Qui sont les humanistes numériques? Intervention lors de la table ronde de #ephn2016

Anne Baillot, Paris, 15 janvier 2016

 

Je propose d’aborder la question « que sont les humanités numériques ? » en observant les pratiques de ceux qui sont des humanistes numériques. Mon point de vue est à bien des égards marqué par la perspective allemande dans laquelle j’évolue depuis longtemps maintenant – le lecteur le ressentira sans doute à la lecture des lignes qui suivent, notamment dans la traduction pas tout à fait exacte de « Geisteswissenschaftler » par « chercheur en lettres et sciences humaines ». Mais que l’on se place d’un point de vue francais ou d’un point de vue allemand, il n’est pas évident de cerner ni le profil de l’humaniste numérique-type ni les contours de la communauté qui se reconnaît et s’identifie à cette dénomination.Il y a des associations d’humanités numériques de par le monde, auxquelles adhèrent des chercheurs issus de disciplines, institutions et parcours très différents. C’est notamment un domaine dans lequel font de la recherche ou rendent une telle recherche possible des gens qui ne sont pas chercheurs, mais bibliothécaires, archivistes, documentalistes,… Il faut donc revoir, pour commencer, la notion de « chercheur en lettres et sciences humaines » comme étant les seuls acteurs de la recherche en humanités numériques.

La dénomination « Humanités numériques » et l’existence des associations ou des chaires portant ce nom nous dit que cette communauté existe, mais cela ne nous renseigne, en Europe du moins, pas intrinsèquement sur la diversité des pratiques scientifiques de ceux qui s’y identifient. Faut-il savoir programmer, être sous linux et écrire des plugins pour pouvoir dire qu’on est un humaniste numérique ? En réalité, les pratiques sont très diverses et la communauté fonctionne avec des types d’usages et d’approches de l’ordinateur très différents.

Ce que je propose de faire aujourd’hui, c’est d’interroger à la fois les pratiques scientifiques, la compréhension de soi qu’ont ou que présentent les humanistes numériques et les liens entre les humanités numériques et l’évolution des disciplines de lettres et sciences humaines.

  1. Ce que nous dit le sondage « Practices4Humanities« 

Pour faire une analyse de ce type, il faut des données (renseigner non seulement ce que l’on sait déjà, mais donner la possibilité d’intégrer ce que l’on ne sait pas encore). Dans le cadre d’une collaboration avec une collègue informaticienne Claudia-Müller-Birn, nous avons commencé à collecter des données de ce type et à les analyser. L’idée initiale était de comprendre mieux la communauté berlinoise des humanités numériques. Nous avons choisi de nous baser sur la taxonomie TaDiRAH qui est divisée en activités de recherche, objets de recherche, techniques de recherche, tout en étant contraintes à modifier un certain nombre de concepts lors de la traduction de l’anglais vers l’allemand. L’objectif était de diffuser ce questionnaire à tous les humanistes (et non aux seuls humanistes numériques) pour les interroger sur leurs usages des outils numériques.  En pratique, tout le monde utilise un ordinateur, donc où commence l’humaniste numérique ? À quels types de logiciles ou de démarches peut-on associer cette dénomination et dans quelle mesure y a-t-il une corrélation avec la facon dont les gens se voient eux-mêmes ?

Le nombre de réponses complétées a été statistiquement au-dessus de ce qui est habituel pour ce type d’enquêtes, ce qui légitime le travail d’analyse comme ayant une certaine représentativité (au-delà de l’étude de cas). Avant même d’avoir recueilli nos données berlinoises, nous avons constaté un intérêt conisdérable  au-delà de Berlin et du Brandebourg (Allemagne et au-delà). L’idée d’élargir géographiquement l’enquête s’est imposée très vite; nous travaillons à un recueil plus systématique et plus complet des données au niveau germanophone en général.

Nous n’avons pour l’instant dépouillé que notre premier cas de figure (Berlin/Brandebourg), pour lequel je voudrais présenter quelques éléments d’analyse. Nous avons pu repérer 5 profils parmi les 123 cas de figure répertoriés dans les questionnaires remplis cet automne (ils seront présentés en détail dansl’ouvrage Berliner Beiträge zu den Digital Humanities et à la conférence annulle des humanités numériques dans les pays de langue allemande à Leipzig en mars 2016).

Ces profils sont établis en formant des clusters de software, d’activités de recherche, de schémas de collaboration (travaillant seul ou en groupe) et de disciplines :

  1. Word+  (cluster le plus important, comportant 31 personnes): travail principalement avec programmes office (word, excel). Majoritaire chez les chercheurs issus des domaines mondes anciens et linguistique.
  2. Moteurs de recherche, dictionnaires en ligne et programmes de gestion de bibliographie : personnes qui utilisent beaucoup les outils nommés ci-dessus, mais n’utilisent en revanche pas de logiciel de visualisation ou d’analyse de données. Répartition entre les différentes disciplines, mais ne comporte pas d’historiens
  3. Annotation : importances des produits office et de l’activité « annotation ». Chercheurs issus principalement des domaines de l’histoire, l’histoire de l’art et la littérature.
  4. Medias sociaux (20 personnes, 2ème cluster en termes d’importance) : Cluster dans lequel le plus de logiciels a été indiqué : bases de données, outils de collaboration, réseaux scientifiques ou sociaux. Peu de publications collectives, mais circulation des brouillons,qui rend justice à la dimension collaborative des lettres et sciences humaines.
  5. Service minimum (plus petit groupe : 9 personnes) : personnes utilisant des outils informatiques moins d’une fois par semaine, travaillant seules, et pour lesquelles les activités de recherche considérées comme les plus importantes se font sans ordinateur.

 

Beaucoup d’aspects mériteraient d’être soulignés en dépit du fait que les résultats seraient surtout intéressants à une échelle plus grande.

Je voudrais souligner deux aspects plus particuliers, l’un à la marge et l’autre au cœur de la pratique des humanités numériques :

  • le rôle des outils de traitement de texte : pour certains « absence de logiciel », pour d’autres, logiciel-à-tout-faire (prise de note, tableaux, biblio, etc. outre la production de texte scientifique), le traitement de texte reste l’alpha et l’oméga, ou du moins ce dont on part. Même des chercheurs qui utilisent des outils très élaborés pour éditer numériquement vont, pour leur analyse et leurs publications scientifiques, continuer à travailler avec une palette limitée d’options dans word, comme si c’était deux domaines séparés. Il serait intéressant d’interroger  plus en profondeur la manière dont les logiciels de traitement de texte ont évolué dans les dernières années. Est-ce que les usages scientifiques du traitement de texte en lettres et sciences humaines a bénéficié de ses évolutions ? On voit ici comment, pour comprendre nos pratiques scientifiques, on ne peut pas se passer des outils de sociologie des sciences et des techniques.
  • le statut ambigu de l’annotation : cette question est très significative des déplacements de l’activité de recherche et de la perception qu’ont les chercheurs de leurs activités de recherche avec le passage au numérique. Dans les lettres et sciences humaines analogues, ou du moins dans un certain nombre d’entre elles, l’annotation n’est plus depuis longtemps une activité valorisée comme étant de la recherche. Dans le monde numérique, c’est la clef pour permettre de faire de la recherche avec des ressources en ligne. Un texte ou une image non annotés ont infiniment moins de choses à dire qu’un texte ou une image annotés (métadonnées, structure, mots-clefs, annotation profonde, sémantique ou non…). L’annotation est le point de bascule méthodique vers l’interprétation : de la structure de l’annotation dépend ce qu’il va pouvoir être possible de tirer comme conclusions. Ce rôle-clef rentre cependant mal dans les catégories habituelles des différentes activités de recherche reconnues dans les carrières universitaires.  Il est très difficile de définir l’annotation de la même manière pour l’ensemble des lettres et sciences humaines. En linguistique, l’annotation est une activité très précise, les mécanismes d’annotation semi-automatiques ont fait l’objet de développements qui sont centraux pour les humanités numériques dans les 10 dernières années (cf. Part of Speech-Tagging, Named Entity Recognition par exemple). Mais il y a beaucoup d’autres disciplines où l’annotation n’a pas traditionnellement sa place dans les activités reconnues académiquement (ce qui pose un certain nombre de problèmes du côté de la reconnaissance des travaux réalisés dans ce domaine comme les bases de données ou les éditions numériques qui ne rentrent dans aucune case du bingo de la réputation scientifique analogue).

2. Science et conscience

Les réactions à l’enquête  (par mail ou lors de rencontrees) ont suggéré pour leur part le biais suivant : les humanistes numériques sont ceux qui s’interrogent sur leurs pratiques méthodologiques – et donc ceux qui répondent à des questionnaires en ligne. Pourtant, le résultat ne fait pas la démonstration d’une communauté profondément DH (au total, 45% des personnes ayant complété le questionnaire n’utilisent finalement que peu d’outils informatiques au-delà du traitement de texte et de la messagerie électronique). Ce n’est donc pas nécessairement l’usage *intensif* des outils informatiques qui fait l’humaniste numérique.

Ce que nous dit ce résultat, c’est qu’il y a une conscience des apports du numérique sur l’ensemble des activités de recherche assez limité. Cette conclusion sur un échantillon comme le nôtre (pas forcément représentatif) reflète  un problème plus général : Comment faire pénétrer au-delà d’outils numériques (un logiciel, une base de données, etc.) la conscience du potentiel que les méthodes qui y sont associées apportent aux différentes disciplines des lettres et sciences humaines ? L’ouverture à une telle question nécessite une certaine disponibilité des disciplines. Or les disciplines sont plus ou moins ouvertes au changement, et plus ou moins ouvertes à des changements qui ouvrent sur d’autres disciplines.  Les disciplines qui sont prêtes à considérer leurs corpus en termes de données auront certainement moins de difficulté à sauter le pas dans le cas des innovations numériques – on le voit avec l’avance prise par la linguistique ou l’archéologie.

Les humanités numériques en tant que telles sont impraticables. On ne peut pas représenter toutes les humanités et le fait d’utiliser un ordinateur ne met pas tout le monde dans le même panier disciplinaire. Mais ce qu’humanités numériques veut dire, c’est qu’il est possible de rendre audible, au-delà des limites disciplinaires, des questions méthodologiques ou des questions de développement de problématiques. Cela s’effectue au contact de disciplines avec lesquelles on n’aurait, s’il n’y avait eu le « numérique » en commun, éventuellement jamais eu à faire. Cela fait  dix ou quinze ans que l’inter- et le transdisciplinaire nous sont vendus comme la crème de la crème en termes de potentiel de recherche (mais pas de profil de chercheur), sans pour autant que la richesse qu’il y a à en tirer apparaisse clairement. Dans le cas des humanités numériques, c’est très clair : une capacité à s’abstraire du simple contenu de la recherche pour interroger tout le terreau méta (méthode, formulation de questions, de processus de recherche, de niveaux d’échange, dans leur actualité, c’est-à-dire dans les conditions médiales qui sont propres à notre époque), c’est ce sur quoi se rejoignent, pour l’essentiel, ceux qui se voient comme des humanistes numériques.

On pourrait évidemment chipoter et se demander que faire de ceux qui sont des humanistes numériques sans le savoir – ceux qui utilisent des techniques computationelles avancées mais n’y voient pas sujet à interroger sa recherche différemment. On peut imaginer que, d’ici cinq à dix ans, toutes les lettres et sciences humaines auront intégré des méthodes et techniques numériques, mais que seul un fragment de chaque discipline continuera à s’interroger plus spécifiquement sur l’épistémologie du numérique. Dans ce cas, nous n’aurons plus besoin du concept des humanités numériques.


Anne Baillot

I studied German Studies and Philosophy in Paris where I got my PhD in 2002. I then moved to Berlin, where I have been living & doing research ever since. My areas of specialty include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history. I am currently working at the Centre Marc Bloch in Berlin as an expert in digital technologies for the humanities.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *