Épistémologie et pratiques des humanités numériques #ephn2016 – Storify de la séance « Patrimoine(s) » le 19 février 2016 à l’IHA

Auteurs: Suzanne Dumouchel, Lucia Aschauer.

CbkPxG1VAAAOx6Q.jpg largeLa deuxième séance du séminaire « Epistémologie des Humanités Numériques » (#ephn2016) fut consacrée à une réflexion sur le patrimoine et les moyens de le mettre en avant, de favoriser sa mise à disposition auprès de divers types de publics, spécialisés ou non. Pour cela, une première contribution, celle de Davide Gherdevich (UVSQ) a rendu compte d’un projet collectif sur les listes au Moyen-Age, le site Polimawiki, interface du projet Polima. L’objectif est de diffuser les listes composées au Moyen-Age tout en permettant un espace de dialogue et de débat entre les chercheurs, en donnant l’accès à tous à ce type de documents et bien sûr en donnant la possibilité aux chercheurs d’enrichir le contenu, de le préciser, etc. Davide Gherdevich a expliqué les choix opérés par l’équipe en termes de logiciels, de mise en page et bien sûr d’ergonomie. Cette communication a pu ainsi mettre en lumière le rôle des Humanités Numériques dans la diffusion d’un patrimoine très spécialisé et difficile à utiliser.

La seconde intervention concernait cette fois les publics plus larges et notamment les enjeux pour les musées de se servir de l’outil numérique. Nicolas Maître, fondateur de la société Herdanza, est venu nous parler de la difficulté pour les musées de développer l’accès numérique. Plus précisément, il a souligné que chacun a conscience de la nécessité de proposer ce type d’outils mais davantage pour attirer un jeune public que pour les potentialités réelles qu’il propose. Il a notamment présenté les diverses possibilités existantes et à venir pour que le numérique joue un rôle dans l’accès aux connaissances et notamment à la représentation des anciens bâtiments. Spécialiste du Moyen-Age et d’archéologie, sa société se concentre en effet sur les musées consacrés à cette période.

La séance a été discutée par Vanina Kopp, docteur en histoire médiévale (IHA). Outre la réflexion autour du patrimoine, il y avait donc bien un second enjeu dans cette séance: comment saisir une histoire très ancienne aujourd’hui? Aussi bien pour les chercheurs dont l’accès aux sources est rendu difficile et qui peuvent peiner ensuite à échanger sur ces sources ou à les comparer, que pour le public, qui conserve une certaine vision romantique et faussée du Moyen-Age. Les Humanités Numériques permettent ici certes de favoriser l’échange et le dialogue entre les publics, les médiateurs, etc., comme c’est souvent le cas, mais elles offrent également la possibilité de renouer avec une histoire plus proche de la réalité, « plus colorée » comme l’a souligné Vanina Kopp et de favoriser l’expérience du temps passé

Le LiveTweet qui suit rend en partie compte des échanges et des points notables de la séance.

Pour rappel, la prochaine séance aura lieu le 18 mars de 10h à 12h à l’Institut Historique Allemand, et s’attellera à la question de la numérisation de fonds familiaux avec une intervention de Sara Georgini (Boston University, Massachusetts Historical Society): “The Adams Papers @ Work: Rewiring Preservation, Access, and Early American Archives in the Digital Age”. L’intervention sera discutée par Steve Sarson (Université Lyon III-Jean Moulin). Voici le programme actualisé du séminaire.

 


dhiparis

Teamaccount der Redaktion. Forschen – Vermitteln – Qualifizieren: Das DHI Paris ist ein zentraler Akteur international ausgerichteter historischer Forschung im Verbund der Max Weber Stiftung, Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland.

More Posts

dhiparis

Teamaccount der Redaktion. Forschen – Vermitteln – Qualifizieren: Das DHI Paris ist ein zentraler Akteur international ausgerichteter historischer Forschung im Verbund der Max Weber Stiftung, Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland.

Vous aimerez peut être aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *