„Rendre la recherche librement et immédiatement accessible, c’est soutenir de jeunes chercheurs et chercheuses“ – Interview avec Veronika Vollmer au sujet de la collection Pariser Historische Studien, désormais en libre accès immédiat

Deutsche Fassung des Interviews: https://dhdhi.hypotheses.org/.

Veronika Vollmer a fait des études de lettres à Munich. Après plusieurs années à la galerie et librairie d’art Artcurial et un master de management de l’édition à l’École supérieure de commerce de Paris (ESCP), elle a travaillé comme éditrice chez Gallimard-Nouveaux Loisirs. Depuis 2004, Veronika Vollmer s’occupe des publications à l’IHA, notamment des collections.

Dans le cadre de la réorientation de sa stratégie de publication et afin de rationaliser son offre, l’IHA a fusionné en une seule collection ses deux collections traditionnelles et de contenu similaire Beihefte der Francia (depuis 1975) et Pariser Historische Studien (depuis 1962). Cette „nouvelle“ collection paraît avec une couverture inédite mais conserve le nom de Pariser Historische Studien (PHS) et continue la numérotation de celles-ci. À l’occasion de la parution des deux premiers volumes chez Heidelberg University Publishing (heiUP), nous avons interrogé Veronika Vollmer, éditrice responsable de la collection, au sujet de ce changement et de ce nouveau départ.


Veronika Vollmer, les deux premiers volumes (115 et 116) de la traditionnelle collection Pariser Historische Studien viennent de paraître chez Heidelberg University Publishing. Comment ce changement de maison d’édition est-il survenu ?

Les Pariser Historische Studien sont en effet la plus ancienne et désormais aussi la seule collection monographique de l’IHA. Avec les volumes 115 et 116, qui viennent de paraître, elle entre dans une nouvelle ère de publication. Cela veut dire que les ouvrages sont publiés sous forme hybride, à la fois en ligne et en version imprimée. Dans les différents formats proposés – HTML, PDF, impression sur demande – ils bénéficient d’une large visibilité et sont accessibles partout, de façon illimitée. Mais l’essentiel, c’est le libre accès gratuit et immédiat. En publiant des monographies entières de cette manière, l’IHA réalise une étape supplémentaire et décisive de sa stratégie de libre accès que l’il poursuit activement depuis 2007 avec, par exemple, sa revue en ligne Francia Recensio et la republication en différé des ouvrages imprimés sur la plateforme perspectivia.net. Dorénavant, il sera possible de télécharger, d’annoter, de copier, d’imprimer et d’enregistrer en entier ou en partie nos publications, sans qu’aucune gestion de droits numériques n’intervienne.

Il allait de soi de faire ce chemin avec un partenaire qui poursuit les mêmes objectifs; un partenaire qui se caractérise par une stratégie numérique cohérente et qui utilise des formes et des processus de publication innovants. heiUP, notre nouvel éditeur, représente tout cela.

Justement, à propos du libre accès : une version imprimée – et payante – de ces volumes entièrement accessibles en ligne est également proposée. Pourquoi avoir choisi ce format de publication hybride, l’offre en libre accès n’aurait-elle pas suffi ?

La publication en ligne est désormais la publication originale. Le confinement que nous venons de vivre a révélé à quel point il était important d’avoir un accès libre aux sources et à la recherche. La version imprimée sur demande, aux finitions soignées, est une offre supplémentaire – et donc payante – pour ceux qui aiment tenir un livre dans les mains ou le conserver dans leur bibliothèque. Nous avons même fait faire un joli marque-page ! L’ouvrage imprimé est avant tout une offre pour nos auteurs et nos autrices, qui, souvent, publient pour la première fois. Au-delà de sa valeur symbolique, le livre matériel peut donc également promouvoir la carrière académique des jeunes historiens et historiennes.

Les publications font d’ailleurs partie du programme de soutien aux jeunes universitaires de l’IHA. Une fois qu’un manuscrit est accepté, la rédaction accompagne les auteurs et les autrices tout au long du processus de publication. Elle se charge de la relecture du manuscrit, organise les processus d’édition et de production, conseille pour le choix des images, la recherche des titres, les textes d’annonce, la création des index, etc. Tous les coûts liés à la publication sont pris en charge par l’IHA, qui promeut ainsi des jeunes universitaires.

Et enfin, avec la licence Creative Commons – CC BY SA 4.0, l’IHA et heiUP pratiquent une politique de droits d’auteur favorable.

Quel est donc le profil des nouvelles Pariser Historische Studien ?

Le profil et les contenus de la collection ne changent pas. Tout comme les critères de qualité que nous avions établis pour qu’un texte soit accepté. Les sujets proposés doivent s’inscrire dans les domaines de recherche de l’IHA : l’histoire de l’Europe occidentale – de l’Antiquité tardive à l’époque contemporaine – ainsi que les humanités numériques et l’Afrique subsaharienne (même si, jusqu’à présent, nous n’avons pas encore eu de publications sur ces sujets). Nous publions principalement des travaux universitaires, notamment des thèses de doctorat et d’habilitations à diriger des recherches. Avant d’être acceptés, les manuscrits sont soumis à une procédure d’évaluation standardisée. Pour plus d’information, voir la „Procédure d’évaluation par les pairs“ sur notre site Web.

Qu’est-ce qui a changé dans la production suite à la publication en ligne ? Les auteurs doivent-ils, à l’avenir, maîtriser le XML?

Non, ne vous inquiétez pas ! Même si le XML est au cœur de l’édition hybride moderne. Ce format neutre, généré à partir du fichier Word dans lequel a été préparé le manuscrit, est le point de départ de tous les formats de publication ultérieurs, qu’ils soient en ligne ou imprimés. La conversion de Word en XML est réalisée par le service de production de la maison d’édition et très prochainement par la rédaction de l’IHA. Nous venons tout juste d’acquérir le logiciel approprié. Ce changement de procédé offrira à la rédaction une plus grande souplesse pour le suivi des épreuves. Ce n’est donc pas les auteurs ou les autrices, mais l’éditrice qui doit apprendre à maitriser le XML…

Quelques mots sur les deux premiers volumes ?

Il s’agit de deux imposants volumes d’environ 550 pages chacun. Un autre point commun est l’évocation de deux reines de France „italiennes“, Catherine et Marie de Médicis. La première, dans le vaste débat sur la sécurité qui a marqué les guerres de Religion, par Christian Wenzel ; la seconde, dans l’historiographie du XIXe siècle, par Miriam Régerat. Les deux ouvrages sont issus de thèses de doctorat soutenues aux universités de Marburg et de Tübingen.

À quoi les jeunes chercheurs doivent-ils faire attention lors de la publication de leur thèse, selon votre expérience ?

La bonne présentation formelle, uniforme et cohérente du texte est une condition préalable à sa publication. Ce travail est souvent laborieux et chronophage, s’il est fait a posteriori, pendant l’édition du manuscrit. Aux futurs auteurs et futures autrices, je conseille donc vivement de veiller, dès le début de l’écriture, à l’uniformité du texte. Par exemple, en ce qui concerne les noms propres et dynastiques, les abréviations, acronymes et formes longues; il est également très important de présenter les notes et la bibliographie de manière concordante. Les outils de gestion bibliographique, avec lesquels travaillent de plus en plus les jeunes universitaires, peuvent y contribuer très favorablement.

Je conseille enfin, et surtout, de faire le plus court possible. Ayez confiance en votre propre texte (et en la capacité du futur lecteur à le comprendre). Oubliez les répétitions, les „didascalies“ et les „annonces“ qui risquent de perturber la lecture et de rendre le texte maladroit.

Pour conclure: que doit-on faire si on souhaite publier dans les Pariser Historischen Studien ?

C’est très simple: il faut envoyer sa demande à Thomas Maissen, directeur de l’IHA, à l’adresse suivante : phs.redaktion[at] dhi-paris.fr. Si le manuscrit correspond au profil de la collection et si toutes les autres conditions sont requises, le comité de rédaction lancera la procédure. Voir les informations détaillées sur notre site Web.

Merci beaucoup pour les réponses, chère Veronika, et bonne chance aux Pariser Historische Studien.


Images :
Veronika Vollmer dans la bibliothèque de l’IHA, photo Mareike König, CC-BY 2.0.
PHS 115, avec nouvelle couverture et marque-page assorti, photo Mareike König, CC-BY 2.0.

Mareike König

Dr. Mareike König ist stellvertretende Direktorin am Deutschen Historischen Instituts Paris. Sie arbeitet über deutsch-französische Beziehungen im 19. Jahrhundert und über digitale Geschichte. Sie leitet außerdem die Redaktion des deutschsprachigen Blogportals für die Geisteswissenschaften de.hypotheses.org.

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search