condamné à revivre le même jour encore et encore.4

Oublier notre propre histoire n’est pas seulement ironique (après tout, ne sommes-nous pas historiennes/historiens ?) : il nuit aussi à la discipline dans son ensemble. Bon nombre des questions et problèmes épistémologiques et méthodologiques auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui ont déjà été débattus ou résolus il y a plusieurs décennies, même si de nombreuses applications de l’informatique par les historiens numériques d’aujourd’hui peuvent sembler radicalement différentes. Pour éviter de répéter les débats du passé et de réinventer la roue, pour tirer enfin les leçons des solutions antérieures, il est donc impératif de s’appuyer sur l’expertise accumulée par nos prédécesseurs et sur la vaste littérature sur l’informatique historique produite depuis les années 1950. Ce faisant, nous contribuerons à asseoir notre domaine en tirant les leçons des succès et des échecs du passé.

Ces dernières années l’intérêt pour l’histoire des humanités numériques – dans laquelle s’inscrit l’historique numérique – a grandi. Ces efforts peuvent être considérés comme faisant partie d’un processus plus large de consolidation du domaine par la mise au jour de ses fondements historiques et intellectuels.

Le colloque qui se tiendra à l’Institut historique allemand à Paris du 23 au 25 octobre 2024 s’inscrit dans ce large intérêt et entend explorer l’histoire de l’histoire numérique sous différentes perspectives, en offrant une vue d’ensemble des recherches en cours dans ce domaine.

Pour ce faire, nous vous invitons à proposer des communications sur les questions et les sujets suivants, sans pour autant vous y limiter :

  • Théoriser la rencontre homme-machine dans la recherche historique (par exemple dans une approche mêlant histoire de la technologie et histoire des médias).
  • Faire l’historiographie de l’histoire numérique (comment définir et délimiter le domaine dans le cadre plus large de la discipline historique).
  • Examiner la manière dont l’histoire de l’histoire numérique peut éclairer des conversations plus larges et des domaines connexes, tels que l’histoire des sciences humaines et l’histoire et la philosophie de la connaissance.
  • Produire des études de cas locales/nationales sur l’informatique dans la recherche historique.
  • Faire la généalogie des théories et des concepts de l’histoire numérique et de l’informatique historique (y compris les définitions dans différentes langues et, par exemple, des concepts tels que l’herméneutique numérique).
  • Étudier les dimensions socio-culturelles, incluant la manière dont les questions « raciales », de genre et de travail ont co-constitué ces histoires.
  • Revenir sur le développement des pratiques, méthodes et outils numériques dans une perspective historique.
  • Développer des méthodes d’enseignements (et d’outils) en histoire numérique dans une perspective historienne.

Les présentations devront durer 10 minutes et seront suivi d’un commentaire de 5 minutes afin de laisser une large place à la discussion.

Merci de déposer votre proposition de communication (en anglais, français ou allemand, maximum 500 mots) et un bref CV (2 pages maximum) sous la forme d’un seul document PDF, sur le site du colloque http://conftool.pro/history-of-digital-history-2024 avant le 10 janvier 2024, 23:59 (HNEC). Les soumissions seront évaluées par les pairs. Les organisatrices/organisateurs et le comité scientifique choisiront parmi les propositions et présenteront les résultats à la fin du mois de janvier 2024. Nous encourageons les doctorantes/doctorants et les chercheures/chercheurs en début de carrière à postuler. En fonction des fonds disponibles, les frais de déplacement et d’hébergement seront pris en charge par les organisateurs. Nous privilégions la présence en personne des présentateurs, mais nous mettrons à disposition des installations pour une participation hybride afin de rendre l’événement aussi inclusif que possible.

Le colloque sera le neuvième de la série « Digital Humanities à l’IHA, #dhiha », cycle de conférences reconnu à l’international et qui est adossé au département d’histoire numérique de l’IHA depuis 2011.

Programme Committee

Olivier le Deuff (Université Bordeaux Montaigne)
Torsten Hiltmann (HU Berlin)
Mareike König (IHA Paris)
Stéphane Lamassé (Université Paris 1)
Hélène Noizet (Université de Paris 1)
Julianne Nyhan (TU Darmstadt)
Alexandra Ortolja-Baird (University of Portsmouth)
Sébastien Poublanc (Laboratoire Framespa, Université Toulouse Jean Jaurès)
Martin Schmitt (Universität Paderborn)
Pauline Spychala (IHA Paris)
Helle Strandgaard Jensen (Aarhus University)
Jane Winters (School of Advanced Study)
Gerben Zaagsma (C2DH)

__


Image : Realisée avec le générateur Simplified, prompt : « A pictogramm in white, background blue, of a female historian, a computer showing a screen with books and punch cards. », 26/10/2023.

L’appel en format PDF



Citer ce billet
dhiparis (2023, 6 novembre). Révolutionnaire, disruptif ou simplement en train de se répéter ? Retracer l’histoire de l’histoire numérique #dhiha9. Digital Humanities à l'Institut historique allemand. Consulté le 23 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nkzu

  1. Turkel, W J, S Muhammedi, M B Start. « Grounding Digital History in the History of Computing. » IEEE Annals of the History of Computing 36, no. 2 (2014) : doi:10.1109/MAHC.2014. []
  2. Crymble, Adam. Technology and the Historian. Transformations in the Digital Age. Urbana: University of Illinois Press, 2021. []
  3. Nyhan, Julianne, Andrew Flinn, Anne Welsh. « Oral History and the Hidden Histories Project: Towards Histories of Computing in the Humanities. » Literary and Linguistic Computing 30, no. 1 (2015): doi:10.1093/llc/fqt044. []
  4. Thaller, Manfred. From History to Applied Computer Science in the Humanities. Edited by Manfred Thaller. HSR Supplement. Köln: Leibniz Institute for the Social Sciences, 2017. https://www.gesis.org/en/hsr/full-text-archive/2017/suppl-29-from-history-to-applied-computer-science-in-the-humanities. []

dhiparis

Teamaccount der Redaktion. Forschen – Vermitteln – Qualifizieren: Das DHI Paris ist ein zentraler Akteur international ausgerichteter historischer Forschung im Verbund der Max Weber Stiftung, Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland.

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search