L’album franco-allemand de la Grande Guerre est en ligne

L’Institut historique allemand et la Mission du centenaire 1914-1918 s’associent pour proposer, à partir de novembre 2013, un « Album franco-allemand de la Grande Guerre ». Chaque quinzaine, le grand public pourra découvrir des documents relatifs au premier conflit mondial, expliqués et mis en lumière par deux historiens spécialistes de la question, l’un français, l’autre allemand, en deux langues. Cent ans après le conflit, cet album a pour objectif de produire un regard commun sur la Grande Guerre, sans gommer les particularités du vécu et de la mémoire de ces deux nations qui furent, à l’époque, ennemies.

Les documents présentés sont souvent inédits : affiches, photographies, estampes, caricatures, cartes postales… ils permettent de reconstituer la culture visuelle de l’époque, si spécifique, et de percevoir ainsi la révolution du regard qu’a représenté la Grande Guerre, dans un pays comme dans l’autre. De la photographie du Président Poincaré à Saint-Petersbourg en juillet 1914 aux images d’Epinal des premières batailles, de la matérialité des casques Adrian à l’esthétique des gravures de la propagande de guerre, le lecteur portera, accompagné par les explications des spécialistes, un nouveau regard sur la guerre.

Ces documents proviennent de la collaboration avec six institutions partenaires, dans les deux pays : le Musée historique allemand de Berlin (Deutsches Historisches Museum), la Bibliothèque d’histoire contemporaine de Stuttgart (Bibliothek für Zeitgeschichte) et la Bibliothèque d’Etat de Berlin (Staatsbibliothek zu Berlin) ; la Bibliothèque nationale de France (BNF), la Bibliothèque nationale universitaire de Strasbourg (BNU) et la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC).

> L’album sur le site de la Mission du centenaire


Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. denis dit :

    Bonsoir, une initiative heureuse
    pouvez vous me dire comment les Allemands voyaient les Français au déclenchement de la guerre.Avaient ils donné un surnom à leurs propres soldats (comme les poilus en france)?Avaient ils donné un surnom aux soldats français?

    • Nicolas Patin dit :

      Bonjour (et bonne année)
      Merci de votre commmentaire et de l’intérêt que vous portez au projet.
      Pour répondre au plus rapide à vos questions, je dirais qu’au moment du déclenchement de la guerre, les Allemands percevaient la France en même temps dans le contexte du temps très long – celui de la Révolution française, des conquêtes napoléoniennes et de la guerre de 1870 – mais qu’en terme de « puissance », les yeux allemands étaient tournés avant tout vers l’Angleterre (rival économique et colonial) et la Russie (symbole, pour la gauche allemande, de l’autocratie). Il faut accepter ce désequilibre : alors que pour la France, « l’ennemi suprême » en 1914 est l’Allemagne, la France n’est pas nécessairement au centre des préoccupations germaniques.
      Les soldats allemands appelaient les soldats français les « Franzmann ». L’équivalent allemand de poilu est « Der Feldgraue » (de la couleur grise de l’uniforme) mais il faut tout de même noter que le poilu comme « mythe national » est un phénomène très français. Le dernier poilu allemand s’est éteint dans l’indifférence générale…
      A votre disposition

      • denis dit :

        Meilleurs voeux également

        Merci de votre réponse

        Franzmann était- il d’un usage courant?Le terme peut-il se traduire?

        Je me rend compte en travaillant sur cette exposition à quel point on peut ignorer la culture et l’histoire de l’autre !

        Je recherche aussi des infos sur les marraines de guerre, ces femmes qui écrivaient aux soldats coupés de leur famille par l’occupation des territoires du nord et de l’est.

        Y a-til eu un phénomène de cet ordre en Allemagne?

        Cordialement

        Denis Caubrière

        • Nicolas Patin dit :

          Cher Monsieur Caubrière,

          Le terme Franzmann était utilisé, mais je ne peux pas vous préciser (rapidement) l’ampleur de cette utilisation qui me semble à première vue moins répandue que celle de « Boches » en France, que ce soit à l’époque ou par la suite. Le terme désigne, littérallement traduit, les « hommes de France », en langage moins soutenu. Pour l’anecdote, les soldats allemands avaient aussi un nom pour les anglais (Tommies, du nom de Tom) et pour les Italiens, qu’ils appelaient parfois « Katzelmacher », expression difficile à traduire, dans la mesure où elle renvoie au chat de gouttière, mais aussi au vol…

          Pour ce qui concerne les « marraines de guerre », la bibliographie n’est pas très dense. Vous pouvez regarder le court texte de Jean-Yves Le Naour ici : http://www.jeanyveslenaour.com/images/les%20marraines%20de%20guerre.pdf, pour commencer.

          Le nom existe en Allemand (Kriegspatinnen), mais il me faudrait des recherches plus approfondies pour vous indiquer, là encore, l’ampleur du phénomène.

          Bien à vous

          Nicolas Patin

          • denis dit :

            Merci pour ces réponses et vos conseils.J’ai trouvé récemment dans un petit ouvrage paru à l’occasion du centenaire le terme de calmüser qui aurait servi à désigner les soldats français.En avez-vous déjà entendu parlé?
            Denis

          • Nicolas Patin dit :

            Le terme « Calmüser » est effectivement cité par Odile Roynette dans son étude de référence sur les mots des tranchées (2010) comme un équivalent du Boche. La signification est difficile à circonscrire, et j’avoue avoir peu rencontrer ce terme. Dans la mesure où les patois locaux étaient encore très utilisés dans l’Allemagne de l’époque (comme en France) il se peut que cette expression n’ait fonctionné que dans certaines régions. Bien à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *