Épistémologie et pratiques des humanités numériques #ephn2016 – Résumé de la séance 3 (18 mars 2016 à l’IHA)

Auteurs: Suzanne Dumouchel, Lucia Aschauer.
ephn2016 3Sara Georgini (Boston University, Massachusetts Historical Society) est venue parler de la famille Adams (pas celle du film mais bien celle du 6ème président des Etats-Unis) et notamment d’une caractéristique très spéciale de cette famille : leur goût pour les lettres et les journaux intimes. Sur plusieurs générations, les Adams ont tenu des journaux intimes pendant des dizaines d’années, ils se sont échangés de très nombreux courriers qui sont autant de précieuses informations sur l’époque, la culture, le mode de vie et la famille en elle-même bien sûr. Un tel ensemble mérite d’être mieux connu et diffusé dans la mesure où il est un excellent outil pour les chercheurs d’une part, et qu’il intéresse également les citoyens curieux d’en savoir davantage sur la famille d’autre part. Les anecdotes y sont nombreuses et la lecture s’avère très divertissante.

La Société Historique du Massachusetts (MSH) travaille depuis plusieurs années à l’édition, forcément sélective, des courriers et journaux intimes de cette famille, et Sara Georgini a mis en avant le travail minutieux de transcription, puis de « collation », c’est-à-dire d’assemblage et enfin d’annotation nécessaire pour réaliser ce projet. Les documents sont aujourd’hui publiés en version papier et en version numérique. De fait, bien avant le développement des Humanités Numériques, la société avait déjà commencé à faire des microfilms pour protéger ces documents. Depuis, la technologie a permis d’aller plus loin et le projet « The Adams Papers at work » a vu le jour et a permis de développer un certain nombre d’outils : Adams Template pour que les documents soient publiés selon un certain standard ; Online Adams Catalogue (OAC) qui recense les différents textes, et Adams Papers Digital Edition, pour éditer enfin les textes. Cette présentation a ensuite été suivie d’une seconde, plus brève, pour parler du projet « Digital Jefferson » qui consiste à créer du lien entre des images, du texte, des annotations, des vidéos de chercheurs, etc. pour favoriser une immersion dans le monde et la vie de Thomas Jefferson.

 

Le LiveTweet qui suit rend en partie compte des échanges et des points notables de la séance:

Voici la présentation PowerPoint accompagnant l’intervention de Sara Georgini:

La communication de Sara Georgini a été longuement applaudie et a ensuite été discutée par Steve Sarson (Université Lyon 3). Diverses questions d’ordre épistémologiques ont été abordées, notamment pour comprendre ce que devient la recherche lorsque l’accès aux sources est à ce point facilité et pour savoir si la publication de ce type de documents est toujours considérée comme de la recherche justement. On s’est également interrogés sur l’intention éditoriale qui préside à ce type de projets. S’il est évident que les chercheurs ont besoin de ces nouveaux outils et si leur rôle consiste aussi à favoriser l’accès à ces données aux citoyens, il n’en reste pas moins que la sélection opérée, les liens mis en place, résultent d’une intention et donc d’une orientation, d’une interprétation, comme tout travail éditorial. Or, ici comment informer le visiteur du site de cette interprétation, quel sens lui donner ? Et enfin, est-ce que les jeunes chercheurs, désormais familiers de ces outils, sont conscients de ces choix interprétatifs ? Savent-ils qu’ils sont soumis à une forme de lecture des textes, bien différente de celle qu’ils auraient eue s’ils avaient eu à fouiller dans les archives ? Et une fois qu’ils en sont informés, comment cela influence-t-il leur recherche ?

Ces discussions nous incitent à poursuivre ces questionnements épistémologiques lors de nos prochaines séances. Pour rappel, la prochaine rencontre aura lieu le 15 avril 2016 de 10h à 12h à l’Institut Historique Allemand, avec Damien Leboulanger (Univ. Nantes / Univ. Bourgogne) qui nous parlera de “Fouille de textes (text mining) et l’extraction de données statistiques: le cas des discours de UKIP”. L’intervention sera discutée par Laurent Bouvet (UVSQ). Voici le programme actualisé du séminaire.


dhiparis

Teamaccount der Redaktion. Forschen – Vermitteln – Qualifizieren: Das DHI Paris ist ein zentraler Akteur international ausgerichteter historischer Forschung im Verbund der Max Weber Stiftung, Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland.

More Posts

dhiparis

Teamaccount der Redaktion. Forschen – Vermitteln – Qualifizieren: Das DHI Paris ist ein zentraler Akteur international ausgerichteter historischer Forschung im Verbund der Max Weber Stiftung, Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *