Comment et pourquoi construire un protocole en SHS ?

5143040381_e592f7873e_zLa notion de protocole, en français, mais ses sens sont similaires en anglais ou en allemand, désigne soit l’ensemble des règles et des usages à observer dans des circonstances sociales officielles, soit une instruction précise et détaillée mentionnant toutes les opérations à effectuer dans un certain ordre ainsi que les principes fondamentaux à respecter pour exécuter une opération ou réaliser une expérience. Dans les deux cas, il s’agit de créer une liste de règles et de pratiques visant à clarifier une situation. Le protocole est un document bien utile qui apporte une solution pratique, pas forcément unique ni définitive, à une question spécifique.

C’est un outil visant à faciliter la communication. En médecine, qui est loin d’être une science exacte, on s’attend à ce que le protocole soit un support du travail en équipe, qu’il favorise la collaboration et évite les malentendus. Il a donc aussi un rôle de communication. Il doit s’appuyer sur l’expérience et les compétences des professionnels concernés, prendre en compte les données actualisées de la littérature, formaliser et harmoniser des pratiques existantes, être actualisé régulièrement suite à des retours d’expériences ou à l’évolution des techniques numériques.

Dans le monde de la recherche, ce sont les disciplines dites scientifiques qui utilisent réellement le protocole. Dans ce cas, celui-ci s’appuie à la fois sur des données scientifiques et sur l’expérience des professionnels, et vise à mettre en place une expérience. La notion d’expérience est ici fondamentale. Elle signale que la pratique de la recherche est tâtonnante et qu’elle peut déboucher sur un échec, qui serait lui-même significatif dans la réflexion. L’expérience recrée un environnement pour comprendre un fonctionnement ou trouver une solution à un problème donné. Le protocole ici garantit la validité de l’expérience et sa bonne mise en place. En ce sens, il permet de réitérer l’expérience ou de la refaire en modifiant certains critères.


1. Pourquoi des protocoles en SHS ?

La notion de protocole est quasiment absente des Sciences Humaines et Sociales (mais plus humaines que sociales). On parle davantage de méthode, notamment lorsqu’il s’agit de répondre à une question précise, liée par exemple à l’usage des sources, leur organisation, leur gestion. A cet effet, le protocole n’a pas besoin d’être établi à l’avance. Il suffit d’avoir une « méthode de travail » pour avoir une réponse.  Dans ce contexte, la méthode définit les étapes d’un travail ou d’un projet et ne permet pas d’envisager son objet d’études comme une expérience. Or, il devient essentiel de comprendre que l’approche expérimentale ne contredit pas la recherche en SHS. Au contraire ! Force est de constater que considérer sa recherche comme une expérience de pensée encourage le dialogue, favorise les évolutions ou les changements de points de vues.

Le développement de protocoles en SHS sert à reconsidérer la notion d’échec dans la recherche, puisque la recherche en SHS ne vise pas à justifier une idée préconçue mais à tester une hypothèse dans un certain contexte. Le développement des Digital Humanities vient appuyer cette démarche d’expérimentations dans les SHS. La multiplication des logiciels, le développement des échanges entre chercheurs ou encore l’avènement de l’interdisciplinarité contribuent à faire de la recherche en SHS, une activité expérimentale potentiellement soumise à l’échec.

Les SHS éprouvent parfois des difficultés à développer des projets collaboratifs. Le mode projet des chercheurs est davantage visible dans le travail de thèse, qui représente un projet à lui seul, mené de façon individuelle. La notion de protocole incite à penser en « mode projet ». Cette approche diffère de la conception classique et disciplinaire de la recherche. La notion de protocole induit une réflexion sur la méthodologie. En considérant le projet comme une expérience, alors on autorise la confrontation de perspective, la sélection de critères, le jeu de contraintes. Le protocole valide ainsi la modification des valeurs qui définissent un objet d’étude dans son contexte et favorise la compréhension et la représentation des phénomènes sociaux et culturels, enjeux des SHS.


2. Les étapes de mise en place d’un protocole

Une rapide présentation des étapes pour créer et appliquer un protocole en SHS vient appuyer, si besoin était, la nécessité de développer ce type de document et donc de pratiques dans la recherche :

  • Identifier un problème à résoudre ou un objectif à atteindre (peut-être lié à une question de recherche ou à un besoin explicite d’une équipe de travail ; donc lié soit à une question scientifique soit communicationnelle).
  • Définir la situation à laquelle est lié le problème ou l’objectif à atteindre.
  • Si l’activité est collective, former un groupe de travail pour élaborer le protocole.
  • Analyser la pratique actuelle pour résoudre le problème.
  • Définir les objectifs : en confrontant les besoins identifiés à la pratique actuelle, au contexte local et aux éléments de bonne pratique collectés dans la littérature  S’agit-il de gagner du temps ? D’augmenter le nombre de documents analysés ? De changer de perspective ? De développer la collaboration, etc. ?
  • Identifier les contraintes : liés à l’équipe ? Moyens financiers ? Techniques ? Etc.
  • Concevoir le protocole en définissant chaque étape, les rôles dévolus à chacun, la temporalité, les évolutions attendues à chaque étape, les solutions trouvées et les questions qui n’ont pas été résolues dans le protocole, etc.
  • Définir et élaborer les outils qui doivent être associés au protocole.
  • Formaliser le protocole : sous forme d’un document simple et court. Ce document doit pouvoir être facilement utilisable.
  • Dans certains cas, vérifier que la législation ne fait pas obstacle au protocole : en particulier que les nouveaux rôles attribués à un professionnel ne sortent pas de son domaine de compétence.
  • Dans le cas d’une activité en équipe, Procéder à une large validation du protocole en s’assurant de l’accord de tous les professionnels concernés.

Il s’agit enfin de mettre en œuvre le protocole, de favoriser sa diffusion pour les autres chercheurs, constater et noter les variations et limites entre la pratique et le protocole, enfin le mettre à jour régulièrement le protocole ou favoriser sa mise à jour par une pratique collaborative.

Finalement, le protocole favorise les échanges entre scientifiques et les évolutions des pratiques. Mais surtout, il met en avant une ambiguïté de la recherche : les résultats auxquels il permet d’aboutir dépendent d’une situation particulière, dotée de critères spécifiques. Ils sont donc relatifs. En même temps, le sérieux du protocole vient garantir la pertinence des résultats, leur validité permanente dans un certain contexte. En résolvant cette ambigüité que les chercheurs rencontrent fréquemment, le protocole ouvre la porte à d’autres formes d’utilisation des résultats antérieurs ou permet de mettre en place des expériences (ou études) en modifiant constamment certains critères pour permettre la comparaison et l’analyse. En effet, c’est bien à une facilitation de la comparaison des études et objets d’études que vise le protocole scientifique.

La diversité des projets menés aujourd’hui et le développement de la collaboration entre chercheurs et entre disciplines agit en faveur d’un renouvellement de nos pratiques. Utiliser et créer des protocoles permettraient ainsi de mettre en avant les expériences menées en SHS, tout en synthétisant les données antérieures et en permettant la récupération plus aisée des résultats pour les projets à venir. En facilitant les partages d’expérience, le protocole s’inscrit dans une démarche d’amélioration qualitative de la recherche.

_______________________

crédits d’image : Day 1/365 par Klardrommar, licence CC BY-NC-SA 2.0


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *