AAP : Master class franco-allemande en humanités numériques « Utiliser/penser les données de la recherche » #dhmasterclass

Lieu : Institut historique allemand, Paris
Date :
25 – 29 Septembre 2017
Date limite de l’appel :  1 Juin 2017
Mail:  defr.dh.masterclass[at]gmail.com
hashtag: #dhmasterclass

La Digital Research Infrastructure for the Arts and Humanities (DARIAH), l’Institut historique allemand (IHA) et Inria, avec le soutien de la TGIR Huma-Num et le concours du projet Humanities at Scale (HaS) et avec le soutien du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, appellent à participer à la master class franco-allemande en humanités numériques « Utiliser/penser les données de la recherche », qui se tiendra du 25 au 29 septembre 2017 à l’Institut historique allemand (Paris).

Objectifs de la master class

Cette master class franco-allemande en humanités numériques vise à rassembler huit jeunes chercheurs allemands et huit jeunes chercheurs français participant à ou porteurs de projets en humanités numériques et à leur offrir un forum où échanger de manière fructueuse pour la poursuite de leur recherche, autour de la question de la gestion des données de la recherche. Chacun(e) doit être prêt à présenter son projet (et les données afférentes sous un format ouvert) et à le mettre en dialogue avec ceux des autres particpant(e)s dans un type de rencontre proche d’un THATCamp, c’est-à-dire sans enseignement magistral ni exposé frontal. Le déroulement de chaque journée et le programme de travail sont décidés en commun; le groupe dispose d’une grande liberté d’organisation. L’échange et la discussion sont au coeur de cette semaine de master class.

Les seize jeunes chercheurs/chercheuses disposeront de trois salles pour travailler en groupe, avec une très grande liberté d’organisation. Des expert(e)s invité(e)s seront à leur disposition pour explorer avec eux les questions qu’ils auront formulées, dans le cadre thématique proposé pour chacune des journées.

L’objectif de la master class est également d’encourager une réflexion approfondie sur les changements épistémologiques induits par le passage au numérique, et de permettre à des chercheurs/chercheuses susceptibles d’enseigner d’intégrer à leurs enseignements des idées et des outils nouveaux.

La documentation des travaux se fera à partir d’outils ouverts mis à la disposition des participant(e)s (notes collaboratives sur Framapad, blog sur Hypothèses).

Le thème : les données de la recherche

L’usage du terme « données de la recherche » s’est imposé au cours des dernières années, souvent sans donner lieu à une réflexion profonde sur son contenu. Il souligne l’intégration des infrastructures numériques aux pratiques de recherche tout en suggérant l’appropriation d’un nouveau type d’objet, les données. Pourtant, les relations entre données et recherche sont tout sauf évidentes. Si leur définition embrasse tous les types de matériaux susceptibles d’émaner d’une activité de recherche, les stratégies entourant les « données de la recherche » sont en général centrées, selon les contextes, soit sur des données primaires, considérées comme brutes, soit sur des données secondaires du type article ou ouvrage − la plupart du temps à l’exclusion de toutes les autres et sans lien avec l’écosystème dans lequel elles évoluent.

À ce manque de clarté du vocabulaire s’ajoute la réticence des sciences humaines à désigner leur objet comme étant des « données ». On sort là des champs à la fois sémantiques et métaphoriques habituels, ce qui crée une sorte de gêne. On se passerait bien de ce passage par des « données » qui semblent contredire à la fois l’effort de recherche, la construction de l’objet et le cadrage du cheminement heuristique par des méthodes propres à chaque discipline. Les disciplines travaillant principalement à partir de textes achoppent particulièrement sur ce qui peut apparaître comme un aplanissement de la processualité de la genèse textuelle (un texte = une donnée) ou un empilement (versionage “en tranches” d’une itération sur l’autre).

Dans ce contexte, aborder les humanités numériques par les données de la recherche est encore considéré comme un geste technocratique. On peut ainsi parfaitement se contenter d’une perspective d’ingénierie et courir le risque de désolidariser l’entité infrastructurelle « donnée de la recherche » et ce que la recherche peut en faire. Le but de cette master class est d’approfondir la pertinence de l’intégration des données, dans toutes leurs dimensions, à la démarche de recherche en sciences humaines. En complémentarité avec le travail concret sur les données, on mettra en relief les différences de stratégies institutionnelles adoptées de part et d’autre du Rhin, pour réfléchir à leur impact possible sur l’évolution de la recherche franco-allemande.

Organisation

Les quatre premiers jours sont encadrés par les mentors, des expert(e)s présent(e)s deux jours chacun. Le cinquième jour est consacré à un hackathon permettant de sensibiliser les participant(e)s aux pratiques scientifiques de coopération en ligne.

Les premiers jours sont conçus en quatre blocs :

  • Définition auto-organisée des objectifs de la journée par les participant(e)s et familiarisation avec les apports des projets de chacun autour des objectifs choisis
  • Feedback du/de la mentor
  • Travail pratique, en groupes, sur les données apportées par les participant(e)s
  • Synthèse en session plénière

Les thèmes successifs sont les suivants :

  • 25 septembre : décrire les données (qu’est-ce qu’une donnée ?, plans de gestion de données, formats et standards)
  • 26 septembre : (re)présenter les données (visualisation et autres médias, contingences de l’écran/des différents types d’écrans)
  • 27 septembre : analyser les données (approches algorithmiques, changements d’échelle, approches quantitatives et qualitatives)
  • 28 septembre : diffuser les données (stratégies de dissémination)
  • 29 septembre : réutiliser les données − hackathon à partir des données des projets de l’IHA ou de ceux des participants (comparer, croiser et mêler les points de vue sur les données)

Conditions de participation et de candidature

Les participant(e)s s’engagent à participer à la semaine entière, du lundi 25 septembre au vendredi 29 septembre 2017 inclus. Les frais de voyage et de logement sont pris en charge, ainsi que les repas de midi à l’Institut historique allemand.

Sont invités à présenter leur candidature des chercheurs et chercheuses correspondant au profil suivant :

  • (Jeune) chercheur/chercheuse en lettres ou sciences humaines et sociales du master au post-doc, ayant commencé récemment à s’intéresser aux méthodes numériques ou participant à / porteur d’un projet en humanités numériques (en cas de doute sur la recevabilité de la candidature de ce point de vue, ne pas hésiter à prendre contact rapidement avec le comité d’organisation à l’adresse ci-dessous!)
  • Maîtrise active du français ou de l’allemand, outre celle de l’anglais (la maîtrise passive de l’autre langue est considérée comme un avantage majeur)
  • Être prêt(e) à présenter et partager ses données pour travailler en groupe

Pièces à fournir pour la candidature (en français ou en allemand) : lettre de motivation (max. 1 p.), description du projet de recherche (max. 2 p.), CV (max. 1p.).

La candidature est à adresser à defr.dh.masterclass[at]gmail.com au plus tard le 1er juin 2017 sous la forme d’un fichier PDF unique. Les candidats recevront une réponse avant le 1er juillet 2017.

___

Organisation scientifique : Anne Baillot (DARIAH), Aurélien Berra (Paris-Nanterre & DARIAH), Mareike König (IHA), Marie Puren (Inria).


Mareike König

Mareike König ist Historikerin und arbeitet u.a. über deutsch-französische Beziehungen im 19. Jahrhundert. Sie leitet die Abteilung 19. Jahrhundert, die Abteilung Digital Humanities und die Bibliothek des Deutschen Historischen Instituts Paris. Sie ist außerdem Leiterin der Redaktion des deutschsprachigen Blogportals für die Geisteswissenschaften de.hypotheses.org.

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Mareike König

Mareike König ist Historikerin und arbeitet u.a. über deutsch-französische Beziehungen im 19. Jahrhundert. Sie leitet die Abteilung 19. Jahrhundert, die Abteilung Digital Humanities und die Bibliothek des Deutschen Historischen Instituts Paris. Sie ist außerdem Leiterin der Redaktion des deutschsprachigen Blogportals für die Geisteswissenschaften de.hypotheses.org.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *