Un « salon virtuel » – Inventaire de la correspondance de Constance de Salm

Un groupe de recherche de l’IHA est actuellement en train de procéder à l’inventaire de la correspondance de Constance de Salm. L’objectif de ce projet est de réaliser une base de données accessible au public de chercheurs : cette base de données contient les informations de base – expéditeur, destinataire, date – mais aussi un résumé du contenu de chaque lettre. Le programme utilisé à cet effet, FuD, a été conçu par l’université de Trèves. Il s’agit d’un système informatique très flexible permettant de réaliser une plate-forme à la fois de travail, de publication et d’information, et à des groupes de travailler parallèlement sur les différentes phases d’un projet, indépendamment de leur lieu de travail. Il peut également être configuré de façon individuelle1.

La majeure partie des quelque 7000 lettres se trouve aujourd’hui dans les archives de la Société des amis du Vieux Toulon et de sa région, à Toulon. Elles ont été numérisées en 2010 sur l’initiative et avec le concours financier de l’IHA, si bien que le groupe de recherche peut à présent traiter et inventorier commodément le fonds à l’aide de la base de données.

Constance de Salm (1767–1845) elle-même était convaincue de l’intérêt que pouvaient offrir ces lettres pour un plus large public. Elle avait prévu d’éditer sa correspondance, et pour ce faire elle avait fait copier de nombreuses lettres, mais elle n’en publia qu’une trentaine. Constance de Salm partage la destinée de beaucoup de ses collègues écrivains: dans le Paris de son temps, son nom était sur toutes les lèvres, ses textes étaient imprimés, lus, discutés, elle participait à l’activité des académies et aux débats menés par les journaux.  Ecrivains, savants, hommes politiques, musiciens et artistes fréquentaient ses soirées. Après sa mort, son nom tomba dans l’oubli. Il fallut attendre 2007 pour que l’on rééditât enfin son roman épistolaire »Vingt-quatre heures d’une femme sensible«, publié en 1824, et un an plus tard en paraissait une traduction en allemand. De nos jours, ce ne sont pas tant son œuvre littéraire et ses essais, que l’étude de son abondante correspondance qui suscite l’intérêt des chercheurs.

Lettre autographe de Constance de Salm à Paul-Philippe Gudin de La Brenellerie, 08/06/1808

Après son divorce de Jean-Baptiste Pipelet et son remariage avec Joseph comte, puis prince de Salm-Reifferscheidt-Dyck, originaire de Rhénanie, Constance de Salm, née de Théis, passa régulièrement la moitié de l’année dans cette région ;  l’autre moitié elle la passait à Paris, et elle y réunissait ses amis et connaissances. Pendant les mois d’absence de la princesse, les membres de ce groupe, appelé »cercle«, »réunion«, ou encore »société«, continuaient sous forme épistolaire les conversations et débats entamés à Paris. C’est par ces lettres que Constance de Salm parvint à maintenir son réseau, à conserver ses amitiés et ses contacts, à réaliser ses publications, et à être toujours au courant de ce qui se passait à Paris dans la société et les milieux culturels. La correspondance de Constance de Salm crée ainsi une sorte de »salon virtuel« (Christiane Coester), dans lequel on parlait de politique, de littérature, de la vie culturelle, mais aussi de potins et ragots divers.

Constance de Salm attachait beaucoup d’importance au fait d’être en relation avec des personnages influents et de les attirer dans son salon – qu’il soit virtuel ou réel. Certes, les membres de ce groupe considéraient ces réunions comme un lieu de sociabilité, mais ils utilisaient également ce réseau pour faciliter leurs carrières, ce que montrent un grand nombre de lettres.

 

 

 

  1. Pour plus d’information sur ce système FuD, voir le lien suivant : http://fud.uni-trier.de/. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 24/10/2014

    […] Plus d’information sur le projet : “Un salon virtuel” – Inventaire de la correspondence de Constance de Salm : http://dhiha.hypotheses.org/572 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *