Sébastien Poublanc: Introduire des apprenti(e)s historien(ne)s à la recherche à l’ère numérique (master) #dhiha8

Intervention dans le cadre du colloque “Enseigner le numérique aux historien·ne·s – perspectives internationales #dhiha8“, le 17/18 juin 2019 à l’Institut historique allemand, co-organisé avec le C2DH.

Comment enseigner aux étudiants l’intérêt et l’enjeu d’une technicisation accrue de leurs pratiques alors même que leur cursus de licence a été dépourvu de tout aspect technique ? Le problème n’est pas neuf et concerne de plus en plus de formations depuis l’émergence des humanités numériques francophones en 2011. Certaines formations ont accueilli ces changements avec enthousiasme et ont donné naissance à des cursus spécifiquement étiquetés « humanités numériques », tandis que d’autres n’ont saisi ces enjeux que contraintes et forcées, sans forcément y voir un intérêt. C’est dans ce second cas de figure que je désire me placer. 

Je prendrai pour cadre de mon intervention les enseignements que je dispense dans le cadre des masters recherche « Histoire et Civilisations Modernes et Contemporaines » et « Mondes médiévaux » depuis 2014 à l’Université Toulouse Jean Jaurès. Ils me permettront de revenir sur les écueils les plus courants, les moyens d’y faire face et de contourner les réticences des étudiants.

Cette intervention sera aussi l’occasion de revenir sur la dichotomie entre outillage et numérisation des pratiques, un amalgame dont souffrent trop souvent ces enseignements. Comment dissocier ce qui relève de la numérisation du métier d’historien énoncée par Philippe Rygiel de ce qui nécessite l’apport d’humanités numériques à des fins de recherche ? 

Sébastien Poublanc est docteur en histoire moderne, chargé d’enseignement en histoire et humanités numériques à Toulouse et Albi. Il est aussi rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux.

dhiparis

Teamaccount der Redaktion. Forschen – Vermitteln – Qualifizieren: Das DHI Paris ist ein zentraler Akteur international ausgerichteter historischer Forschung im Verbund der Max Weber Stiftung, Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland.

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.