Corpus, transcriptions, et joies du pad – deuxième journée de #dhmasterclass

Pour cette deuxième édition, la master class franco-allemande à l’Institut Historique Allemand a une saveur particulièrement douce pour moi. L’année passée, je venais juste de prendre mes fonctions en tant que professeur lors que s’est tenue la première master class. Mon expérience de l’enseignement des années précédentes était alors plutôt clairsemée et largement orientée vers la formation continue: il n’y avait donc pour moi rien de plus normal que de s’adresser à des chercheurs motivés et disposés à tirer le maximum de leur semaine de master class.

Un an plus tard, j’arrive avec toute une année universitaire « normale » dans le sac à dos: des cours d’allemand pour non-spécialistes, des cours de master de tronc commun pour anglicistes, germanistes, hispanistes et étudiants de Lettres, des cours de civilisation et de littérature allemandes niveau licence comme niveau master pour un public manquant complètement de la culture générale que j’avais jusque là toujours présupposée chez un public d’université… en un an, j’ai déployé tant d’énergie et de stratégies pour tirer, pousser, animer, construire, éveiller, former, que le délice de retrouver un public de master class en est encore plus savoureux. Tous les dispositifs que l’on peut proposer fonctionnent, les participants sont ravis de transformer toute forme d’échange en terreau de discussion fertile, en moyen d’élever le débat, en occasion d’aller encore plus loin.

Non qu’animer la master class ne demande aucun effort, entendons-nous bien. Il faut rester à l’écoute du pouls du groupe, en écoutant, en regardant, en donnant la parole, en suivant les tweets. Et il faut être sûr de ne perdre personne en route, ce qui n’est pas forcément évident avec un groupe linguistiquement hétérogène. Inévitablement, la balance penche parfois plus du côté de l’allemand, parfois plus du côté du français, et il faut s’assurer qu’aucun participant ne décroche. J’ai donc passé aujourd’hui l’essentiel de la journée à résumer en français, au fil de l’eau, dans le pad commun, ce que les deux experts invités ont présenté à partir de supports et de présentations combinant l’allemand et l’anglais. Les francophones pouvaient donc suivre directement en version française et ne pas perdre trop de temps à raccrocher les wagons.

L’exercice n’était pas évident dans la mesure où j’avais aujourd’hui moi-même beaucoup de choses à apprendre. L’introduction d’Andreas Witt (un de nos experts) à la constitution de corpus a rassemblé des choses que j’avais, au fil des années, fini par grapiller ici et là et reconstituer pour moi-même, mais que je n’avais jamais embrassées de manière aussi systématique. Au delà des petites finesses disciplinaires, qui ont sans doute rendu un peu rugueux le propos d’Andreas pour les historiens (par exemple autour de la notion de modèle, B-A BA pour les uns et hyperabstraction pour les autres), tous ceux qui étaient dans la salle aujourd’hui sont, avec ce qu’il a présenté, désormais engagés sur des rails numériques solides. Andreas Witt a répondu de manière tout à fait claire à la question de savoir comment s’engager dans une recherche en humanités numériques basée sur du texte: en amont du plan de gestion de données, en amont du choix des langages et des standards, en amont des parti-pris d’annotation, il a montré qu’il y a la réflexion à mener sur la constitution du corpus, que l’on peut certes résumer à quelques éléments simples (définir le contenu, la langue, les métadonnées, l’annotation, la situation légale propre aux données), mais ces simples éléments permettent en réalité d’emblée d’aller au coeur du modèle de données, et de s’engager sur la voie de l’interprétation par le modèle de données. Cette approche de la constitution de corpus avait ceci d’exemplaire qu’elle a mis en oeuvre à la fois une très grande disponibilité des outils conceptuels de la linguistique à des recherches non proprement linguistiques et une très grande disponibilité de chercheurs en humanités numériques (ou chercheurs in spe) a priori pas du tout linguistes à l’outillage linguistique. Donc une démonstration par l’exemple que linguistique et humanités numériques peuvent parfaitement se rejoindre non pas juste pour brasser quantités de lemmes et de segments, mais pour penser la constitution de l’objet de recherches en humanités numériques.

L’objectif de la master class étant de suivre harmonieusement le workflow du travail numérique sur des ressources textuelles, j’avoue que j’ai trouvé cette journée particulièrement réussie parce qu’elle n’a pas grillé les étapes, mais vraiment pris les choses dans l’ordre, du début, et de manière extrêmement serrée pour aborder la suite. Le travail sur la constitution de corpus avec Andreas Witt a permis d’ouvrir la porte – à travers laquelle tout le monde s’est rué en deuxième partie de journée!

La deuxième partie de la journée était en effet très, très attendue par les participants, qui ne disposent dans l’ensemble pas de texte électronique pour mener à bien leur recherche, mais au mieux d’images des artefacts comportant le texte sur lequel ils travaillent (manuscrits, tapuscrits, livres). Tobias Hodel est donc arrivé avec le projet READ et Transkribus en terrain conquis (sa présentation est disponible ici). Les dieux de la technologie étant avec nous (en particulier la Nemesis de l’Internet, qu’il vaut mieux ne pas fâcher dans ce genre de contexte et à laquelle je suis prête à sacrifier des caramels mous si nécessaire pour qu’elle nous reste favorable), il a été possible de procéder à du travail sur pièces – et alors, les questions ont fusé: peut-on faire ceci, où sauvegarder cela, que faire avec les formats de sortie…

De notre workflow, nous avons donc grimpé les deux premières marches: pensé le corpus et élaboré le texte brut (du moins en théorie). Demain, il s’agira d’enrichir le texte, après-demain de le publier et de le valoriser, et pour finir, de réfléchir sur les bonnes pratiques rencontrées en route: autant de choses qu’il m’a fallu, il y a 8 ans de cela, bien 18 mois pour rassembler dans les grandes lignes. Et que nous condensons en 5 jours. 


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.