Épistémologie et pratiques des humanités numériques #ephn2016 – Résumé de la séance 4 (15 avril 2016 à l’IHA)

Auteurs: Suzanne Dumouchel, Lucia Aschauer.

IMG_20160415_105136Damien Leboulanger a présenté le 15 avril à l’occasion du séminaire « Epistémologie et Pratiques des Humanités Numériques » une méthodologie de Text Mining dans le cadre de sa recherche sur le UKIP, parti d’extrême-droite anglais, et sa perception de la nation anglaise.

La présentation de Damien Leboulanger a montré de façon très pédagogique les différentes étapes du processus de fouille de données ainsi que les différents modes de visualisation des résultats. Mais elle a également soulevé un certain nombre de questions, qui participent de la réflexion menée dans ce séminaire.

D’une part, contrairement à ce que pourrait laisser penser l’outil technique et statistique, le parti-pris n’est pas absent de ce type de travail. Lorsque dans l’étape consacrée à la préparation du corpus, Damien Leboulanger explique qu’il faut supprimer les « mots inutiles », qui sont en fait des mots peu signifiants qui contribuent à organiser le texte, on s’aperçoit qu’il y a un risque de supprimer trop ou pas assez de ces mots, et que cette catégorie est pour le moins hasardeuse. Est-ce qu’une négation est un mot inutile ? Oui dans une analyse quantitative mais non dans une analyse sur l’évaluation du discours.

D’autre part, comme l’a souligné Laurent Bouvet qui a commenté, et salué, la présentation de Damien Leboulanger, la question du corpus est également un souci dans l’interprétation des résultats. En effet, dans le cas d’une analyse de textes dont la fonction et la diffusion varient considérablement, comment prendre en compte ces variables dans la visualisation des résultats ? Une réponse possible consiste à donner des valeurs à chaque texte pour mettre en avant leur importance mais là encore, cela s’effectue au moyen d’un choix arbitraire, d’une conception personnelle et sélective du chercheur.

De la même façon, comment régler dans cette analyse les cas d’ironie et de double discours d’une part ? ou encore la suppression de la mise en page ? Certains mots sont en effet peu présents mais peuvent apparaitre en exergue dans des titres de paragraphes par exemple. Comment ajuster ces différences de valeur signalées par la mise en page ? Est-ce qu’un mot est plus important s’il est dans un titre par rapport à un autre mot répété des dizaines de fois ? Là encore, un choix arbitraire doit être effectué par le chercheur. Et s’il veut aller au plus près de la « vérité », si tant est que cela soit possible, l’analyse doit être croisée avec une analyse de la réception des textes.

Une question de la salle a également porté sur l’apport réel de l’outil par rapport à une lecture approfondie. Est-ce que des résultats inattendus ont été constatés ? En effet, hormis la possibilité d’avoir des chiffres et des statistiques à proposer, peut-on également dire que l’utilisation de ces logiciels permet de signaler d’autres directions de recherche ? ou de mettre en avant des phénomènes particuliers ? Dans le cas du travail de recherche exposé ici, la plupart des résultats étaient escomptés et il n’y a guère eu de surprise (c’est d’ailleurs très souvent le cas finalement). Néanmoins, les graphes ont révélé des absences de mots qui étaient pourtant attendus dans le cas d’un parti d’extrême-droite. Ces absences sont donc davantage signifiantes et méritent que le chercheur s’y arrête. L’outil technologique doit ainsi être considéré comme une étape dans le travail de recherche et non comme une finalité. La plupart du temps, l’usage des logiciels DH permet de mettre en avant un aspect spécifique sur lequel il faut s’interroger.

Enfin, on s’accorde bien évidemment sur la fonction éminemment pédagogique des Humanités Numériques dans la mesure où la plupart des logiciels permettent de donner des chiffres, qui illustrent bien des écarts, évolutions, etc., et de représenter des résultats dont d’identifier des points importants d’un seul coup d’œil.

L’aléatoire dans les outils d’Humanités Numériques n’est pas plus important, ni moins, que dans un projet « analogique » pour reprendre la formule de Lauric Henneton. Il s’agit simplement d’en être conscient et de ne pas avoir pour objectif de présenter de jolis diagrammes mais de trouver les questions et les problèmes contenus dans ces diagrammes. C’est toute une réflexion sur la méthodologie du travail de recherche que permet l’épistémologie des Humanités Numériques. Reste à envisager dans la suite une réflexion sur les étapes du travail de recherche et sur la place des logiciels dans ces étapes.

Pour rappel, la prochaine rencontre aura lieu le 13 mai 2016 de 10h à 12h à l’Institut Historique Allemand. Roger Louis Martínez-Dávila (CONEX-Marie Curie Fellow, Instituto Histografía Julio Caro Baroja, Universidad Carlos III de Madrid) parlera de “Plus Ultra, Beyond Text: Digital 3D Representations of Late Medieval Spanish Inter-Religious History”. L’intervention sera discutée par Yan Brailowsky (Paris Ouest-Nanterre). Voici le programme actualisé du séminaire.


dhiparis

Teamaccount der Redaktion. Forschen – Vermitteln – Qualifizieren: Das DHI Paris ist ein zentraler Akteur international ausgerichteter historischer Forschung im Verbund der Max Weber Stiftung, Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland.

More Posts

dhiparis

Teamaccount der Redaktion. Forschen – Vermitteln – Qualifizieren: Das DHI Paris ist ein zentraler Akteur international ausgerichteter historischer Forschung im Verbund der Max Weber Stiftung, Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *