Communication stratégique : comment les chercheur*e*s en SHS bloguent. Résultats de l’enquête de de.hypothèses

À l’automne 2018, nous avons mené un sondage en ligne anonyme auprès de blogueurs germanophones en sciences humaines et sociales pour connaître les raisons pour lesquelles les chercheurs en SHS bloguent1. Quand et pourquoi un blog ou un billet de blog est-il réussi de leur point de vue ? Comment conçoivent-ils leurs contributions ? Quel est leur processus de publication d’un point de vu formel et rédactionnel, et comment les blogs s’inscrivent-ils dans le débat universitaire et dans l’espace de l’information scientifique ? 204 personnes ont participé à notre sondage ; le questionnaire détaillé a été rempli en entier par 147 blogueurs, dont 98 de la plate-forme germanophone du blogging scientifique de.hypothèses. Nous tenons à remercier tous ceux qui ont participé et terminé les 46 questions !

Les résultats du sondage confirment que les blogs scientifiques continuent à englober une grande variété de pratiques. La tendance est à l’utilisation professionnelle et stratégique des blogs, qui ont trouvé leur place comme moyen de communication supplémentaire, et ce même parmi les chercheurs techniquement moins avancés.

L’article présente les principaux résultats de l’enquête, basés sur les réponses des blogueurs du portail de.hypotheses (au nombre de 98). Une évaluation complète et une interprétation des réponses des blogueurs de de.hypothèses se trouvent dans le rapport de données (PDF), qui est publié sur HAL-SHS. Dans le rapport de données, il y a un court chapitre sur les différences de résultats entre les blogeurs de de.hypotheses et ceux en dehors de la plateforme ainsi qu’un chapitre sur les observations spécifiques au genre. Le datapaper (cvs) est publié sur Zenodo et sur GitHub.

Échantillon de données et taux de réponse

Selon les résultats de l’enquête, le blogging scientifique dans les SHS est l’affaire des chercheurs post-doctoraux, avec une répartition presque équilibrée des sexes sur la plate-forme. 30% des blogueurs de de.hypotheses travaillent dans l’enseignement supérieur depuis plus de 13 ans. L’histoire domine parmi les disciplines (50%). En ce qui concerne la liste de diffusion modérée de de.hypotheses avec 597 adresses mail, le taux de réponse est de 17%, un excellent résultat (merci encore !).

Je blogue alors ? Non – Je planifie et je pense d’abord !

Les résultats de l’enquête réfutent le préjugé commun selon lequel les blogs scientifiques, en tant que média à bas seuil, sont des lieux de publication populaires où chacun écrit sur tout sans contrôle de qualité. La majorité des scientifiques en SHS ne bloguent pas « à chaud » : 72% des blogueurs de de.hypotheses confirment : « Je réfléchis très attentivement à ce que je blogue en termes de contenu ».

Le préjugé de l’absence de contrôle de la qualité dans les blogs scientifiques doit également être remis en question, car près de 50% des blogueurs en SHS ne se fient pas uniquement à leurs propres connaissances (orthographiques) : 33% des blogueurs effectuent un contrôle éditorial avant la publication des contributions. En plus, 11% d’entre eux demandent à un collègue de lire l’article avant la publication.

La tendance à ne pas bloguer seul s’inscrit bien dans ce cadre : Moins de la moitié des chercheurs en SHS de de.hypotheses publient seul sur leur blog (45%) tandis que 34% des blogueurs interrogés disent tenir un blog communautaire et 21% ouvrent leur blog aux contributions d’invités.

Et : 27% des blogueurs de de.hypotheses ouvrent un propre compte pour leur blog dans les médias sociaux.

Objectifs et public visé

La communication est l’objectif principal des chercheurs en SHS interviewés ici (et non la publication !), et ils ciblent principalement un public universitaire (52%). En ce qui concerne le succès de leurs blogs, environ la moitié d’entre eux croient que le blog aide 1) à s’emparer d’un sujet, 2) à organiser et à tester des réflexions et 3) à documenter leurs propres activités de recherche. La « pratique de l’écriture » joue un rôle plutôt subordonné en tant qu’objectif, mais, tout comme « accroitre sa réputation », il s’agit d’un effet secondaire tangible du blogging (voir ci-dessous sous Highlights).

Les chercheur*e*s ne bloguent pas souvent….

La période où on tenait son blog comme un journal en ligne et publiait quotidiennement ou plusieurs fois par semaine des billets est terminée (s’il y en a eu dans les SHS) : les blogs sont actualisés en moyenne moins d’une fois par mois et la moitié des blogueurs passent moins d’une heure par semaine. Près d’un tiers des blogueurs en SHS ont leur propre rythme de publication régulier basé sur d’autres formats de publication périodique (par ex. tous les mercredis). En moyenne, les articles font une à deux pages.

… mais les blogs sont souvent lus par les blogueurs !

Il en va autrement en ce qui concerne la lecture des blogs : Un peu moins du quart des répondants lisent des blogues scientifiques plusieurs fois par semaine. La majorité (77%) des articles traitent de leur propre sujet de recherche. Seulement 16% des billets de blogs traitent la vie universitaire en général, 9% concernent le contenu pédagogique des séminaires et 5% des chercheurs en SHS interviewés ici bloguent hors sujet. Ainsi, contrairement à ce qui est souvent affirmé dans la littérature de recherche, la part des contributions qui concernent la vie académique est plutôt faible, du moins en sciences humaines et sociales.

Les blogueurs ne commentent pas.

À 94 %, presque tous les chercheurs en SHS sont d’accord pour dire qu’ils sont heureux de recevoir des commentaires sur les articles de leur blog. Mais 89% (!) des blogueurs commentent eux-mêmes rarement ou jamais. Les blogs scientifiques se réfèrent aussi étonnamment peu les uns aux autres : seuls 22% des blogueurs interrogés, par exemple, ont un blogroll. L’échange sur les blogs scientifiques a lieu ailleurs : dans les médias sociaux, mais surtout oralement et par e-mail.

Billets de blog – on en parle !

La blogosphère n’est pas un cosmos en ligne séparé. Les blogs font plutôt partie d’un espace d’information scientifique global dans lequel les communications analogiques et numériques se chevauchent : les chercheurs en SHS sont adressés oralement par leurs collègues sur leurs blogs, ils apprennent d’autres blogs dans des conférences et des courriels, et leurs contributions sont citées dans des publications imprimées ainsi que dans des publications en ligne. Pour les blogueurs, le critère de succès le plus important d’un billet de blog n’est pas sa portée, mais quand on lui en parle (72% !).

Design, Navigation, Liens

En plus du contenu d’un blog scientifique, l’aspect visuel est également important, comme le confirment 89% des chercheurs interrogés ici. Si la majorité des blogueurs consacrent beaucoup de temps aux caractéristiques pertinentes des publications Internet telles que l’hypertexte (liens) et la sélection des images, ce n’est le cas que d’un quart des personnes interrogées en ce qui concerne l’intégration du multimédia. La plupart des blogs sont donc conçus comme des lieux de publication pour des textes plus courts, et non pour essayer de nouvelles formes techniques d’écriture.

Observations genrées

Les blogueuses poursuivent une stratégie plus précise que l’échantillon global. Elles tiennent le plus souvent un blog toute seules et se consacrent plus souvent à un seul blog.

Parmi les objectifs associés au blogging, « communication et échange » est un peu plus faible chez les blogueuses, mais « l’autopromotion (me faire connaître, s’emparer d’un sujet) est plus pondérée chez elles que dans l’échantillon global !

Les blogueuses sont plus critiques pour savoir si elles peuvent occuper un sujet avec le blog. Les blogueuses sont également plus critiques que l’ensemble de l’échantillon de de.hypotheses quand il s’agit de savoir si les blogs aident à construire un réseau universitaire. D’un autre côté, le bilan est plus positif du point de vue des femmes concernant la question de la construction d’une personnalité en ligne grâce aux blogs scientifiques.

Les blogueuses sont beaucoup plus préoccupées par le plagiat que l’échantillon dans l’ensemble, tout comme leur peur de commettre des erreurs, leur peur de se mettre dans l’embarras/crainte d’humiliation et leur peur des conséquences négatives sur leur carrière.

Lorsqu’elles promeuvent leurs articles de blog, il est à noter que les chercheuses en SHS les annoncent beaucoup plus souvent que l’ensemble de l’échantillon, oralement ou par courriel.

Autres Highlights

Le rapport de données contient pas moins de 64 pages (incluant tous les tableaux) et offre certainement des découvertes, des idées et des détails très différents pour chaque lecteur. Voici mes points saillants personnels (outre ceux déjà mentionnés), interprétés librement :

  • Les blogs sont principalement utilisés pour la communication, pas pour la publication. Ils sont perçus et utilisés comme un média à part entière.
  • Les chercheurs en SHS cultivent une approche détendue des blogs scientifiques, tout en respectant les normes scientifiques.
  • Seulement 12% des chercheurs en SHS indiquent l’augmentation de leur réputation comme objectif lorsqu’ils bloguent. Mais 30% disent que le blogging contribue à l’augmentation de la réputation !
  • Il en va de même pour la « pratique de l’écriture », déclarée seulement par 16% comme objectif, mais 51% l’aperçoivent comme un effet positif du blogging.
  • À l’inverse, quant à l’objectif de « se mettre en réseau avec d’autres chercheurs » : 49% pensent que le blogging n’y contribue pas (28% disent que le blogging aide). Cependant, 46 % des chercheurs en SHS interrogés ici déclarent que se mettre en réseau est parmi leurs objectifs quand ils ouvrent un blog.
  • 70% des blogueurs de de.hypotheses utilisent une licence Creative Commons pour leur blog. Dans l’échantillon total, la proportion est de 63%, ce qui est beaucoup moins élevé. La part plus élevée de bloggeurs de hypothèses est probablement due aux activités de la rédaction et du Community Management (voir Blog & Recht).
  • Environ les trois quarts (77%) des blogueurs interrogés n’étaient pas d’accord avec la déclaration « Je suis inquiet que mes billets de blog puissent être plagiés ».

Merci

Encore une fois, je tiens à remercier tous ceux qui ont contribué à la création et à l’évaluation de l’enquête, Ulla Menke et Louise Zbiranski du Community Management, Karoline Döring, Klaus Graf, Eliane Kurmann, Lilian Landes et Anton Tantner de la rédaction. Michael Kaiser et Célia Burgdorff pour la lecture du rapport de données et Helen Bubinger pour son travail avec LimeSurvey.

Continuer la lecture

L’évaluation complète de l’enquête auprès des blogueurs de de.hypotheses avec toutes les statistiques se trouve dans le rapport de données de 64 pages publié sur HAL-SHS et GitHub.

Mareike König, Geisteswissenschaftliches Bloggen bei de.hypotheses. Erste Ergebnisse der Umfrage zu Motivationen, Praktiken und Routinen. Datenreport, Paris, 6.6.2019, https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02150327.

Le datapaper (CVS) se trouve sur Zenodo: https://doi.org/10.5281/zenodo.3249964.

Les statistiques succinctes de toutes les réponses ainsi qu’un datapaper (cvs) Excel sont également disponibles sur GitHub : https://github.com/Mareike2405/survey-dehypotheses-2018.

== Version allemande de ce billet : https://redaktionsblog.hypotheses.org/4246

____
Image
Visualisation d’une partie du texte du rapport des données, fait en mars 2019 par Katharina Kiefer und Jonas Sell, mainzed.

  1. Ce billet est une traduction de l’allemand du billet : https://redaktionsblog.hypotheses.org/4246. Merci à Célia Burgdorff pour la relecture du texte. []

Mareike König

Mareike König ist Historikerin und arbeitet u.a. über deutsch-französische Beziehungen im 19. Jahrhundert. Sie leitet die Abteilung Digital Humanities und die Bibliothek des Deutschen Historischen Instituts Paris. Sie ist außerdem Leiterin der Redaktion des deutschsprachigen Blogportals für die Geisteswissenschaften de.hypotheses.org.

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.