Les Trois Ordres ou l’Imaginaire des Digital Humanities #dhiha5

Cette contribution a été traduite en anglais par Lou Burnard
et en allemand par Anne Baillot, Mareike Koenig et Laura Roos.

Qui sont donc les Digital Humanists? Une communauté (?) complexe et en évolution, à n’en pas douter, comme le démontreront sans doute les tables-rondes du colloque DHIHA5, en particulier celles consacrées à la formation, aux formes de la culture numérique et aux carrières. La diversité culturelle en DH, exprimée surtout à travers le multilinguisme, est d’ailleurs un sujet d’actualité, en tout cas en France et en Italie.

Mais au-delà des langages, il me semble qu’il existe une autre lecture possible des lignes de faille dans la communauté de ceux qui se réclament des Digital Humanities. Je me suis de longue date aperçue que les Digital Humanists du milieu dans lequel j’évolue avaient un profil différent de ceux qu’il m’arrive de croiser dans d’autres sphères, et ceci indépendamment de leur arrière-plan linguistique et culturel. Pour tenter de comprendre ces différences, les médiévistes (que je sais nombreux ici, et auxquels j’appartiens) me pardonneront j’espère le détournement facétieux d’un célèbre titre de Georges Duby.

Oratores, bellatores, laboratores: ceux qui prient, ceux qui combattent, ceux qui travaillent. On pourrait résumer ainsi, très brièvement, les trois ordres distingués par G. Duby, et qui me semble-t-il pourraient aussi être une clé de compréhension de la communauté DH.

Ceux qui travaillent prennent en charge la fonction de production, dans la tripartition de G. Dumézil. Dans les DH, ce sont tous ceux qui s’intéressent aux aspects pratiques, impliquant des réalisations concrètes. Parfois des informaticiens ouverts aux Humanités, souvent des passionnés issus de formations en sciences humaines qui ont fait l’effort d’apprendre à maîtriser les outils et concepts nécessaire à la création. C’est la sphère, je le crains, qui est à la fois la plus indispensable aux DH et la plus fragile en termes de gestion de carrières et de reconnaissance académique. Les réalisations concrètes sont les moins valorisées sur le plan académique (et par « concrète », je n’entends pas seulement le développement pur, mais aussi la modélisation, le design, l’ergonomie…). Il y a de plus un cercle vicieux: si un jeune chercheur en Sciences Humaines commence à s’impliquer dans la création de ressources DH et à développer des compétences dans ce domaine, il y a de fortes chances pour que l’on fasse appel à ces compétences DH avant tout (parce qu’elles sont plus rares), poussant insidieusement cette personne dans la voie de carrières dites, avec un optimisme admirable, « académiques alternatives »: ingénieurs, conservateurs spécialisés dans le digital, etc.

Ceux qui combattent prennent en charge la défense des DH, sur le plan politique et intellectuel. Ils combattent d’ailleurs souvent pour donner aux DH le statut de discipline à part entière. Le méritent-elles? A titre personnel, et sur un plan strictement intellectuel, j’en doute fortement. Mais l’enjeu n’est pas intellectuel: c’est la reconnaissance des DH comme discipline académique qui permettrait de donner une alternative de carrière vraiment académique à ceux qui travaillent. Le combat, à mon sens, est plus social que fondamental, car je suis persuadée que les nouvelles méthodes et technologies s’imposent ou s’imposeront d’elles-mêmes par leur utilité, lorsqu’elles sont utiles dans les disciplines concernées. Je veux croire que, par une sorte de « darwinisme », ce qui apporte un avantage est sélectionné naturellement dans l’évolution, celle des êtres comme celle des pratiques de la recherche.

Ceux qui prient constituent l’ultime catégorie, qui rassemble pour beaucoup me semble-t-il ceux que je qualifierai de « croyants non-pratiquants », intéressés par le phénomène des DH et enthousiastes, mais non impliqués eux-mêmes dans les aspects concrets. Paradoxalement, j’ai l’impression que cette position peut parfois servir plus efficacement une carrière académique que celle de laborator: le discours sur les DH peut être plus valorisant en termes de carrière que leur pratique.

Ces catégories ne sont, heureusement, pas imperméables. Ceux qui combattent en particulier proviennent indifféremment des deux autres « ordres ». En revanche, il me semble que les échanges entre ceux qui travaillent et ceux qui prient sont les plus faibles, et que ces deux catégories de Digital Humanists tendent à évoluer dans des sphères de plus en plus indépendantes, ce qui me paraîtrait extrêmement regrettable. Le challenge des années à venir pour notre communauté pourrait-il être sinon l’abolition, du moins l’évitement d’une cristallisation d’une société d’ordres?


Références

  • Georges Duby, Les trois ordres ou L’imaginaire du féodalisme, Paris, Gallimard, 1978.
  • Georges Dumézil, Mythe et Épopée (I – L’Idéologie des trois fonctions dans les épopées des peuples indo-européens, 1968; II – Types épiques indo-européens : un héros, un sorcier, un roi, 1971; III – Histoires romaines, 1973), Paris, Gallimard, rééd. 1995.

Marjorie Burghart

Ingénieur d'étude - EHESS - CIHAM UMR 5648 (Lyon). Membre du Board of Directors du Text Encoding Initiative consortium (jan. 2012 - dec. 2013). Représentante de l'ALLC-EADH au Publications Committee de l'ADHO

More Posts

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Marion Lamé dit :

    Pour ma part, j’ai choisi de commenter ce billet par un autre billet, sur un rythme ternaire également : http://dhiha.hypotheses.org/832

    Le billet de Marjorie a par ailleurs été surtout commenté sur la liste DH, porte d’entrée ici :
    https://groupes.renater.fr/sympa/arc/dh/2013-04/msg00075.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *