Fin de la masterclass, debut du travail!

Nous avons passé une semaine très intense, mais néanmoins transformatrice. Comme la plupart des jeunes chercheurs, je sentais l’angoisse du début de la deuxième année de thèse et du « grand problème de recherche » que nous rencontrons toutes et tous à cet état de nos travaux. Dans mon cas, le problème réside dans le fait que j’ai un corpus d’environ 550 écrivains pour répondre à la question de savoir comment l’expérience de guerre et l’écriture poétique s’influencent mutuellement. Je suis arrivée à l’IHA le lundi après-midi pour découvrir les humanités numériques et enrichir la partie quantitative de ma recherche doctorale, basée sur une base de données relationnelle de la poésie de la Première Guerre mondiale, mais nos échanges m’ont montré que « there are more things in heaven and earth than are dreamt of in my philosophy » : les possibilités des humanités numériques vont au-delà de tout ce que j’aurais pu imaginer. J’ai (enfin !) un plan à suivre pour ma thèse, basé sur les outils avec lesquels nous nous sommes familiarisés cette semaine : Transkribus et d’autres outils de transcription pour numériser et convertir mes sources en des textes maniables ; la TEI pour annoter ces textes en faisant attention aux particularités du genre avec lequel je travaille ; des outils de fouille de texte et d’analyse de grands corpus pour – pourquoi pas ? – arriver à faire une « poétique de corpus » : l’équivalent d’une linguistique de corpus mais dédiée à la compréhension des mécanismes profonds de la création artistique. Je sors de cette masterclass avec beaucoup de possibilités, et le prochain pas sera de trouver des moyens de convertir mes questions anthropologiques, littéraires et historiques en des questions qui puissent être quantifiables par une machine. Avec ces questions, j’espère pouvoir dégager des tendances générales de la poésie de la Grande Guerre qui pourront m’aider à choisir quels sont les textes de mon corpus qui doivent former mes études de cas.

Sur un plan un peu plus personnel, cet atelier a été aussi enrichissant. En tant que chercheuse tri-nationale, j’ai été ravie de faire la connaissance d’autres jeunes chercheurs d’origines différentes. J’ai été particulièrement inspirée par Anita Lucchesi, l’experte qui est venu nous faire une introduction à la Public History et qui est, comme moi, une femme brésilienne, et qui s’est  de surcroît servi d’exemples de notre pays pour discuter du rôle global que les historiens et historiennes doivent jouer dans leurs interactions avec le public. Je suis infiniment reconnaissante aux organisatrices de cet événement, aux partenaires qui l’ont rendu possible, à l’IHA qui nous a très bien accueillis, et aux experts qui ont partagé leurs connaissances avec nous et qui nous ont montré que, même quand les résultats d’une recherche paraissent ne pas avoir un rapport direct avec nos propres projets, l’intérêt porté aux pratiques des autres chercheurs est la clef pour des sciences humaines et sociales vraiment collaboratives, accessibles, engageantes et engagées.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.