Les thèses de Siggen : de la publication scientifique à l’heure du numérique #Siggenthesen

Les thèses de Siggen ont vu le jour dans le cadre du programme „Une semaine de libre“ (Eine Woche Zeit) – une semaine consacrée aux modèles de publication scientifique à l’ére numérique  („Konzepte wissenschaftlichen Publizierens im digitalen Zeitalter“). La manifestation s’est tenue du 10 au 16 octobre 2016 au centre de séminaires Gut Siggen, dans le nord de l’Allemagne. Les thèses ont fait l’objet d’une première publication sur le blog de la revue Merkur (Merkur. Deutsche Zeitschrift für europäisches Denken) sous licence CC-BY 4.0.

La publication numérique favorise l’épanouissement de meilleurs processus de travail et offre à la recherche de meilleures perspectives de reconnaissance. À l’heure actuelle, son potentiel se trouve toutefois encore trop souvent freiné par des obstacles structurels.C’est pour contribuer à améliorer cet état de fait que nous avons formulé les thèses suivantes :

1

La publication numérique a besoin de structures stables et non de projets limités dans le temps #Siggenthesen #1

Lorsqu’elles sont développées dans le cadre de projets pilote ou isolés, les innovations dans le domaine des formats de publication numérique d’écrits scientifiques doivent pouvoir être transférées vers des infrastructures durables, communes à plusieurs institutions ou disciplines. Il n’y a qu’ainsi qu’elles peuvent s’inscrire dans la communauté scientifique en offrant des espaces de publication à la fois durables et concurrentiels. Nous appelons les organismes financeurs de même que les instances politiques, les éditeurs et les bibliothèques, à se saisir de cette responsabilité et à la mettre en œuvre rapidement grâce à des mesures concrètes de financement et d’intégration dans l’écosystème scientifique actuel. Un changement systémique favorisant la publication numérique ne peut intervenir que s’il est soutenu par une offre de services fiables et d’excellente qualité.

2

Les grands éditeurs traditionnels sont un frein structurel à une communication scientifique ouverte. #Siggenthesen #2

Les publications scientifiques font partie d’un circuit de création de valeur économique. Les grandes maisons d’édition majoritairement les utilisent essentiellement dans le but d’augmenter leurs propres bénéfices et leur capital. Inversement, nous constatons qu’une culture de la publication numérique est susceptible d’émerger au-delà de la stricte recherche de marges de bénéfices. En effet, l’activité scientifique crée elle-même, par l’application de licences ouvertes, des espaces de circulation libre des résultats de la recherche. À l’heure actuelle, nous voyons que la réputation scientifique dépend du lieu de publication et du nom de l’éditeur, que la visibilité d’une publication est réduite par une diffusion limitée à un milieux restreints d’experts, et que l’on s‘obstine à maintenir des mécanismes de monétisation motivés par la recherche de bénéfices, réduisant ainsi la communication et le progrès scientifiques à des valeurs marchandes. Dans la mesure où ces facteurs s’opposent aux objectifs d’une culture scientifique libre et ouverte, il nous semble essentiel de pouvoir les remettre en question, même si cela signifie que l’ensemble des acteurs impliqués sont amenés à prendre des risques économiques ou bien liés à leur statut.

3

Nous publions en libre accès (Open Access) dans le but de communiquer. La question de la disponibilité à long terme des publications est un problème secondaire (et largement résolu) #Siggenthesen #3

On reproche souvent au libre accès (Open Access) la volatilité supposée du média numérique, par comparaison avec la solidité du livre imprimé. C’est omettre de mentionner que la disponibilité à long terme d’ouvrages imprimés pose également problème. Par conséquent, il convient de ne pas donner trop d’importance à la question de la disponibilité à long terme des données. Il importe plutôt de mettre en avant les avantages qu’offrent les contenus numériques en termes de communication : les publications numériques qui utilisent des standards reconnus ont tout autant de chances de survie que, par exemple, une revue à laquelle peu de bibliothèques seraient abonnées. En revanche, la visibilité des publications numériques est bien plus grande. Qui plus est, les méthodes d’archivage numériques telles que l’émulation, la remédiation et la conversion dans différents formats sont déjà bien avancées. Elles sont utilisées et approfondies, et continueront de l’être dans la mesure où une proportion de plus en plus importante de résultats de la recherche scientifique paraissent d’abord ou bien exclusivement dans un format numérique. Enfin, les réseaux numériques facilitent considérablement l’archivage de tels médias par la production de plusieurs copies de sauvegardes conservées en différents lieux physiques.

4

Le débat autour du libre accès n’est pas un débat sur les formats techniques, mais un débat sur le statut de celui-ci et la disparition des frontières entre les disciplines #Siggenthesen #4

Il est nécessaire de donner une nouvelle direction, plus précise, aux débats publics sur le libre accès, d’intégrer de plain-pied la discussion des avantages et des inconvénients qu’il présente, et de l‘aborder d’un point de vue compétent, et non en mitraillant une polémique qui présente le numérique comme une menace. Cessons de mettre la crise des revues, l’avenir des monographies, les frontières de plus en plus imprécises entre les disciplines, le besoin d’une meilleure communication scientifique etc. dans le même sac, même si le changement apporté par le média numérique a un impact sur chacun des problèmes évoqués. Nous appelons chaque acteur – partisan ou non du libre accès – à s’engager dans une réflexion plus claire et consciente, dans des discussions aux contours mieux définis. Nous ne pourrons changer les choses de manière cohérente et efficace que si nous ne reconnaissons que les publications numériques remettent en question les hiérarchies existantes et entraînent inéluctablement une nouvelle répartition du capital, qu’il soit symbolique ou économique.

5

Les médias en ligne comme les carnets de recherche, les wikis et autres médias sociaux jouent un rôle central dans la diffusion libre et ouverte du discours scientifique. #Siggenthesen #5

La consultation des publications numériques est à la fois confortable et d’apprentissage aisé. Elle présente également l’avantage d’une mise en réseau. À ce titre, ce type de publications offre la possibilité de dynamiser sensiblement l’échange d’informations relatives au discours scientifique. Ainsi, les billets de blog permettent parfaitement de générer une logique discursive avec des genres scientifiques traditionnels comme les articles de recherche. Dans le même temps, ils viennent en complément de ceux-ci en proposant un espace de publication propice aux formes courtes, parfois inédites, plus de l’ordre du commentaire ou du débat en ligne. Parce qu’ils sont faciles d’abord et d’usage, les blogs offrent un format de communication moins soumis à certaines normes hiérarchiques, ce qui n’exclut pas pour autant de mettre en œuvre des mécanismes de rédaction pour en optimiser la qualité. L’ouverture qu’implique nécessairement cette technique crée de fait un espace de communication libre, une école de l’écriture inscrite dans le processus de travail scientifique. Il offre de nouvelles dimensions à la communication scientifique telle que nous la connaissons.

6

La transparence des données et leur évaluation ouvrent à de nouvelles formes de mesure de qualité dans les disciplines scientifiques. #Siggenthesen #6

Lors de la sélection d’articles dans les revues spécialisées ou bien lors de l’évaluation de la qualité de publications par exemple dans le cadre d’un processus de recrutement, ce sont des formes simplifiées d’évaluation de la qualité scientifique qui sont utilisées. De même, on accorde souvent une place trop importante à des mesures et des indices réducteurs comme le facteur d’impact. Sur les plates-formes numériques au contraire, de très nombreuses données offertes à la consultation, en toute transparence. Ces données permettent de mieux quantifier la qualité des articles : le nombre d’une fois où une page a été vue, le nombre de téléchargements, la durée de consultation, le nombre de critiques et de commentaires, les avis qu’on trouve dans les critiques et les commentaires, les citations dans la littérature scientifique ou les médias sociaux. Nous proposons que de telles données soient systématiquement rendues publiques et puissent être exploitées, au même titre que les contenus auxquels elles se rattachent. Dans certains processus d’évaluation spécifiques, ces données peuvent être combinées de manière ciblée et complétées par des éléments qualitatifs. Cela permettrait d’exclure de manière catégorique les soupçons de manipulation qu’auraient pu mettre au jour les évaluations quantitatives menées jusque lors.

7

Dans les publications numériques et leurs différentes versions, il est possible de différencier de manière plus précise les différentes fonctions (auteur(s)/contributeur(s)). #Siggenthesen #7

Dans les ouvrages scientifiques imprimés, les rôles d’auteur et de contributeur font l’objet d’une caractérisation imprécise. Les sciences dures hiérarchisent les auteurs impliqués en les affichant dans l’ordre correspondant à l’importance de leur contribution. Les lettres et sciences humaines, elles, distinguent généralement l’auteur des différents contributeurs qui sont cités dans les remerciements. Les publications numériques permettent d’attribuer de manière plus précise la nature et l’emplacement précis de l’intervention des auteurs (auteurs principaux ou co-auteurs) et celle des différents contributeurs. De cette manière, il est possible d’établir plus précisément une réputation scientifique et de faire preuve de plus de transparence en recensant exactement toutes les contributions, même les plus petites (sous forme de commentaires par exemple).

8

Prendre des décisions sur la feuille de route numérique et ses infrastructures pour le monde de la recherche scientifique requiert une expertise numérique. #Siggenthesen #8

Dans de nombreux comités en charge des décisions infrastructurelles pour la politique de la recherche, nous estimons qu’il se trouve encore trop d’acteurs qui ne possèdent pas une expertise théorique et pratique suffisante dans le domaine de la publication numérique. Les établissements d’enseignement supérieur devraient avoir le courage de confier les décisions sur l’avenir de leurs infrastructures à des personnes sensibles aux questions numériques et qualifiées pour se prononcer sur ce sujet. Nous ne pouvons et ne voulons plus nous permettre le statu quo numérique que connaissent de nombreux domaines de notre système d’enseignement supérieur.

9

L’acquisition et l’utilisation de compétences numériques sont fondamentales dans la formation, l’enseignement et la recherche. #Siggenthesen #9 

Afin de pouvoir exploiter l’ensemble des potentiels ouverts par les médias numériques dans les méthodes de travail et de découverte, il est important de former aux compétences numériques. Parmi celles-ci, on compte d’une part les aspects techniques (lecture du code, programmation, compréhension des algorithmes) et pratiques (travail collaboratif en réseau, communautés de lecture en ligne (Social Reading), multimédialité), qui, d’autre part, exigent des aptitudes à la fois analytiques et sociales fondamentales. Nous estimons qu’à l’heure actuelle, l’état de la transmission des connaissances numériques de base est totalement insuffisant, que ce soit dans le système scolaire ou dans l’enseignement supérieur. C’est encore plus vrai en comparaison avec l’international. Afin de pouvoir changer cette situation dans les plus brefs délais, il convient d’introduire une formation sérieuse et obligatoire dans tous les domaines scientifiques et pour tous les niveaux de formation. Les enseignants du primaire et du secondaire ont tout particulièrement besoin de cet enseignement.

10

Les pronostics de convergence des médias n’ont jamais vraiment de sens. #Siggenthesen #10

Chaque discipline a un certain nombre de revues centrales, dont on peut supposer qu’elles ne seront pas disponibles en libre accès dans un futur proche. Toutefois, cette réalité ne constitue pas un argument qui va à l’encontre de la transformation qui s’opère actuellement : on trouve bien encore dans le commerce des cassettes audio et des tourne-disques. Le futur est dessiné par les acteurs du présent. Nous influençons ainsi la validité de notre propre pronostic. Le processus de structuration des publications numériques est traversé par un conflit d’intérêt profond. Le débat afférent est largement marqué par une rhétorique motivée par des enjeux  de pouvoir. Il est donc nécessaire de pouvoir déterminer clairement ses propres objectifs et ses intérêts et de pouvoir les formuler de manière compréhensible.

____

Ces thèses sont parues sous la licence CC BY 4.0. Elles ont vu le jour dans le cadre de la manifestation „Une semaine de libre“ (Eine Woche Zeit) consacrée aux modèles de publication scientifique à l’ère numérique („Konzepte wissenschaftlichen Publizierens im digitalen Zeitalter“). Participaient à cette manifestation des représentants issus des domaines suivants: recherche, enseignement, bibliothèques et infrastructures scientifiques, éditions scientifiques, lectorats, traduction, conseil en édition, blogs scientifiques, plate-formes de publication en ligne et revues en ligne.

Les thèses de Siggen dans d’autres langues :
Siggener Thesen zum wissenschaftlichen Publizieren im digitalen Zeitalter #Siggenthesen, Redaktionsblog, 24.10.2016, https://redaktionsblog.hypotheses.org/3182.
___

Texte traduit par Peggy Rolland et Anne Baillot.


dhiparis

Teamaccount der Redaktion. Forschen – Vermitteln – Qualifizieren: Das DHI Paris ist ein zentraler Akteur international ausgerichteter historischer Forschung im Verbund der Max Weber Stiftung, Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland.

More Posts

dhiparis

Teamaccount der Redaktion. Forschen – Vermitteln – Qualifizieren: Das DHI Paris ist ein zentraler Akteur international ausgerichteter historischer Forschung im Verbund der Max Weber Stiftung, Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *