Contributions sur un rythme ternaire au #dhiha5

Voici, transformée, ma contribution spontanée à la liste de discussion « DH », à l’invitation des organisateurs du #dhiha5, que je remercie ainsi que Marjorie Burghart et Anne Baillot pour leur enrichissante relecture. Merci à Anne Baillot, Mareike König et Anja Busch pour leurs encouragements et la traduction allemande : « Beitrag im Dreiertakt #dhiha5» . Cette présentation reste spontanée, comme l’appel et les carnets y invitent. Elle tente, à ma manière et à mes risques, non sans maladresse et doutes donc, de répondre à l’appel, de jouer le jeu de la discussion en donnant suite au billet de Marjorie Burghart, et d’aborder les thèmes de l’appel du DHIHA5 relatifs à la recherche, à la reconnaissance professionnelle et à la formation ainsi que quelques réflexions afférantes.

——————————————————

Si la machine ordinateur fonctionne sur un système binaire, la métaphore des trois ordres exposée par Marjorie me semble tenir compte, avec grâce et délicatesse, de la composante humaine de la problématique des humanités numériques. En regard, et en observatrice de ce tableau presque iconique, qui se réfère à un temps révolu de l’histoire et que je souhaiterais tout autant révolu dans celle des humanités numériques, pourraient se positionner des réflexions sur un rythme ternaire également.

Avant cela, je souhaite rappeler une des conclusions de mon mail initial. Je considère le système d’expression et de représentation offert par, disons, le « papier » – ou mieux, l’ « analogique » – comme un système d’expression et de représentation dont le fonctionnement et les avantages sont très différents et complémentaires du système d’expression et de représentation numérique, même si ce dernier peut, dans la pratique, représenter et exprimer sans difficulté une grande partie de ce qu’un ouvrage papier peut représenter et exprimer. Il me plaît à rêver que dans un futur, proche ou lointain, ils en viendront à se rejoindre et à fonctionner de concert.

Chercher à les opposer m’apparaîtrait, à ce jour, comme une sorte de fausse dichotomie. Avant de poursuivre, j’ajouterais également que, sans les oublier, car ils me tiennent beaucoup à cœur, je ne ferai que mentionner les aspects sociaux et politiques – je pense à l’accès libre aux données par exemple – que je confie aux bons soins d’autres îlots d’échanges, qui y veilleront mieux que moi, et ce pour commencer par centrer le propos sur les trois questions suivantes, distinctes par confort, mais qui ne peuvent que s’articuler les unes avec les autres. Ces interrogations ouvrent la voie à la dimension pratique des humanités numériques, dimension qui nécessiterait peut-être d’autres formes de publication validées pour être reconnue.

Trois questionnements

1) Recherche en humanités numériques (et non point la recherche en sciences humaines grâce aux humanités numériques) : peut-on parler d’une recherche en humanités numériques ?

 2) Reconnaissance : la spécificité des humanités numériques me semble encore bien souterraine et implicite. Encore inconnues du grand public, il n’est pas toujours facile d’expliquer ce que les humanités numériques sont et font. Faire émerger cette spécificité, et donc la forme des publications qui iraient avec, est, peut-être, l’une des nombreuses clés qui participeraient de l’organisation de cette reconnaissance. La faire émerger implique, ipso facto, de la reconnaître. Mon témoignage sur la liste « DH » n’était ni un cri du cœur, ni une obsession carriériste, ni une volonté de maîtriser une situation au moyen d’une institutionnalisation parfois sclérosante, mais plutôt le pendant réaliste de la métaphore de Marjorie, telle que je la comprends : la mise en évidence d’un fonctionnement qui risque de devenir dysfonctionnement, par épuisement de ceux qui travaillent, les laboratores, victimes d’une consommation inadéquate de leur production. En effet, que l’on considère les humanités numériques comme une ingénierie, comme une pratique, ou comme une discipline – ou tout cela à la fois – il vient moins à l’esprit de manquer de reconnaissance au travail – quotidien ou de recherche – d’un ingénieur, d’un médecin, ou d’un sociologue, car ces activités sont reconnues. Et, bien qu’il soit délicat de l’écrire, il faut avoir le courage de reconnaître que, d’un projet à l’autre, émergent des coïncidences parfois difficilement explicables, simplement faute de pouvoir citer une publication adaptée, publication qui n’existe simplement pas, par inexistence de sa forme. La forme des publications en humanités numériques serait-elle à inventer pour ne plus mimer, de manière très prolifique et sans jamais les équivaloir, ceux de l’informatique ou des SHS et offrir une place digne au travail des laboratores ? Qu’est-ce qu’une publication en humanités numériques et qu’est-ce qui fait la valeur de son contenu ? Quelle publication est reconnue, d’utilité courante et régulièrement citée comme référence, car utilisée réellement pour la réalisation de projet ?

 3) Formation en humanités numériques : Des formations sont heureusement en cours d’élaboration depuis plusieurs années. La formation pourrait tendre vers trois objectifs : pratique courante, pratique spécialisée et recherche. Il s’agirait d’acquérir des compétences techniques et des connaissances scientifiques en SHS, mais pas seulement. Ce sont aussi des aspects théoriques qui mènent à une autonomie de la pensée et à un usage critique des instruments – il me semble étrange d’enseigner la programmation sans faire au préalable entendre ce qu’est un algorithme et de laisser les personnes relire moult fois leur code XML, car Oxygen leur signale que le fichier n’est pas « well formed », sans jamais les avoir instruits sur ce qu’est un formalisme – enseignement que j’ai pourtant pratiqué de la sorte. Certains savent, d’autres pas ; certaines formations s’y appliquent, d’autres pas. Pourquoi, alors que la logique formelle et les nombres sont des piliers de la numérisation, sont-ils si négligés en humanités numériques ?

Un autre aspect serait important : la culture de base, disons générale, propre à l’informatique, aux mathématiques, à la philosophie, à la linguistique, aux humanités numériques ainsi que de nombreuses autres connaissances encore, la liste pourrait être longue. Il reste surprenant que des étudiants – et parfois des non-étudiants – découvrent seuls, et leur enthousiasme leur donne raison, comme s’il s’agissait du Saint Graal, des références, comme, parmi un vaste choix, deux exemples qui ressortent souvent dans mon expérience, le Memmex de Vannevar Bush et la machine à états finis de Turing ou encore des champs de la connaissance, comme la sémiotique. Pourquoi ?

Enfin, élaborer des programmes de formation et d’enseignement en humanités numériques pourrait-il avoir lieu en ouvrant un espace de collecte où chacun, fort de son expérience, et sans chercher à imposer son bagage, y déposerait les thématiques et la bibliographie spécifique qu’elle ou il estime essentielles de savoir et de maîtriser, comme socle de base ? Et si nous tentions de renouveler une telle liste ici et maintenant, même un peu en vrac ?

Humanités numériques : question pratique ou de pratique ?

Ces trois axes ne font pas pour autant des humanités numériques une discipline. Selon moi, les humanités numériques ne sont pas une discipline au sens où l’on trouve parfois également écrit que la médecine n’est ni vraiment une discipline ni vraiment une science exacte toujours parfaitement reproductible[1]. À la fois précise et imprécise, la médecine est un art appliqué à la connaissance de et à l’action sur l’humain, voire sur le vivant en général (normal et pathologique), qui se décompose en pratique courante, pratique spécialisée et recherche, et qui s’articule en une constellation de disciplines très diversifiées, certaines plus fondamentales, mais non plus importantes que d’autres, et qui s’appuient, avec un rapport de dépendance tout en restant autonome, sur des sciences dures, des techniques et des technologies, qu’elles s’approprient et dont il convient d’avoir une solide maîtrise, sans nécessairement être physicien, biologiste, ou mathématicien, voire il peut être, parfois aussi, préférable de ne pas l’être. L’inverse serait en revanche délicat : d’humanisme il serait toujours question lorsque l’on choisit de travailler sur l’humain. Ainsi, l’homme de lettres, historien et médecin, Jean Starobinski écrivait : « [La médecine] est un savoir transformé en pouvoir »[2]. Employées en complémentarité de l’expression et de la représentation « papier », les humanités numériques obligent à mettre le raisonnement humain à l’honneur en le mettant à nu : on peut comprendre que, si prise de pouvoir il y a, elle en émeuve plus d’un, suscite des résistances et donne envie. Que pourrions-nous faire ?

Si l’analogie avec la médecine rencontre nécessairement des limites – l’organisation de l’art médical s’enrichit de diversités culturelles et il ne serait pas exempt de critique dans son fonctionnement – cette analogie permettrait peut-être de jeter un peu de lumière sur certaines réalités des humanités numériques, comme :

1) Ce que j’appelle, pour le confort de mon quotidien professionnel, des « problématiques de numérisation ». Posées continuellement dans les projets en humanités numériques, elles ont leur importance : pourquoi et comment définir, représenter, exprimer et traiter formellement tel objet d’étude scientifique et les phénomènes afférents ?

2) Ce que j’appelle, pour le confort de mon quotidien professionnel, des « actes de numérisation » et qui découlent de la problématisation : expérimentation, application de standards, recherche de solutions encore inexistantes, études de cas, protocoles d’évaluation par la communauté, élaboration de prototypes, …

3) Le caractère protéiforme de ce qui mériterait d’entrer sur les circuits de publication reconnue, selon les aspects traités. Car si ni le projet de numérisation, confié idéalement à un gestionnaire de projet et non à un chercheur, ni son résultat réalisé ne sont évidemment les résultats publiables d’un processus de recherche en humanités numériques, ils enclenchent de nombreuses recherches utiles au projet, distinctes de celui-ci et dont les résultats mériteraient plus de place dans l’espace public, aussi bien pour leur utilité pour la communauté que pour la reconnaissance de ceux qui les ont produits. Ce sont des points de méthode, des concepts, des protocoles, des prototypes, des plug-ins, des études de cas, des démonstrations qui expliquent et résolvent des écueils mettant en évidence un mieux faire – au point que l’on en estime parfois, à tort selon moi, cette mise en évidence, si utile, si utilisée, si évidente après coup donc, qu’elle serait sans valeur sur un marché de la publication, etc. De la même manière, le cadre rédactionnel habituellement employé pour exprimer un résultat dans un article, en SHS ou en informatique, me semble en grande partie inapproprié et peu accueillant à une activité fondamentale, et propre, à ce degré, aux humanités numériques : l’élaboration de modèles formels.

4) Les recherches menées en humanités numériques pour dépasser les capacités d’expression et de représentation des systèmes de traitement de l’information. Ces recherches sont menées par des chercheurs qui parfois s’identifient dans le fait d’être chercheurs en humanités numériques, et ce même s’il ne s’agit ni d’une science ni d’une discipline, et que cela ne sert pour le moment pas leur carrière, car leurs travaux n’entrent pas dans le processus de reconnaissance induit par les cadres de publication actuels.

5) La spécificité des humanités numériques, ni science ni discipline à proprement parlé, mais pratique professionnelle qui prend aussi sens dans une philosophie de l’acte et de l’action[3]. De par son ampleur et sa complexité, cette pratique nécessiterait de s’organiser en une formation académique reconnue de généralistes, de spécialistes et de chercheurs. Cela va, selon moi, bien au-delà d’un diplôme de Master ou d’options disséminées ici et là dans les facultés, eu égard ne serait-ce qu’au temps nécessaire à l’acquisition de ces compétences.

S’affranchir et publier

Si la représentation numérique de la connaissance humaine ne se réduit pas plus à des lois physiques, électroniques et mathématiques qu’elle ne se réduit à la logique formelle, elle ne peut et ne doit, ipso facto, en faire l’économie. De même, les humanités numériques ne s’arrêtent pas à de l’ingénierie, informatique ou des connaissances, qui pourraient être considérées, à certains égards, comme une des branches des humanités numériques. La pratique du numérique relèverait alors d’un tout, d’une démarche globale, qui en appelle à la synthèse – l’influence lointaine de l’École des Annales et de l’historiographie française, ma formation initiale, reste naturellement perceptible et source d’inspiration, mais il ne peut s’agir de prétendre s’y amalgamer. En effet, cette pratique du numérique inclut également, mais pas seulement, les réflexions méthodologiques, des réflexions sur la place et l’impacte sociétale ou épistémologiques de la numérisation, une conscience de son histoire également.

Comme beaucoup l’auront probablement déjà remarqué et compris mieux que moi, je me demande si donner corps aux humanités numériques, et surtout exprimer ce qui est propre à celles-ci au travers d’un prisme qui prendrait racine de manière privilégiée dans l’une (informatique) et/ou l’autre (SHS) approche ne procéderait pas un peu de l’« idéologie scientifique » chère à un autre médecin et philosophe, Georges Canguilhem. Si telle était le cas, ces approches, informatique et SHS, ne freineraient-elles pas, de fait, jusqu’à la mise en forme, en cours, lente et difficile sans le moindre doute, d’une communication professionnelle publiée, adaptée et propre aux humanités numériques, communication professionnelle, rêvée par moi plus explicite et plus simple, mais non moins complexe, et qui ne prendrait pas modèle, en les gauchissant, ni sur une rhétorique littéraire rédigée ni sur des formulations de type mathématique ou informatique ?

Je serais heureuse de lire en commentaire à ce billet ou ailleurs des témoignages concrets concernant n’importe quel thème ici abordé, des exemples de formation conplètes sur cinq ou sept années, voire plus, des exemples de publications réussies, des études de cas devenues références, et les raisons qui les font être considérées ainsi, des thématiques à inclure dans les connaissances fondamentales des humanités numériques, des auteurs, des ouvrages, des contres-exemples rassurants et prometteurs qui annoncent cette transition. En séminaire d’humanités numériques[4] récemment, les partages entre participants ont condtuit Paul Bertrand à dire que c’est l’organisation même des disciplines SHS, disciplines qui sont des constructions sociales, qui serait à mettre à plat, sans pour autant faire table rase. Ce que fait émerger l’organisation tripartite de la métaphore de Marjorie, pour moi, c’est que, dans une telle organisation, l’humain trouve difficilement à s’épanouir à terme. La société à laquelle fait référence Marjorie a été heureusement abolie en 1789.  À la lumière de ces réflexions collectives renouvelées lors de ce cinquième colloque humanités numériques de l’Institut historique allemand, peut-être réussirons-nous à faire un pas de plus dans une direction similaire pour les humanités numériques ?

Marion Lamé

Carnet de recherche : Épigraphie en Réseau

Vers l’appel à contribution : Colloque #dhiha5 : Conditions de recherche et Digital Humanities : quelles perspectives pour les jeunes chercheurs ?

Références bibliographiques :

CANGUILHEM, Georges. « Qu’est-ce qu’une idéologie scientifique », Idéologie et rationalité dans l’histoire des sciences de la vie. Paris : VRIN. Édition de poche, 2009, p. 39-55. 1977 pour la première édition.

STAROBINSKI, Jean . Histoire de la médecine. [Lausanne] : Rencontre ; [Genève] : Erik Nitsche International, 1963.

 


[1] « Nos connaissances, fondées sur l’observation et l’expérience, tendent au maximum d’exactitude compatible avec les fluctuations des phénomènes de la vie. » Jean Starobinsky, Histoire de la Médecine, p. 6.

[2] Idem, p. 6

[3] Intéressant est ce billet de Guido Koller qui appelle à une réflexion sur la théorie de la pratique en humanités numériques en prenant inspiration chez Pierre Bourdieux : « Digital Humanities: Short Outline of a Theory of Practice » http://wethink.hypotheses.org/468

[4] Séminaire « Digital Humanities. Les transformations numériques du rapport aux savoirs » du 24 mars 2013 « DH EHESS : humanités numériques italiennes » http://philologia.hypotheses.org/1091 et http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2012/ue/324/


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *