Résumé du colloque « Quelles perspectives pour les jeunes chercheurs en DH ? » #dhiha5

Les 10 et 11 juin 2013, l’Institut historique allemand de Paris (IHAP) et L.I.S.A.  – Das Wissenschaftsportal der Gerda-Henkel-Stiftung, en coopération avec le Centre pour l’édition électronique ouvert (Cléo), ont organisé un colloque à l’IHAP sur les Digital Humanities (DH) et les conditions de recherche dans les sciences humaines et sociales (SHS), et particulièrement sur les perspectives des jeunes chercheurs. Un appel invitant la communauté scientifique à participer par des articles de blog à la préparation du colloque a été lancé dès avril 2013. [1] Sur la base de 25 contributions ainsi rassemblées, des groupes de travail ont rédigé des synthèses et les ont publiées en ligne afin d’inviter le public à la discussion. Ce travail préparatoire a abouti à la définition de quatre panels thématiques qui ont analysé l’impact des évolutions récentes dans le monde numérique sur les conditions de la recherche en général, et sur les chances et les défis que celles-ci signifient pour les jeunes chercheurs en particulier. Le caractère innovateur de l’événement a été révélé notamment par le dialogue avec le public via les médias sociaux qui a continué tout au long de la préparation et de la tenue du colloque. Il était ainsi possible de participer à la discussion par Twitter et de suivre un Livestream mis en ligne par la fondation Gerda Henkel. [2]

Ouverture : Christian Jacob (ANHIMA/EHESS): »Qu’est-ce que chercher ?«

keynoteAprès l’accueil des participants par MAREIKE KÖNIG (Paris), GEORGIOS CHATZOUDIS (Düsseldorf) et PIERRE MOUNIER (Paris), CHRISTIAN JACOB (Paris) a ouvert la série des interventions par un exposé sur la question « Qu’est-ce que chercher ? ». [3] Il s’est notamment intéressé aux conséquences de l’introduction des nouveaux moyens techniques dans la recherche en sciences humaines et sociales. Selon lui, les DH permettent ainsi de réduire considérablement la durée de la recherche en utilisant des technologies nouvelles, d’exploiter des sources inaccessibles auparavant, et d’aboutir à des conclusions nouvelles. Mais ils constituent également un défi nouveau, car désormais, le chercheur devra non seulement adopter une attitude critique envers ses sources, mais aussi envers les outils techniques qu’il utilise. Comprendre le fonctionnement de ces outils, par exemple des moteurs de recherche ou des bases de données, devient ainsi indispensable.  Pour finir, Jacob s’est tourné vers la communication et la sociabilité entre chercheurs, plaidant pour Open Science, Open Access, le blogging scientifique et le partage du travail de recherche et de ses résultats. Après ce plaidoyer pour les DH, les quatre panels ont thématisé des problématiques actuelles liées aux DH, discutant des stratégies pour trouver des solutions.

Formes numériques de notre culture scientifique : ce que changent les Digital Humanities

panel 1Dans les contributions du Panel I, ARIANNA CIULA (Sienne) et DOMINIQUE BOUILLER (Paris) ainsi que le groupe de travail composé d’AURÉLIEN BERRA (Paris), ANDRÉ DONK (Münster), MARTEN DÜRING (Nimègue) et SEBASTIAN GIESSMANN (Siegen), ont porté leur regard sur les évolutions actuelles dans le monde académique. [4] Dans tous les exposés, l’interdisciplinarité a constitué un aspect central. En raison de l’augmentation sensible de l’importance des technologies numériques dans les SHS, comme partout au sein et en dehors du monde académique, les DH pourront former une passerelle entre les disciplines. La communauté scientifique devra de fait s’ouvrir vers l’intérieur et vers l’extérieur, en utilisant notamment les nouveaux moyens de communication (tweets, blogs, etc.), afin de faire sortir la science des huis-clos traditionnels. Les DH comme porte vers le monde extérieur pourront aider à créer plus de transparence et plus de participation publique. Selon Bouiller, le blogging scientifique crée ainsi une véritable chance pour les SHS parce qu’il permet de commenter et de faire valoir non seulement le résultat de la recherche, mais également le travail préalable. Les traces de l’activité scientifique deviennent ainsi visibles, forçant le chercheur à plus de rigueur méthodique et plus de réflexivité. Le groupe de travail a souligné à son tour le rôle que les nouveaux moyens de communication pourront jouer pour remédier aux hiérarchies académiques trop rigides. Tous les conférenciers ont exprimé leur espoir que les DH sauront contribuer à révolutionner le monde de la recherche et les manières de faire de la science. Ils ont réclamé à l’unanimité aux jeunes chercheurs d’assurer le lien entre les humanités numériques et traditionnelles et d’essayer de renforcer l’acceptation des nouveaux modes de la publication scientifique. La discussion suivante avec les participants du colloque a permis d’insister sur le fait que les DH ne concernent pas exclusivement les jeunes chercheurs, et qu’il serait erroné de tracer une frontière entre les générations et entre les humanités traditionnelles et numériques, au risque de contrecarrer la coopération et l’interdisciplinarité recherchées.

Questions de formation : quelles nouvelles compétences sont nécessaires ?

panel 2Comme l’enjeu n’est pas seulement de savoir se servir des « Magic Boxes » (bases de données, moteurs de recherche, etc.), mais également de comprendre leur fonctionnement, la question cruciale de la formation a été abordée dès le Panel I. Elle a ensuite été au centre de la réflexion du Panel II qui a regroupé les exposés de MALTE REHBEIN (Passau) et de JEAN-MICHEL  SALAÜN (Lyon) ainsi que celui du groupe de travail composé de FRANZISKA HEIMBURGER (Paris), MICHAEL SCHMALENSTROER (Freiburg) et BERTRAM TRIEBEL (Freiberg). [5] Sur la base des billets de blogs mis à contribution, des questions importantes ont pu être formulées dans l’exposé d’introduction : L’enseignement des DH n’aura-t-il lieu que dans des Masters spécialisés, ou ne sera-t-il pas préférable que chaque formation en SHS comporte un volet DH ? Les différentes disciplines seront-elles capables de s’accorder sur un set commun de compétences et de connaissances nécessaires ? Une série de compétences à envisager a été proposée et soumise à la discussion (maîtrise des « Magic Boxes », travail collaboratif, stratégies d’Open Acces, utilisation des réseaux sociaux comme outil de la recherche et pour atteindre un public non académique). Rehbein s’est ensuite prononcé pour l’intégration d’un enseignement des compétences numériques dans toute formation en SHS, sans pour autant exclure la possibilité de créer des cursus spécialisés destinés à former des experts comme futurs développeurs. Cet enseignement devra s’adresser à toutes les générations, car même les étudiants et les jeunes chercheurs hésitent souvent à utiliser les médias numériques. Jean-Michel Salaün a ensuite résumé son expérience pratique du Master « Architecture de l’information » de l’École Normale Supérieure des Sciences de l’Information et des Bibliothèques à Lyon. Il a particulièrement mis en valeur l’approche d’une pédagogie interactive qui se sert des technologies nouvelles afin de transmettre des compétences en DH, dans le cadre d’une formation unique, à des étudiants d’une provenance disciplinaire très variée. Il a également réclamé une attention critique vis-à-vis du pouvoir croissant des acteurs privés (Google, Apple) qui se développent à un rythme que les universités risquent de ne plus pouvoir suivre.

Assurer la qualité et évaluer la recherche

panel 3Le Panel III s’est consacré aux thèmes de l’évaluation et du contrôle de la qualité dans les DH. [6] Partant de l’idée qu’Internet a fait naître des formes nouvelles en terme de publication scientifique (bases de données, bibliographies dynamiques, etc.), le groupe de travail formé par SASCHA FOERSTER (Bonn), LILIAN LANDES (Munich) et BERTRAM TRIEBEL (Freiberg) a réclamé une modification des critères d’évaluation. Dans un résumé de la situation actuelle, ils ont souligné que ni les étudiants ni les enseignants ne reconnaissent aux publications dans les médias numériques une valeur égale à celles parues dans les médias imprimés, et que la recherche de grande qualité recourt toujours majoritairement aux formes traditionnelles pour la publication de ses résultats. Si les monographies et les journaux publiés en ligne peuvent être assimilés aux publications imprimées en leur attribuant un numéro ISBN ou ISSN, les formats existants uniquement dans le Web – comme les blogs et les wikis – posent davantage de problèmes. Malgré leur importance pour les DH, ni les activités en ligne, ni les compétences en langage informatique, ni la maîtrise des médias sociaux ne sont généralement reconnues lors du recrutement pour les postes scientifiques ou lors de l’attribution d’un financement à des projets de recherche. Les formats traditionnels de la publication sont également mieux acceptés parce que le contrôle de la qualité est réputée être compliquée dans les médias numériques. Cela concerne particulièrement les formats auxquels les procédés habituels pour contrôler la qualité des contenus ne peuvent être appliqués. Le peer-review est ainsi toujours considéré, notamment dans les pays germaniques, comme la meilleure méthode pour assurer la qualité des publications. DENISE PUMAIN (Paris) s’est prononcée en faveur de son maintien, mais en l’adaptant à la nature des publications numériques.

Afin d’aider à développer des moyens opérationnels d’évaluation et de contrôle de la qualité dans un environnement numérique, le groupe de travail a élaboré des recommandations adressées aux organismes finançant la recherche, aux chercheurs et aux éditeurs de publications scientifiques. A été suggéré notamment d’élargir le cercle des reviewers en intégrant des personnes compétentes dans le domaine des médias numériques, en associant des informaticiens et des experts des nouvelles technologies aux chercheurs en SHS. Une plus grande ouverture pour des formes nouvelles de publication a été réclamée ainsi qu’une réflexion continue sur les directives de sélection des projets financés. Les jeunes chercheurs devront être familiarisés tôt avec les formats numériques. Eux-mêmes doivent avoir le courage de publier les résultats de leur recherche en dehors des médias reconnus, et de faire valoir les activités sur Internet lorsqu’ils répondent à des offres d’emploi et de financement. Les auteurs et les éditeurs sont invités à prendre en compte les avantages de l’écriture collaborative et de l’échange avec d’autres chercheurs ainsi qu’à bénéficier de la valeur ajoutée que comporte une publication électronique. Les activités en ligne ne se sont pas à envisager comme un effort supplémentaire, mais plutôt comme une manière d’améliorer la qualité, selon le principe « publish first, filter later ». Le groupe de travail a également réclamé la création d’environnements spécifiques pour la publication scientifique en ligne, l’investissement dans l’archivage pérenne et dans des projets interdisciplinaires, et une aide financière pour promouvoir la communication académique dans les blogs et les médias sociaux. Au niveau européen, il est en outre nécessaire de modifier le droit à la re-publication en ligne. MILENA ŽIC-FUCHS (Zagreb) a rappelé que l’évaluation n’est pas problématique dans le seul domaine des DH, mais dans les sciences humaines et sociales en général. Avec engagement, elle a appelé les chercheurs en SHS à se coordonner avec d’autres disciplines scientifiques afin de créer des synergies, et à articuler le point de vue et les besoins des DH dans un effort commun et concerté.

Carrières, financements et reconnaissance académique

panel 42Animé par le groupe de travail d’ANNE BAILLOT (Berlin), de NATALIA FILATKINA (Trèves) et d’ANIKA MEIER (Paris), le Panel IV s’est consacré aux thèmes de la carrière, du financement et de la reconnaissance académique des travaux en DH. [7] Si le début d’une carrière académique et les perspectives à long terme posent généralement des problèmes pour les chercheurs en SHS, surtout à cause du manque de transparence et de critères clairs lors de l’attribution des postes, la situation est  particulièrement difficile dans le domaine des DH en raison du statut précaire de ceux-ci. Outre le manque de normes d’évaluation et d’exigences clairement définies, le groupe de travail a critiqué l’absence de perspectives à long termes comme alternatives au professorat ainsi que la courte durée de la plupart des financements de projets numériques. Il s’est prononcé pour la reconnaissance des activités dans les médias sociaux, des prestations en informatique (programmation, développement de logiciels) et des divers modes de la publication scientifique en ligne. Une amélioration du statut et des perspectives de carrière du personnel non scientifique, chargé de la réalisation technique des projets en DH, a été explicitement réclamée. CLAUDINE MOULIN (Trèves), dans son exposé, a également critiqué l’opacité et la structure rigide des carrières traditionnelles dans les SHS, mais en indiquant la possibilité que les DH, grâce à leurs dimensions spécifiques (méthodes hybrides de la recherche, mise en réseau des données, thèmes et personnes, travail collaboratif), puissent servir de catalyseur pour une réforme de la recherche. [8] Elle a réclamé une reconnaissance du travail des techniciens et des spécialistes IT égale à celle du travail des chercheurs, entraînant une amélioration de leur situation sur le plan des salaires et de l’accès à des carrières de haut niveau, et ouvrant de meilleures perspectives pour les personnes venant d’une formation différente. Selon Moulin, les DH disposent déjà de bons moyens de financement, et ils seront d’ailleurs bientôt le seul domaine dans lequel des projets en SHS seront financés au niveau européen. Mais le nombre croissant des projets de recherche en DH aboutira à une pénurie de personnel dans les années à venir, rendant nécessaire la formation de jeunes chercheurs et la création de postes attirants au sein des universités et des centres de recherche. Moulin a également posé la question de la reconnaissance des DH en tant que discipline, proposant le terme de métadiscipline. Pour finir, elle a revendiqué un changement complet de la culture de la publication et de la reconnaissance académiques, soulignant en outre le rôle du plurilinguisme comme élément clé de la recherche et de la communication scientifique en Europe. Dans le dernier exposé, PASCAL ARNAUD (Paris) a jeté un regard nettement plus critique voire en partie désillusionné sur la situation des SHS en France, en indiquant trois problématiques générales : les carrières transversales dans la recherche, le statut précaire des jeunes chercheurs et la reconnaissance du travail collectif. Concernant l’avenir des SHS, il les voit menacé si elles ne réussissent pas à relever le défi numérique.

Jeunes chercheurs et humanités numériques : un manifeste

La conférence et les contributions préalables des bloggeurs ont abouti à la rédaction d’un manifeste qui souligne l’importance des DH pour l’avenir des SHS et résume les défis principaux et les besoins les plus urgents, appelant ainsi à concevoir et à réaliser ensemble le changement des structures académiques et de la culture de la recherche. [9]

Notes

[1] Pierre Mounier: Colloque #dhiha5 : Conditions de recherche et Digital Humanities : quelles perspectives pour les jeunes chercheurs ? – Appel à contributions, <http://dhiha.hypotheses.org/755> (19/09/2013).

[2] #dhiha5 – Videoparade, <http://www.lisa.gerda-henkel-stiftung.de/videos_watch.php?nav_id=4431> (19/09/2013).

[3] Christian Jacob: Qu’est-ce que chercher?, <http://lieuxdesavoir.hypotheses.org/1174>, <http://lieuxdesavoir.hypotheses.org/1177>, <http://lieuxdesavoir.hypotheses.org/1180>, <http://lieuxdesavoir.hypotheses.org/1182> (19/09/2013).

[4] Aurélien Berra / André Donk / Marten Düring / Sebastian Gießmann: #dhiha5 Panel I: Which changes are currently taking place in our research and academic culture?, <http://dhiha.hypotheses.org/999> (19/09/2013).

[5] Franziska Heimburger / Michael Schmalenstroer / Bertram Triebel: #dhiha5 Panel II: Training for the Digital Humanities – what skills are necessary, how can they be transmitted?, <http://dhiha.hypotheses.org/1004>, (19/09/2013).

[6] Sascha Foerster / Lilian Landes / Bertram Triebel: #dhiha5 Panel III: Evaluation and Quality Control in the Digital Humanities, <http://dhiha.hypotheses.org/949> (19/09/2013).

[7] Anne Baillot / Natalia Filatkina / Anika Meier: #dhiha5 Panel IV: Career, Financing and the Academic Recognition of Achievements in the Digital Humanities, <http://dhiha.hypotheses.org/946> (19/09/2013).

[8] Claudine Moulin: Je t’aime, moi non plus. Career, Financing and Academic Recognition in the Digital Humanities (#dhiha5), <http://annotatio.hypotheses.org/303> (19/09/2013).

[9] Jeunes chercheurs et humanités numériques : un manifeste, <http://dhiha.hypotheses.org/1108> (19/09/2013).

 

Traduction du rapport Forschungsbedingungen und Digital Humanities: Welche Perspektiven hat der Nachwuchs? 10.06.2013-11.06.2013, Paris, in: H-Soz-u-Kult, 12.09.2013, par Laura Roos et Sven Ködel

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *