Max Weber à travers le monde

Compte rendu du colloque « Max Weber in der Welt », 04.–05.07.2012, Bonn, organisé par la fondation  Max Weber Stiftung – Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland.

Auteur : Yannick Etoundi, Université d’Ottawa

Pour plus d’un siècle, Max Weber fut connu comme un des plus éminents chercheurs en sciences sociales. Ses écritures influencèrent de nombreux savants et même, elles furent fondamentales pour le développement de la pensée sociologique moderne en Europe. Aujourd’hui, son influence a surpassée les frontières européennes et rejoint tous les coins du monde où sa littérature fut traduite dans une multitude de langues.

La conférence fut principalement centrée sur la réception internationale de Max Weber en tant que figure de proie dans le domaine de la sociologie, ainsi que dans les autres domaines tel que l’histoire, l’économie, la religion et la science politique. L’engagement d’analyser ses œuvres selon un contexte mondial fut renforcé par des présentations d’une panoplie d’orateurs internationaux, et ce, dans plusieurs langues.

Les dissertations présentées ont examiné l’influence de Weber durant le vingtième siècle ainsi que dans le discours contemporain. Elles ont présenté une analyse contrastive des ses œuvres en investiguant plusieurs obstacles thématiques et conceptuels qui  sont ressortis lors du processus de traduction. Elles ont aussi examiné certaines périodes importantes de la vie de Weber ayant un impact sur la conception de ses thèses et ayant aussi contribué à son image en tant que chef de file académique.

La conférence marqua aussi une nouvelle phase de reconnaissance pour la Fondation des instituts allemands en sciences humaines à l’étranger en adoptant le nouveau nom, « Fondation Max Weber » pour son dixième anniversaire. Le Président de la Fondation Max Weber, Heinz Duchchart indiqua que le nouveau nom contribuera à la mission de la Fondation qui est d’établir son rôle comme étant une institution internationale élite pour les sciences sociales, les études culturelles et les sciences humaines. Cornelia Quennet-Thielen (Ministre fédéral de l’éducation et de la recherche), Andreas Beyer (Deutsches Forum für Kunstgeschichte Paris) and Wolfgang Schieder (Cologne) ont soulignés lors de leur réflexion d’ouverture que le nouveau nom contribue aussi à la préservation de l’héritage de Max Weber comme étant un des intéllectuels allemands des plus éminents de notre temps.

Le premier forum de discussion, dont le modérateur était WERNER GEPHART (Bonn), explora la réception antérieure des oeuvres de Max Weber et sa progression au cours du vingtième siècle.

MARTA BUCHOLC (Varsovie) adressa les défits culturels ayant contribué à retarder l’insertion de la litterature wébérienne en Pologne durant le vingtième siècle. Plusieurs facteurs importants tel que l’attitude « antipolognistique » de Weber ainsi que le préjugé négatif envers lui par les polonais furent discutés davantage par Bucholc afin d’argumenter qu’aucune analyse neutre ou systématique n’a pu être rédigée en raison de l’ambiguïté intrinsèque à Weber et ses publications. La réponse de Weber face à la « question polonaise » fut par conséquent jamais conceptualisée dû au manque de cohérence entre les générations d’intellectuels polonais.

DITTMAR DAHLMANN (Bonn) analysa les obstacles qui entravèrent l’intégration de la litérature wébérienne chez les intéllectuels russes. Malgré le fait que Weber fût un sociologue respecté avant la révolution russe, plusieurs de ses publications devinrent restreintes en raison d’une censure stricte envers la litérature étangère. Suite à la chute de l’Union soviétique, les oeuvres de Weber gagnèrent leur popularité puisqu’elles influencèrent le développement de la sociologie post-soviétique.

En faisant ressortir l’acceptation des œuvres de Weber en fonction de la période, , WOLFGANG SCHWENTKER (Tokyo) examina les obstacles qui retardèrent le processus de traduction et d’interpretation au Japon. Bien qu’un intérêt précoce émergea parmi les intellectuels japonais à l’égard de « L’étique protestante » de Max Weber, ses traductions furent seulement complétées à l’aide de langues intermédiares tel que l’anglais. Ceci fut la cause d’un long débat thématique et c’est seulement au cours de la fin du vingtième siècle qu’une nouvelle génération de jeunes interprètes reconceptualisèrent les oeuves de Weber et par conséquent, stimulèrent une nouvelle appréciation pour la litrature wébérienne au Japon.

ALEXANDRE TOUMARKINE (Istanbul) discuta du délais de la récepetion des oeuvres de Weber en Turquie. En considerant l’instabilité sociopolitique en Allemagne au cours de la vie de Weber, Toumarkine croit que la société turque adopta une représentation négative de Weber et donc, ses théories au sujet du capitalisme, de la modernité et plus particulièrement de la laïcité arrivèrent tardivement en Turquie. Le processus de traduction défi également l’interprétation et la reconceptualisation des theories wébériennes en Turquie étant donné que se fut principalement l’anglais qui servit d’intermédiaire entre les oeuvres allemandes de Weber et ses traductions en turque.

Le deuxième forum de discussion, dont le modérateur était WOLFGANG SEIFERT (Heidelberg), se concentra sur les périodes importantes de la vie de Max Weber ayant un impact sur le développement de ses théories.

PETER HERSCHE (Bonn)  fit la reconstruction du voyage de Max Weber en Italie en 1901 et investigua son effet sur ses théories subséquentes. L’objectif de son séjour en Italie fut principalement pour un traitement thérapeutique,  toutefois, étant immergé dans une culture religieuse millénaire,  il utilisa cette opportunité afin de discuter avec de nombreux italiens catholique pour mieux comprendre leur contexte religieux. En raison de l’héritage protestant de Weber, il critiqua sévèrement le catholicisme qui servira de fondation dans l’écriture de sa thèse sur « L’étique protestante. »

FRANCESCO GHIA (Trente) examina la position de Weber par rapport à la notion de « Zeitgeist » afin de démontrer son opinion divergente face à la position de l’historien français Hippolyte Taine. Weber fut un supporteur du romantisme et argumenta que le terme « Zeitgeist » définit la vérité reflétée à travers les arts. Étant supporteur du positivisme sociologique, Taine demeure très critique à l’égard de cette position car pour lui cette notion représente plutôt un concept irrationnel de la vérité et par conséquent, elle est mieux défini par son concept de « Milieu », soit l’environnement physique qui façonne une personne. Weber rejette cette notion puisque l’humanité n’est pas façonnée par l’environnement mais par la convergence des dimensions religieuses et économiques de l’humanité, conclusion  à laquelle il arrive au moyen de ses études sur L’étique protestante.

LAWRENCE SCAFF (Detroit) explora le premier voyage de Max Weber aux États-Unis, le « Amerikareise », afin de discuter son effet critique sur le développement de ses thèses ultérieures mais aussi sur sa réputation en tant que chef de file académique. Le voyage servit d’investigation sur les conclusions de Weber sur la relation entre « L’étique protestante », perçue comme l’influence émergente sur le style de vie américain laïque et « l’esprit du capitalisme », donc la nouvelle culture capitaliste moderne, résultant de l‘industrialisation moderne de l’Amérique. Scaff argumenta que la réception de Weber aux États-Unis fut purement psychologique puisque par la suite, il devint principalement renommé pour sa documentation précise de la culture américaine.

SAM WHISMTER (Londres) se concentra sur la notion de l’État-nation conçu par Max Weber et le contexte dans laquelle elle fut développée. Whimster  affirma que l’idée de l’État-nation de Weber fut formée par sa réalité et son environnement quotidiens, qui au moment était représenté par l’empire allemand. Par conséquence, sa critique est basée sur la sociologie politique d’un empire. La théorie de Weber devrait être donc considérée comme englobant à la fois l’empire et l’État-nation comme des entités comparables d’analyse.

HINNERK BRUHNS (Paris) analysa la réaction de Max Weber face à la politique de guerre allemande durant la Première guerre mondiale et l’après-guerre, à l’aide des écritures de l’historien Wolfgang J. Mommsen. Au début de la guerre, Weber avait maintenu une position favorable en indiquant que la guerre était avantageuse et même nécessaire pour la défense de l’Allemagne, toutefois, au cours de la guerre, il critiqua sévèrement les politiques d’annexassions allemandes.  Dans ses écrits subséquents, il se concentra sur les dimensions sociologiques de la guerre en critiquant les effets néfastes de celle-ci sur la population allemande. Bruhns expliqua que suite à la guerre, Weber chercha une participation politique plus influente afin d’introduire des réformes constitutionnelles et de démocratisation en Allemagne.

Le forum de discussion final, dont le modérateur était GERD KRUMEICH (Düsseldorf), présenta une vue générale de la réception courante des œuvres de Max Weber, particulièrement parmi les intellects non occidentaux.

EDITH HANKE (Munich) présenta une analyse géographique de la réception des écrits de Weber afin de comparer le degré de transfert culturel résultant de ce dernier. Les traductions des œuvres de Weber furent pour longtemps concentrées dans le monde occidental et ce n’est que récemment qu’une nouvelle appréciation pour cette littérature émergea dans d’autres régions comme la Russie, la Chine, le Japon et le monde islamique. Toutefois, cette forme de transfert culturel demeure encore ambiguë et parfois inconsistante car la plupart des traductions wébériennes ne proviennent pas de l’allemand mais de langues intermédiaires comme l’anglais et le français.

STEFAN LEDER (Beyrouth) examina l’intégration des œuvres de Weber dans le monde arabe et parmi la communauté islamique. Comparable à plusieurs autres traductions non occidentales, l’interprétation de la littérature wébérienne dans le monde arabe fut complétée à l’aide de langues intermédiaires et ainsi, un débat thématique se développa en raison de ceci. Certains termes comme le capitalisme, le protestantisme et l’étique demeurent conflictuels avec les dimensions socioculturelles de l’Islam et de la culture arabe. Leder discuta les nouveaux développements à l’intérieur du processus de traduction, en particulier provenant d’un nouveau mouvement composé d’intellectuels islamiques. Néamoins, le débat entre une traduction régionale ou arabe systématique demeure encore disputée.

En s’appuyant sur les écritures de l’intéllectuel égyptien renommé Abdel Wahab El-Messiri, HAGGAG ALI (Le Caire) investigua l’influence des œuvres de Weber sur le discours contemporain intellectuel de la sécularité et la modernisation en Égypte. Ali argumenta que plusieurs intéllectuels égyptiens comme El-Messiri reconceptualisèrent les œuvres de Weber afin de tirer des liens entre ses théories et le nouveau développement sociopolitique de la société égyptienne contemporaine. La notion de séparer la sphère religieuse et sociétaire, thématiser par Weber, est devenu un sujet primordial mais aussi divisible parmi la politique égyptienne courante.

GANGOLF HÜBINGER adressa les dimensions historiques qui influencèrent l’analyse de Weber des problèmes universels historiques de la modernité. Certains facteurs comme la structure de l’État moderne, la croissance de l’impérialisme européenne, le développement de la démocratie et la signification culturelle des activités économiques ont tous contribués à l’inconsistance de la théorie de l’histoire universelle. Hübinger analysa ses facteurs en relation avec les thèses de Weber au sujet du capitalisme, la modernité et les religions du monde afin de fournir une signification importante pour l’histoire universelle culturelle.

Tel que démontré par les conférenciers, Max Weber est un personnage renomé dans toutes les parties du monde et ses œuvres demeurent très influentes dans tous les domaines des sciences sociales. Même si aujourd’hui il est un homme très respecté, sa réception ne fut pas toujours constante au cours du vingtième siècle et plusieurs de ses œuvres arrivèrent relativement tard parmi les régions non occidentales du monde. Plusieurs facteurs culturels et politiques entravèrent cette réception et ainsi, l’appréciation pour sa littérature est relativement récente. Toutefois, le processus d’interprétation de la littérature wébérienne présenta un obstacle commun; plusieurs concepts importants qui sont fondamentaux pour les théories de Weber ne peuvent pas être correctements traduites de la langue allemande. L’utilisation des langues intermédiaires tel que l’anglais et le français ont été très répandu en tant que réponse à ce problème, cependant, le transfert culturel résultant de ceci demeure inconsistant dû à la traduction faite a partir des textes non originaux. Pourtant, une nouvelle génération d’intéllectuels a abordée ce défit afin de fournir une meilleure compréhension des œuvres de Weber dans leurs langues respectives. Les œuvres de Max Weber sont devenus parmi les œuvres académiques les plus traduites et même aujourd’hui, l’intérêt pour ses théories continue de grandir.

 

Programme de la conférence

 Begrüßung

  • Heinz Duchhardt (Max Weber Stiftung)
  • Staatssekretärin Cornelia Quennet-Thielen (Bundesministerium für Bildung und Forschung)
  • Dominik Geppert (Rheinische Friedrich-Wilhelms-Universität Bonn)
  • Andreas Beyer (Deutsches Forum für Kunstgeschichte Paris)
  • Wolfgang Schieder (Göttingen)

 1. Die internationale Weber-Rezeption in der Vergangenheit / Die Rezeption Max Webers durch die Welt

Moderation:  Werner Gephart (Rheinische Friedrich-Wilhelms-Universität Bonn, Käte Hamburger-Kolleg »Recht als Kultur«)

Warschau:   Die Reaktion polnischer Intellektueller auf Max Webers Polenschriften

Referentin: Marta Bucholc (Universität Warschau)

Moskau:      Die Rezeption der Russlandstudien im Kreis der russischen Intelligenz

Referent: Dittmar Dahlmann (Rheinische Friedrich-Wilhelms-Universität Bonn)

Tokio:          Japanische Kontroversen über Max Webers »Protestantische Ethik«

Referent: Wolfgang Schwentker (Osaka University)

Istanbul:      Die Rezeption Max Webers in der republikanischen Türkei

Referent: Alexandre Toumarkine (Orient-Institut Istanbul)

Diskussion

2. Max Webers Rezeption der Welt                                                                           

Moderation:  Wolfgang Seifert (Universität Heidelberg)

Rom:            Der Romaufenthalt (1901–1903) und Max Webers Verhältnis zum Katholizismus

Referent: Peter Hersche (Universität Bern)

Paris:           Max Weber und die »Philosophie de l’art« von Hippolyte Taine

Referent: Francesco Ghia (Università degli Studi di Trento)

Washington: Max Weber und die USA

Referent: Lawrence A. Scaff (Wayne State University, Detroit)

London:       Max Weber and the World of Empire

Referent: Sam Whimster (London Metropolitan University und Käte Hamburger-Kolleg »Recht als Kultur«)

Paris:           Der »Soziologe« und der Krieg. Max Weber 1914–1920

Referent: Hinnerk Bruhns (Centre de recherches historiques, CNRS / EHESS, Paris)

Diskussion

3. Die internationale Weber-Rezeption in der Gegenwart / Die Rezeption Max Webers durch die Welt

Moderation:  Gerd Krumeich (Heinrich Heine-Universität, Max Weber-Gesamtausgabe, Düsseldorf)

Max Weber weltweit. Zur Rezeption eines Klassikers in Zeiten des Umbruchs

Referentin: Edith Hanke (Bayerische Akademie der Wissenschaften, Max Weber-Gesamtausgabe, München)

Beirut:         Max Weber und die arabische Welt

Referent: Stefan Leder (Orient-Institut Beirut)

Kairo:           Max Weber and the Revision of Secularism in Egypt: The Example of Abdelwahab Elmessiri

Referent: Haggag Ali (Academy of Arts, Egypt)

Max Weber und die »universalgeschichtlichen Probleme«

Referent: Gangolf Hübinger (Europa-Universität Viadrina, Frankfurt/Oder)

Abschlussdiskussion

Voir aussi le carnte de recherche « Max Weber in der Welt » http://maxweber.hypotheses.org/


dhiparis

Teamaccount der Redaktion.
Forschen – Vermitteln – Qualifizieren: Das DHI Paris ist ein zentraler Akteur international ausgerichteter historischer Forschung im Verbund der Max Weber Stiftung, Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland.

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *