La correspondance personnelle d’Emil Cioran : un aperçu numérique

En raison de son appartenance à la célèbre “Jeune génération” des intellectuels roumains des années 1930, mais aussi et surtout de sa production philosophique en langue française à partir de 1949, le philosophe Emil Cioran est un personnage incontournable de la pensée européenne contemporaine. Ancien partisan du mouvement fasciste roumain, plus tard boursier de la Fondation Humboldt en Allemagne dans les années 1930 où il professe son admiration pour le régime hitlérien, Cioran tombe en amour pour la France à la fin des années 1930 et finit par s’y installer au début des années 1940. Après la Seconde Guerre mondiale, privé de sa nationalité par le régime communiste roumain, Cioran reste en France et entame une transformation intellectuelle et personnelle radicale : il renonce au roumain comme langue de travail et il adopte le français dans ses écrits, en abandonnant aussi ses anciennes idées fascistes pour exprimer dès lors des idées que l’on pourrait caractériser de libérales et pessimistes.

Ainsi, la biographie de Cioran offre un exemple fascinant de conversion idéologique, une mutation liée à l’expérience de la mobilité et de la migration, mais déterminée aussi par les transformations radicales que traverse le continent européen pendant la Seconde Guerre mondiale et durant les années de l’après-guerre.

Au croisement de l’histoire transnationale et de l’histoire numérique, notre projet « Lire Cioran à distance » a pour but de se servir de la vaste correspondance d’Emil Cioran, conservée dans les archives de la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet à Paris, pour analyser les transformations de l’espace intellectuel européen entre le début des années 1940 et la fin des années 1980. Dans le cadre d’un séjour de deux mois à l’Institut historique allemand à Paris, nous avons posé les bases de ce projet.

Limité par la courte durée du séjour l’IHA et dans l’impossibilité d’effectuer donc un travail d’archive approfondi pour chaque lettre conservée dans les archives, nous avons décidé de prioriser dans un premier temps l’inventaire en ligne de la correspondance de Cioran, accessible sur le catalogue Calames. Cet inventaire offre des informations très riches sur les unités qui composent cette correspondance : environ trois cents dossiers qui contiennent presque deux milles lettres et cartes postales reçues et adressées par Cioran entre les années 1940 et 1995, l’année de sa mort à Paris. Pour chacun de ces dossiers, l’inventaire établit l’expéditeur et le destinataire des lettres contenues dans le dossier, le nombre de lettres, le lieu d’expédition, les dates limites de début et de fin de la correspondance entre les deux personnes et parfois aussi la langue d’écriture. Nous avons donc décidé de constituer une base de données avec ces métadonnées afin d’avoir un premier aperçu de la correspondance et d’identifier aussi l’information manquante, celle que l’on pourra retrouver uniquement dans les archives, à travers un travail d’analyse de chaque lettre, carte postale et carte de visite contenues dans la collection.

À partir de ces données, certes incomplètes mais potentiellement riches en informations, nous nous sommes posés une première question concernant les interlocuteurs de Cioran, tels qu’on les retrouve dans la correspondance qui a été conservée dans les archives : de qui s’agissait-il ? Sur la base d’un CSV des dossiers contenant les lettres reçues par Cioran, cette visualisation en Plotly nous montre que ses interlocuteurs principaux sont des figures plutôt connues de sa vie personnelle et intellectuelle, comme le philosophe roumain Constantin Noica, l’historien des religions et ancien camarade fasciste Mircea Eliade ou encore son frère Aurel Cioran. Mais nous voyons aussi que derrière ces personnalités, il y a tout un univers de correspondants parfois célèbres comme le dissident polonais Jozef Czapski ou l’écrivain irlandais Samuel Beckett, mais aussi d’autres moins connus et néanmoins intéressants.

 

Ill. 1 : Lettres reçues par Cioran par expéditeur, faite avec Plotly, CC-BY 2.0.

Cela devient plus évident quand nous examinons les lieux d’expédition des lettres reçues par Cioran. Comme le montre cette visualisation produite sur QGIS, les réseaux épistolaires de Cioran vont bien au-delà de la Roumanie, mais aussi au-delà de l’Europe :

 

Ill. 2 : Lieux d’expédition des lettres, fait avec QGIS, CC-BY 2.0.

Aussi, cette carte affichant les lieux d’expédition des lettres en Europe par volume, indique que les interlocuteurs de Cioran se trouvent notamment en Roumanie et en France, mais aussi en grande partie en Allemagne, en Suisse et en Belgique. Les réseaux de Cioran, on le voit, ont tendance à se concentrer autour d’une géographie qui combine notamment l’Europe occidentale avec certaines régions de l’Europe centrale et qui, sauf pour le cas de la Roumanie, s’arrête là où commence le rideau de fer.

 

Ill. 3 : Lieux d’expédition en Europe des lettres reçues par Cioran, fait avec QGIS, CC-BY 2.0.

L’Allemagne occupe une place particulièrement importante dans la géographie épistolaire de Cioran. Cela devient encore plus évident si l’on analyse la nationalité de ses correspondants. Bien qu’une certaine partie en soit inconnue ou mal identifiée, nous avons réussi à identifier une partie importante de ces personnes à travers une procédure simple de réconciliation et d’enrichissement des données contre Wikidata à travers OpenRefine. Dans certains cas, peu nombreux, mais absents de Wikidata, nous avons déduit la nationalité quand le lieu d’expédition et la langue d’écriture donnaient des indices forts (par exemple : un expéditeur inconnu de Baden-Baden qui écrit en allemand est ici considéré comme étant probablement de nationalité allemande).

 

Ill. 4 : Nationalité des expéditeurs des lettres reçues par Cioran, fait avec Plotly, CC-BY 2.0.

Ce tableau produit sur Plotly, qui affiche le nombre d’expéditeurs par nationalité, montre qu’une partie considérable des correspondants de Cioran se trouve en Allemagne, presque autant qu’en Roumanie (même si une visualisation du nombre de lettres montrerait que la somme totale des lettres reçues de Roumanie est bien plus conséquente). Cela interroge sur les réseaux de Cioran dans son ancien pays de résidence, notamment parce qu’une partie importante de ses expéditeurs sont peu ou pas connus : il s’agit surtout d’artistes, de traducteurs, d’éditeurs, et aussi de certaines personnes inconnues ou mal identifiées. S’agit-il d’ancien camarades d’études ? Cela dévoile-t-il simplement l’importance de la réception de l’œuvre de Cioran en Allemagne ? Ce sont certaines des questions auxquelles nous espérons pouvoir répondre à l’avenir.

Agustín Cosovschi


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search