Impression #dhmasterclass côté français

Dans le cadre de mon travail sur le vocabulaire textuel et la symbolique du roi-prêtre, figure absente de la réalité politique médiévale mais bien présente dans l’imaginaire des contemporains, je suis arrivée à cette Master Class avec une masse de données brutes (raw data) issues de dizaines de manuscrits que je n’arrivai ni à organiser ni à préparer en vue d’une étude statistique.

Je ne suis pas une débutante en Humanités Numériques : diplômée du master « Technologies Numériques appliquées à l’Histoire » de l’Ecole des Chartes, j’avais déjà de solides bases et certaines séances de cette semaine furent pour moi plus des rappels que des découvertes. Plusieurs outils m’étaient ainsi déjà connus (cher Oxygen…). De plus, j’appliquais déjà certaines bonnes pratiques, comme l’utilisation systématique des métadonnées, dans mon travail.

Cette semaine fut construite selon la chronologie d’un travail de recherche, allant du planning de préparation (et le fameux DMP) à la publication des résultats. Ce fut pour moi un gros point fort de cette Master Class : plutôt que de proposer des sessions sur des sujets précis – coder avec R, éditer grâce à la TEI, etc. – la division de la semaine calquée a permis d’étudier les bonnes questions, pratiques et outils au moment où nous en avions besoin. Inutile d’aborder la question de la visualisation des données quand on n’a aucune image claire de quelles sont ses données en tête ! 

Outre les rudiments de savoirs-faire individuels, comme le cours introductif à la TEI offert par Emmanuelle Morlock, l’importance du travail collaboratif s’est fait sentir à chaque session. Plus peut-être que dans les autres domaines des SHS, la collaboration est indispensable pour avancer “pas à pas” dans le projet de recherche. Cette collaboration était double, avec à la fois celle des experts présents tout au long de la semaine et qui ont suivi nos projets du début à la fin, mais aussi les autres participants sur nos différents projets et nos problèmes communs. Une discussion sur les manuscrits permet d’avancer sur un encodage TEI, une autre discussion ouvre le débat sur la question de la confidentialité des données: les débats n’ont épargné aucun jour, et c’est tant mieux dans un milieu où les doctorants et jeunes chercheurs dans l’aspect numérique de leurs thèses sont parfois isolés dans leurs universités mêmes. 

Cette semaine a permis aux participants de découvrir le paysage des Humanités Numériques mis en place pour justement soutenir les chercheurs: Huma-Num et son stockage en ligne Nakala, Github, Dariah et la communauté textgrid. Ces infrastructures sont très peu connues des chercheurs malgré une belle offre d’outils numériques et surtout un soutien via les consortiums (Huma-Num) ou une communauté (Textgrid).

Ce qui est étonnant est finalement la place restreinte occupée par le codage même sur la durée du projet. Le principal élément sur lequel nous avons réfléchi fut avant tout de définir précisément la problématique et la finalité de nos recherches: la partie proprement informatique ne peut venir qu’après les réflexions scientifiques de base pour débuter tout projet: pourquoi et dans quel but. L’accent était mis sur la menée du projet: que puis-je faire dans le temps dont je dispose, quels outils existent pour m’éviter d’en construire un de toutes pièces, vers qui puis-je me tourner pour m’aider à trouver une solution à ce problème ? Les Humanités Numériques apportent ainsi des solutions méthodologiques à des défis de la recherche, et nos projets impliqueront à un degré divers l’utilisation des outils et méthodes selon nos besoins.

____

Plus d’infos sur la Master Class

 


Marie-Astrid Hugel

Doctorante en histoire médiévale et Humanités Numériques à l'EHESS de Paris et la Ruprecht-Karl-Universität Heidelberg.

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *