Repenser les recensions : la communication scientifique sur recensio.net

Si l’on observe le boom des réseaux sociaux ou le succès des mécanismes d’évaluation basés sur les commentaires qui guident notre consommation privée et dont on ne peut quasiment plus se passer (il suffit de penser à Amazon), il est particulièrement surprenant de constater que le marché du livre scientifique en histoire a conservé jusqu’à présent ses instruments d’évaluation traditionnels.

La fameuse « révolution numérique » n’a affecté en rien le genre textuel de la « recension d’ouvrages » qui s’est établi et développé au fil de plusieurs décennies. Au demeurant, il serait tout aussi faux d’affirmer que la recension n’a pas fait le saut du papier à la toile : de nombreuses revues spécialisées publient désormais leurs rubriques recension sur les deux supports. Plus encore, des journaux de recensions exclusivement en ligne sont apparus très rapidement. Ils peuvent se vanter d’un succès croissant et sont aussi devenus des incontournables du marché de la recension en sciences humaines.

Une recension paraissant dans un magazine Internet reste en soi un transfert de l’habituel (la recension imprimée) sur un nouveau support (Internet). Elle n’exploite pas le véritable potentiel de communication d’Internet. Pourtant, une des pierres d’achoppement des recensions traditionnelles ne réside-t-elle pas dans le caractère unilatéral de la prise de position ? La personne qui écrit la recension parle et juge. Elle critique le livre pris dans son intégralité : tous les aspects qu’elle peut apprécier – comme éventuellement ceux qui sont hors sujet. Un inconvénient majeur n’est-il pas, lorsqu’un échange survient (une réponse de l’auteur considéré par exemple), la lourdeur, la lenteur de la communication, la non-juxtaposition du discours et de la réponse qui s’échelonnent sur plusieurs numéros d’une revue, voire, dans le pire des cas, se déroulent dans différents organes de presse ?

L’évolution actuelle, du résultat au processus de travail collaboratif, stimulée par les possibilités de communiquer en réseau de manière flexible et par la répartition du travail pourrait pourtant être particulièrement féconde pour le genre de la « recension »…

L’internationalité est un autre point qui pourrait être amélioré si l’on exploitait mieux les potentiels d’Internet pour les recensions : jusqu’à présent, les nouvelles parutions recensées en histoire sont souvent limitées à l’espace national.

Parallèlement, le compte rendu critique traditionnel soulève divers autres problèmes, dont le premier est une nébulosité grandissante : des organes de recension toujours plus nombreux tentent de donner un aperçu d’un marché des parutions en pleine explosion. Le chercheur doit surveiller les comptes rendus dispersés en différents endroits, dans les imprimés, parfois sur la toile, parfois sur les deux supports ; il pâtit lui-même d’une surcharge exponentielle de travail. En règle générale, il est de surcroît à la fois recensé et recenseur, à qui il reste un temps toujours plus infime pour rédiger ses comptes rendus et dont la motivation décroît proportionnellement à la quasi-certitude que son travail de critique va se noyer, non lu, dans la masse des organes de recension.

Comment y remédier et exploiter le potentiel d’Internet pour les recensions – tout en clarifiant son marché actuel ?

La Bibliothèque nationale de Bavière, l’Institut historique allemand, et l’Institut d’histoire européenne de Mayence se sont précisément posé ces questions lors de la phase de conception de « recensio.net » (http://www.recensio.net). La DFG subventionne la constitution de la plateforme à titre de projet pilote : l’objectif est de relier les modes de recension traditionnels aux « nouveaux ». D’une part, nous rassemblons des recensions issues de nombreuses revues ad hoc « classiques » et les diffusons en libre accès sur la plateforme, d’autre part nous testons de nouveaux instruments pour rédiger des recensions scientifiques basées sur des commentaires, qui permettent un dialogue flexible, singularisé, en outre international sur les nouvelles sorties, sans pour autant renoncer au contrôle qualitatif impératif en matière de sciences.

La plateforme repose sur deux idées fondamentales :

Le premier pilier (traditionnel) se dissimule derrière l’hyperlien « recensions ». recensio.net fonctionne ici comme un agrégateur en libre accès pour des « recensions classiques », comme prestataire de services pour des revues de recension. Les périodiques spécialisés (numériques ou imprimés) qui coopèrent avec recensio.net diffusent en supplément leurs recensions sur la plateforme : sous forme de fichier PDF à imprimer, de texte HTML, avec ou sans délai de diffusion (embargo). Sur tous ces points, nous respectons pleinement les souhaits des éditeurs et des rédactions, qui continuent à travailler en toute indépendance et ne livrent en rien leurs données en exclusivité à recensio.net.

Tous les contenus sont librement accessibles en intégralité sur la plateforme, et une recherche plein texte optimise l’exploration des recensions. Elles sont toutes en outre pourvues de métadonnées, qui vont des habituelles données sur l’ouvrage recensé à des classifications thématiques et des mots-clés. Au cours de l’année 2012, toutes les recensions seront de surcroît reliées au titre de l’œuvre indexée dans le catalogue OPAC de la Bibliothèque nationale de Bavière, ce qui accroîtra naturellement encore leur visibilité.

Ces avantages en termes de ‘trouvabilité’, de valorisation et de concentration des recensions à l’échelle internationale expliquent l’intérêt des rédactions à s’investir dans recensio.net. Les petites revues spécialisées notamment n’ont souvent pas les moyens de satisfaire aux questions urgentes que sont l’enrichissement des contenus par des métadonnées ou l’archivage des textes à long terme. C’est pour cette raison qu’il est déjà possible aujourd’hui de consulter 27 revues proposant plus de 4000 articles sur recensio.net, dont des périodiques francophones : les Mélanges de la Casa de Velázquez, les Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie et la Revue d’histoire du XIXe siècle. Mentionnons en outre l’axe thématique France consultable sous Francia-Recensio, dont la direction éditoriale est assurée par l’IHA.

La seconde idée fondamentale sur laquelle repose recensio.net s’aventure en terrain inconnu : on y pénètre par l’hyperlien « Présentation » sur la Page d’accueil, qui tend vers le web 2.0 : les auteurs peuvent ici déposer des présentations de leurs propres œuvres déjà publiées, même si l’objectif n’est évidemment pas d’y faire débauche d’auto-satisfecit, mais de présenter brièvement les thèses principales de l’ouvrage dans un cadre très précisément défini par le truchement d’un formulaire. Ces thèses doivent dépasser le niveau de la présentation d’une « quatrième de couverture », être les plus percutantes possibles, voire ne pas craindre les formules provocantes, en vue d’inciter les autres utilisateurs de la plateforme (en règle générale des scientifiques également) à rédiger des commentaires. Ces derniers n’ont pas besoin non plus de traiter de l’intégralité d’un ouvrage, ils peuvent être une prise de position sur un aspect précis. Cette méthode abaisse d’une part le seuil d’inhibition toujours plus élevé en matière de rédaction de recensions (qui vient s’ajouter à une charge de travail croissante dans le quotidien universitaire). De surcroît, cette approche facilite à notre avis la transdisciplinarité : les ouvrages d’histoire sont rarement recensés par des chercheurs de disciplines voisines, alors que ces dernières pourraient ou peuvent fournir des apports féconds sur des problématiques précises ou aspects particuliers.

Les auteurs peuvent présenter non seulement des monographies, mais aussi des articles qu’ils ont publiés dans des ouvrages collectifs ou des revues. Ils ont en outre la possibilité de signaler des ressources Internet pour historiens ou de les commenter (bases de données, blogs, bibliographies, etc.). Le présentateur est informé de l’arrivée d’un commentaire. Idéalement, une nouvelle forme de recension, une « recension dynamique », se tisse autour d’une présentation.

recensio.net est maintenant en ligne depuis dix mois. Le succès du « pilier 1 », c’est-à-dire de l’approche classique, a dépassé toutes nos espérances. En revanche, le premier bilan du « pilier 2 » innovant correspond aux prévisions : la fonction commentaire est rarement utilisée. Ce qui s’explique certainement par le fait que nous exigeons deux nouvelles choses de la part des chercheurs et universitaires : qu’ils présentent leurs propres écrits à un public qui peut être mondial et simultanément qu’ils commentent avec compétence d’autres présentations – de leur propre initiative et en sus des recensions « classiques » existantes.

Il est de bon augure que des présentations (d’Allemagne et de l’étranger) ne cessent d’ores et déjà d’être déposées, toutefois la « recension dynamique » mettra sans doute longtemps avant de trouver sa place et de s’établir.

L’équipe de rédaction de la plateforme garantit les standards scientifiques des présentations comme des commentaires.

Il est possible de s’abonner à des recherches particulières via un flux RSS, et ceux qui souhaitent être tenus au courant de l’actualité peuvent s’inscrire à la Newsletter mensuelle ou suivre recensio.net sur Facebook ou Twitter : http://de-de.facebook.com/recensio.net et http://twitter.com/RecensioNet.

L’envergure européenne de recensio.net se lit à l’aune des revues qui collaborent déjà au pilier 1. La plateforme est entièrement navigable en trois langues (anglais, français, allemand). Les recensions classiques paraissent dans la langue de leur publication originale, du finnois au russe. Les commentateurs et présentateurs peuvent par principe utiliser leur langue maternelle, toutes les langues européennes sont proposées.

En partenariat avec trois autres institutions européennes (http://www.knowledge-exchange.info/), la DFG a récemment créé un portail dont l’objectif est d’améliorer la visibilité des projets couronnés de succès dans le domaine du libre accès. Il s’intitule Open Access Success Stories (http://www.oastories.org/success-stories/). Nous nous réjouissons que recensio.net fasse partie des six premiers projets allemands présentés dès l’ouverture du portail. Et nous nous réjouissons de continuer à développer l’idée qui sous-tend recensio.net dans les années à venir. Vos questions, remarques et souhaits sont à cet effet toujours les bienvenus ! redaktion@recensio.net


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *