Appel à contribution : Enseigner le numérique aux historien·ne·s – Qui? Quoi? Comment? #dhiha8

En préparation du colloque Enseigner le numérique aux historien·ne·s – perspectives internationales, qui se déroulera les 17 et 18 juin 2019 à l’Institut Historique Allemand, en coopération avec le Luxembourg Centre for Contemporary and Digital History, nous organisons un concours de billets de blog autour du thème “L’histoire numérique dans l’enseignement universitaire”. Les textes peuvent être publiés sur le blog de l’auteur ou de l’autrice, ou bien sur le blog de l’Institut Historique Allemand consacré au colloque, jusqu’au 10 juin 2019, en allemand, anglais ou français. Leurs titres contiendront le hashtag du colloque, #dhiha8. Les billets de blogs seront résumés et intégrés lors de la discussion de l’atelier de l’après-midi. Nous attirons plus particulièrement l’attention sur des retours d’expérience, des exemples d’enseignement ou des réflexions sur les thèmes suivants:

Histoire numérique

Dans les dernières années, la communauté des Humanités numériques a prôné des méthodes innovantes, notamment par la mise au point de nombreux outils numériques, qui ne prennent pas en compte le contexte des sciences historiques. Ces approches se sont plutôt développées dans le champs beaucoup plus général des sciences humaines et informatiques. Etant donné que de nombreuses applications des Humanités numériques ne sont aujourd’hui encore soumises à aucun canon ou standard disciplinaire, la familiarisation avec ces méthodes et outils implique un effort de compréhension interdisciplinaire intensif qui doit généralement être mené individuellement. Au sein des Humanités numériques ces dernières années, s’est développée une réflexion approfondie sur l’élaboration de programmes et filières d’études souvent dominés par des contenus informatiques. Dans le domaine de l’histoire, cette réflexion en est encore à ses débuts: peu de Master offrent un diplôme en histoire numérique. Dans les cursus classiques – que ce soit au niveau de la licence ou du master – le contenu numérique des enseignements et le nombre de modules autour des questions numériques dépendent souvent de l’engagement de chaque enseignant. Cela soulève à nouveau la question de la formation universitaire actuelle des historiens : est-elle toujours d’actualité ?

Quelles méthodologies numériques enseigner ?

Il est important pour les historiens de comprendre les méthodologies numériques les plus courantes. Au-delà de l’herméneutique, quels sont les fondamentaux numériques, quelles sont les méthodes numériques qui devraient être enseignées et comment évoquer leurs limites ? Alors que dans les humanités numériques, les traditions scientifiques auxiliaires d’indexation, d’annotation, d’édition, de mesure et de visualisation sont vues comme des dimensions importantes de l’éducation, la critique des sources numériques et surtout l’analyse des textes et des données restent des tâches fondamentales des historiens. Il existe désormais de nombreux logiciels commerciaux et/ou open source élaborés, qui permettent d’appliquer une grande variété de méthodes d’analyse de données qualitatives et/ou quantitatives. Toutefois, l’introduction de la réforme LMD a beaucoup limité le temps disponibles lors des études en histoire. Beaucoup d’étudiants quittent les universités pour le marché du travail après une licence. Par conséquent, la part des compétences professionnelles historiques et des connaissances méthodologiques numériques dans la formation des jeunes étudiants doit être pondérée en interne. Qu’est-ce que cela signifie pour les programmes de licence et de master ?

Quelle formation pour les enseignants ?

Le développement de nombreux outils et méthodes est rapide, mais le temps consacré à la formation continue des enseignants est limité. Bien qu’il existe des écoles d’été ou ateliers ponctuels pour l’enseignement des méthodes numériques, ceux-ci proposent souvent des introductions ciblées à des outils et techniques spécifiques. Ces types de formation continue ne donnent pas une vue d’ensemble des méthodes numériques. Une connaissance plus systématique de ces méthodes est rarement proposée pour l’enseignement de l’histoire. Les structures incitatives pour une formation numérique plus approfondie manquent. Le numérique devient un fardeau plutôt qu’une opportunité, surtout lorsque des concepts et des idées didactiques sophistiqués fondent les offres de formation continue. Des idées créatives sont ici nécessaires pour encourager au quotidien enseignants et étudiants à investir les infrastructures numériques déjà existantes.

Mettre en commun des idées – créer un réseau

Afin d’encourager l’enseignement (numérique) de l’histoire numérique, les échanges ne devraient pas se limiter à l’atelier, mais devraient conduire à la mise en place d’un réseau permanent. En France, les premiers pas ont déjà été faits avec la création du blog e-numhist. En Allemagne, le blog de l’AG Digitale Geschichtswissenschaft du VHD (Verband der Historiker und Historikerinnen Deutschlands e.V.) est disponible comme point de ralliement. Il s’agit d’abord et avant tout de rassembler des collections de syllabus contenant des suggestions concrètes pour l’enseignement du numérique. Un échange régulier d’expériences entre historien.ne.s dans l’enseignement est souhaitable et nous chercherons les moyens de l’organiser.

Concours de billets de blogs

Les billets de blogs sont attendus pour le 10 juin 2019 et peuvent être rédigés en allemand, français et anglais. Veuillez utiliser le hashtag #dhiha8 dans le titre et le poster en commentaire de ce billet de blog et l’envoyer par mail à Frédéric Clavert (frederic.clavert (at) uni.lu).

Les blogs de l’Institut Historique Allemand seront à votre disposition pour la publication des billets. Veuillez contacter Mareike König (mkoenig (at) dhi-paris.fr).

_____

Vers la version allemande de l’appel : https://dhdhi.hypotheses.org/5937.

Vers la version anglaise de l’appel : https://dhdhi.hypotheses.org/5958.

Frédéric Clavert

Docteur en histoire contemporaine, Frédéric Clavert a étudié les sciences politiques et l'histoire contemporaine à Strasbourg et à Leeds. Ses recherches touchent aujourd'hui de plus en plus aux sources de l'historien.ne à l'ère numérique. Passé par Strasbourg, Paris-Sorbonne et Lausanne, il est désormais chercheur au Center for Contemporary and Digital History (C2DH) de l'Université du Luxembourg.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Caroline Muller dit :

    Voici un premier billet !
    Scènes du cours de cultures numériques pour historien(ne)s #dhiha8

    https://dhiha.hypotheses.org/2653

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.