Programme du séminaire “Épistémologie et pratiques des Humanités numériques” 2016 à l’IHA

dig-humSuite aux trois journées d’études organisées par le REDEHJA sur les humanités numériques, Claire Bourhis-Mariotti (Université Paris 8 Saint-Denis) et Lauric Henneton (UVSQ) s’associent à Suzanne Dumouchel et Mareike König (Institut historique allemand, Paris) pour mettre en place un séminaire de recherche consacré aux humanités numériques.

Le séminaire s’attachera à explorer le paysage épistémologique des humanités numériques telles qu’elles sont pratiquées tant au niveau individuel que collectif, tant en France qu’à l’étranger ou dans le cadre de projets internationaux. Dans une perspective interdisciplinaire, chaque séance du séminaire s’appuiera sur des études de cas visant à explorer les enjeux épistémologiques des humanités numériques.

Les interventions peuvent prendre en compte le questionnement initial qui fait naître le projet, la mise en œuvre d’un outil pertinent, les différentes contraintes et les procédés de valorisation notamment. Chaque présentation sera ensuite discutée par un intervenant avant de donner la parole à la salle.

Organisé par l’IHA, Paris 8 et l’UVSQ, le séminaire vise également à favoriser les échanges entre réseaux DH existants. Il s’insère dans l’année du numérique de Paris 8.

 

Inscriptions par mail : event[at]dhi-paris.fr

Lieu : Institut historique allemand, 8 rue du Parc-Royal, 75003 Paris, Métro Saint Paul ou Chemin Vert.

Twitter : #ephn2016

 

Programme

15 janvier 2016 (10h-12h) : Table ronde inaugurale
Aurélien Berra
 (EHESS), Anne Baillot (Uni. Humboldt, Berlin), Anne Rochebouet (UVSQ)

 

19 février 2016 (10h-12h) : Séance Patrimoine(s)
Nicolas Maître (HERDANZA): “Patrimoine et numérique : une approche innovante au service des publics”

Forte de son expérience et de la pluridisciplinarité de ses créateurs, la société Herdanza a voulu mettre au service du public les outils numériques actuels dans le domaine de la médiation culturelle.
Dialogue avec les institutions et sensibilisation auprès du public sont les clefs d’une médiation réussie où le numérique prend tout son sens.
Perception et reception, mise en oeuvre et contraintes techniques seront à l’ordre du jour pour mieux comprendre les tenants et les aboutissants de ces nouveaux outils du domaine culturel.

Davide Gherdevich (UVSQ) “Le projet Polima et le site polimawiki : un site contributif pour l’étude des listes au Moyen Âge”

Un des premiers objectifs du projet ANR Polima, qui a débuté en 2015 à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, était de créer un site internet, afin de pouvoir partager avec les chercheurs tous les manuscrits et les publications du Moyen Âge contenant des listes. L’idée principale a été donc de créer une base de données, pour permettre aux chercheurs de téléverser ces documents dans le site.

Après mûre réflexion, nous avons décidé d’utiliser pour la création de notre site internet le logiciel Mediawiki, le même que celui qui soutient Wikipedia, la fameuse encyclopédie contributive consultable en ligne.

Dans le wiki dédié au projet, chaque chercheur peut remplir un formulaire, ayant des parties précompilées, qui permet la création des métadonnées liées au document téléchargé (toujours un manuscrit ou une publication, contenant une liste). On a aussi la possibilité de télécharger les photos de ces manuscrits et d’y lier la transcription. Tous les métadonnées et les documents recueillis créeront une base de données consultable en ligne, qui à son tour pourra être constamment modifiée. En effet, la création de la base des données n’est pas le seul but du projet : grâce au logiciel Mediawiki, chaque chercheur a la possibilité d’apporter des modifications, en améliorant la transcription des textes, en ajoutant des notes ou en faisant des liens entre autres documents. Tous les chercheurs participent donc à l’enrichissement du wiki et contribuent à la création d’un débat autour des documents téléchargés.

Grace à l’extension du logiciel Semantic Mediawiki, nous pouvons  rechercher presque tous les mots contenus dans les documents, en donnant ainsi la possibilité de créer des pages de façon automatique (comme, par exemple, celles dédiées à la bibliographie).  De plus, nous pouvons positionner chaque manuscrit dans l’espace géographique ; la fonction geotagging nous permet d’effectuer de nombreuses recherches et analyses, pas seulement liées au contenu des documents, mais aussi à leur localisation. Grâce à cette solution, les données ne seront pas simplement « conservées » à l’intérieur de notre base des données, mais seront partagées par la communauté de chercheurs, pour permettre à chacun d’enrichir, avec ses expériences, la connaissance sur les listes du Moyen Age.

Discutante : Vanina Kopp (IHA)

 

18 mars 2016 (10h-12h) : Séance numérisation de fonds familiaux
Sara Georgini
 (Boston University, Massachusetts Historical Society), “The Adams Papers @ Work: Rewiring Preservation, Access, and Early American Archives in the Digital Age”

Founded in 1954 and headquartered at the oldest historical society in America, the Adams Papers editorial project has mined nearly 250,000 manuscript pages in order to produce 50 scholarly editions of the diaries, correspondence, and state papers of John and Abigail Adams of Quincy, Massachusetts, and their descendants. Along the way, editors moved from linotype to PC, and transformed the paper card catalog into an open online database. My paper summarizes how Adams editors have struggled to present an early American family archive, while upholding the project’s twin goals of preservation and access. I will show how the Adams Papers’ modern workflow operates, and explain why we chose to incorporate digital strategies at different stages of the production process. Today, the continuing success of our scholarly mission—to use one family’s story as a rough roadmap for closer study of complex issues and events in American history—hinges on how we can make rare manuscripts available for research in a new, digital age.

Comparing old and new volumes of The Papers of John Adams and the Adams Family Correspondence, I sketch how we train editors to transcribe, collate, annotate, and index the framework of 18th-century life, all to meet the professional directive of supplying an authoritative, clear text of fragile primary-source material. Next, I illustrate how digital strategies have challenged and evolved each step of that editorial process. Examples include: microfilming the papers and digitizing the control file of all known Adams documents (ranging from the mid-18th century to 1889) in the Online Adams Catalog; creating an interactive timeline and family tree; and hosting digital editions and manuscript images of the Adams Family Papers online. Finally, I offer some suggestions and invite new ideas for the Adams Papers’ digital future. After six decades of work on the ever-growing Adams archive at the Massachusetts Historical Society, editors have identified a fresh goal—to transform older datasets into open-access research tools— thus presenting traditional letterpress editions alongside platforms for new scholarship.

Now, at every stage of digital interaction, our editorial policies change and grow.  Sharing reference material on the Adamses’ cultural networks, intellectual ventures, and genealogical backstories online (juicy data once exiled to a cumbersome appendix) has dramatically reshaped annotation practices and drawn new readers to the Adams Papers’ scholarly editions. Thanks to these ongoing experiments in new media, I suggest that we can recognize our readers as key collaborators in crowdsourcing the knowledge needed to produce America’s manuscript history of life and culture, as one family experienced it.

Discutant: Steve Sarson (Université Lyon III-Jean Moulin)

 

15 avril 2016 :
Damien Leboulanger
 (Univ. Nantes / Univ. Bourgogne): “Fouille de textes (text mining) et l’extraction de données statistiques: le cas des discours de UKIP”

À l’heure où le numérique prend le pas sur le papier et où la quantité d’information disponible croît de manière quasi-exponentielle, L’exercice de la recherche scientifique (et plus précisément de la thèse) est rendu plus ardu. Que faire de toutes ces données ? Mis à part un traitement manuel long et parfois coûteux, il existe peu de solutions conventionnelles. La solution serait donc de se tourner vers les Outils numériques, offrant des performances non négligeables, comme le traitement quantitatif d’un corpus de plus de 500 pages, la manipulations de milliers données statistiques ou l’exploration de pages web en quelques secondes, le tout de façon fiable et reproductible. Nous verrons quels outils peuvent être utilisés pour effectuer ces opérations (de la préparation d’un corpus à l’analyse de celui-ci), ainsi que leur influence sur la méthode de travail. En effet ces outils sont souvent complexes (et utilisent rarement une interface graphique, ce qui est un frein supplémentaire pour les utilisateurs potentiels) peu connus, et souvent payants. Nous nous pencherons ici plus précisément sur le cas des programmes électoraux du UKIP et des sondages d’opinions le concernant grâce au langage R (et RQDA, un programme d’analyse qualitative de textes qui en dérive), qui a l’avantage d’être relativement simple, extrêmement puissant et open-source.

Discutant: Laurent Bouvet (UVSQ)

 

13 mai 2016 (10h-12h) :
Roger Louis Martínez-Dávila (CONEX-Marie Curie Fellow, Instituto Histografía Julio Caro Baroja, Universidad Carlos III de Madrid): “Plus Ultra, Beyond Text: Digital 3D Representations of Late Medieval Spanish Inter-Religious History”
Voir: http://revealingcooperationandconflict.com et https://www.youtube.com/watch?v=DH__KonA0GY

Discutant: Yan Brailowsky (Paris Ouest-Nanterre)

 

3 juin 2016 (10h-12h) Séance consacrée aux doctorants

Sergio Torres Aguilar (DYPAC / UVSQ / Univ. Paris-Sud),  »Le traitement numérique des textes médiévaux. La reconnaissance des entités nommées dans les Chartes bourguignonnes du Moyen Âge.«

Audrey Le Coustour (DYPAC / UVSQ),  »Valorisation d’une bibliothèque au XVIIe siècle: quels outils numériques?«

Alina Shron (LARCA / Univ. Paris Diderot), »L’éducation et l’empire: tracer la migration et transformation de la pensée avec les outils numériques«


dhiparis

Teamaccount der Redaktion. Forschen – Vermitteln – Qualifizieren: Das DHI Paris ist ein zentraler Akteur international ausgerichteter historischer Forschung im Verbund der Max Weber Stiftung, Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland.

More Posts

dhiparis

Teamaccount der Redaktion. Forschen – Vermitteln – Qualifizieren: Das DHI Paris ist ein zentraler Akteur international ausgerichteter historischer Forschung im Verbund der Max Weber Stiftung, Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland.

Vous aimerez peut être aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *