Épistémologie et pratiques des Humanités numériques #ephn2016 – Résumé de la séance 6 (3 juin 2016 à l’IHA)

Auteur: Suzanne Dumouchel.

session doc #ephn2016La dernière séance du séminaire avant les congés d’été a été l’occasion d’entendre trois doctorants qui travaillent sur des sujets très différents et utilisent divers outils des Humanités Numériques. Cette séance a ainsi permis de réfléchir à l’intérêt d’associer des pratiques issues des Humanités Numériques à un projet de recherche.

 

Audrey Le Coustour (DYPAC / UVSQ),  qui prépare une thèse sous la direction d’Emmanuel Bury, a proposé une communication intitulée « Valorisation d’une bibliothèque au XVIIe siècle: quels outils numériques? ». Elle a d’abord expliqué qu’elle travaille avec Google Scholar et Netvibes pour optimiser son temps de recherche d’informations, ce qui lui permet un gain de temps et une meilleure exhaustivité. Elle a ensuite mis en avant les techniques et logiciels utilisés pour construire une base de données autour de la bibliothèque de Pierre-Daniel Huet (Access et Excel dans un premier temps, puis le recours à un wiki pour favoriser le travail collaboratif). Elle a conclu son intervention en soulignant deux apports spécifiques liés aux Humanités Numériques, outre le gain de temps: d’une part l’instauration de réseaux participatifs à l’international et d’autre part la création de liens hypertextes vers d’autres bases ou d’autres sites.

La seconde doctorante, Alina Shron, (LARCA / Univ. Paris Diderot), a présenté sa recherche sur « L’éducation et l’Empire: tracer la migration et transformation de la pensée avec les outils numériques ». Elle s’intéresse plus particulièrement aux exportations de la sociabilité anglaise dans les pays du Commonwealth et utilise des logiciels d’analyse de texte.

Enfin, Sergio Torres Aguilar (DYPAC / UVSQ / Univ. Paris-Sud),  est venu présenter son travail intitulé « Le traitement numérique des textes médiévaux. La reconnaissance des entités nommées dans les Chartes bourguignonnes du Moyen Âge. » Sa base de données s’appuie sur des documents du XIe au XIVe siècle. Il a montré comment ce projet s’inscrivait véritablement dans le champ des Humanités Numériques, notamment pour sa granularité (c’est-à-dire que le projet est réalisable partout, en individuel ou en groupe), sa scalabilité (projet réalisable à différentes échelles d’analyse), son interopérabilité (avec d’autres logiciels) et enfin le fait qu’il soit réutilisable par d’autres personnes. Sergio Torres Aguilar a conclu son analyse sur les fonctions et les atouts du Big Data et du Close Data.

Cette dernière séance a aussi permis de faire le point sur les discussions menées pendant l’année et d’annoncer les projets à venir en vue de la reconduction du séminaire l’an prochain.


dhiparis

Teamaccount der Redaktion. Forschen – Vermitteln – Qualifizieren: Das DHI Paris ist ein zentraler Akteur international ausgerichteter historischer Forschung im Verbund der Max Weber Stiftung, Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland.

More Posts

dhiparis

Teamaccount der Redaktion. Forschen – Vermitteln – Qualifizieren: Das DHI Paris ist ein zentraler Akteur international ausgerichteter historischer Forschung im Verbund der Max Weber Stiftung, Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *