Appel à communication #dhiha7 : Le texte comme ressource (du/pour le savoir). Le Text Mining pour les historiens

Colloque les 29 et 30 juin 2017.

„What do you do with a Million books ?“ – Cette question, formulée par Gregory Crane, reflète non seulement un futur problème épistémologique – toujours plus prégnant – pour les sciences humaines et sociales, mais elle souligne également le tournant méthodologique, actuellement en cours et sur le point d’aboutir, des sciences de l’Antiquité. Ce dernier prend corps dans les constants efforts déployés pour rendre utilisables les données numériques disponibles – qu’elles soient structurées ou non – pour la recherche en sciences humaines et sociales. Le terme « utilisable » recouvre ici deux aspects : d’une part, il s’agit de mettre des données à disposition des chercheurs (grâce à la numérisation, et à la rétro-conversion) ; et d’autre part, il s’agit de proposer des méthodes afin de pouvoir travailler avec ces ensembles de données, potentiellement très importants (avec la fouille de textes et de données ou Text and Data Mining).
Jusqu’à présent, la fouille de textes a avant tout été utilisée par la philologie. Par exemple, afin d’attribuer des textes à un auteur précis en repérant des figures de style, comme les fréquences de mots ou l’apparition combinée de certain d’entre eux ; ou bien pour caractériser des genres, des œuvres ou des époques. Confrontés à de tels procédés d’analyse semi-automatiques, beaucoup d’historiens/ennes renvoient à la tradition herméneutique de leur discipline, et se montrent plutôt sceptiques à l’égard des méthodes offertes par le Text Mining. Toutefois, cela pourrait changer au fil du temps, tandis que de plus en plus de textes sont disponibles en ligne, et que des projets existants contribuent, avec la fouille de textes, à donner des réponses concrètes à des questions de recherche.
Pour que le potentiel des méthodes offertes par le Text Mining soit pleinement utilisé par les historiens/ennes, il faut mettre à disposition de la recherche en histoire des outils appropriés à l’analyse de la fréquence des mots, à l’analyse des cooccurrences, au Topic Modelling, à l’analyse des sentiments (ou Opinion Modelling), aux annotations, au Machine Learning,… et à bien d’autres procédés. Dans le cadre de financements indépendants, il existe déjà des infrastructures, des projets pilotes… etc, qui mettent en lumière ces méthodes, et d’autres encore. De surcroît, une grande partie d’entre eux permet d’avoir recours à ces méthodes, sans que l’utilisateur/trice n’ait besoin de connaître des langages de programmation. Le colloque est sous-tendu par l’idée qu’exiger des connaissances de ce type constitue un obstacle supplémentaire, et retarde même l’application de ces méthodes, quand cela ne l’empêche pas.
Ce colloque a donc pour objectif d’explorer et de discuter, en s’appuyant sur les infrastructures sélectionnées, les méthodes, les applications et les stratégies d’analyse pour le Text Mining, à la lumière de questions de recherche concrètes. Par ailleurs, nous souhaitons montrer, à l’aide de quelques projets, comment la fouille de textes prend place au sein de l’arsenal de méthodes à disposition des historiens/ennes, et à quelles réponses on peut parvenir avec le Text Mining. De cette façon, la communauté historienne pourra avoir un aperçu clair de l’éventail des possibilités offertes par la fouille de textes. Comme les structures, les outils et les projets qui y sont dédiés restent souvent inconnus hors des frontières disciplinaires et nationales, nous sommes désireux de constituer autant que possible des panels de discussion avec une dimension internationale.
Nous souhaitons plus particulièrement recevoir des contributions s’intéressant aux thèmes suivants :
Infrastructures de recherche pour le Text Mining (fonctionnalités, niveau de développement, accès, etc.)
Stratégies de recherche pour l’utilisation du Text Mining (phase d’analyse, traitement et choix des données, Blended Reading, etc.)
Présentation de projets de recherche concrets en histoire, qui présentent tous les facettes d’utilisation du Text Mining (par exemple, analyse de sentiments ou Opinion Mining)
Aspects juridiques (droits d’auteur, accès aux corpus, reproduction des données ou des corpus…etc.)
Réflexion autour des changements épistémologiques en cours dans les sciences historiques avec l’utilisation du Text Mining
Il s’agit du septième colloque organisé par l’IHA depuis 2011 dans le cadre de la série de colloques, hautement reconnue au niveau international, intitulée « Les Digital Humanities à l’IHA ». Ces colloques sont organisés avec différents partenaires et institutions de financement de la recherche, et ils sont accompagnés par un blog franco-allemand. Cette septième édition est organisée par l’IHA en collaboration avec Inria, et plus particulièrement avec l’équipe de recherche ALMAnaCH, spécialisée dans le traitement automatique des langues et les humanités numériques. Inria est un institut de recherche français de pointe, dédié aux sciences du numériques.

Les propositions (en anglais) – 300 mots maximum – sont à adresser à dhiha7@dhi-paris.fr avant le 28 février 2017.


dhiparis

Teamaccount der Redaktion.
Forschen – Vermitteln – Qualifizieren: Das DHI Paris ist ein zentraler Akteur international ausgerichteter historischer Forschung im Verbund der Max Weber Stiftung, Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland.

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *