Jeunes chercheurs et humanités numériques : un manifeste

YesWeDigital-361x500Les sciences humaines et sociales sont un élément crucial de la culture humaine et jouent un rôle essentiel dans la compréhension du monde dans lequel nous vivons. Les humanités numériques reflètent l’entrée des sciences humaines dans l’ère numérique. Elles n’apportent pas seulement de nouveaux moyens techniques, mais aussi de nouvelles formes de création et de dissémination des savoirs, à l’intérieur des disciplines universitaires, entre les disciplines et au delà des disciplines.

Dans le champ des humanités numériques, il existe un lien intime entre les pratiques expérimentales, la réflexivité et l’élaboration collaborative de standards. Elles sont donc l’occasion de repenser et d’étendre le champ des sciences humaines à la faveur d’un renouvellement de leurs matériaux, de leurs méthodes et de leurs herméneutiques. En outre, elles offrent la possibilité de redéfinir nos relations avec la société dans son ensemble, grâce au libre accès au patrimoine culturel et au développement de projets collaboratifs impliquant également des publics non universitaires. C’est pourquoi nous considérons qu’elles ont un rôle cardinal à jouer pour l’avenir des sciences humaines.

Il y a trois ans, plus de cent membres de cette communauté en cours de constitution ont participé à THATCamp Paris 2010. Ensemble, ils ont rédigé le premier Manifeste des Digital Humanities européen, afin d’exprimer leur engagement sur ce nouveau terrain de recherche. Depuis, le nombre des individus et des projets concernés s’est largement accru, ce qui leur a donné une bien plus grande visibilité.

Cependant, le monde universitaire, avec ses institutions, ses acteurs et ses pratiques, n’a pas évolué au même rythme. D’un côté, de nouvelles façons de faire de la recherche se sont développées – une recherche connectée, collaborative, horizontale, multimodale, multidisciplinaire et multilingue. Les praticiens du numérique se consacrent à de nouvelles activités et travaillent avec de nouveaux outils ; ils construisent des bases de données, développent des logiciels, analysent de vastes ensembles de données, définissent des modèles conceptuels, collaborent au moyen de wikis et de pads, communiquent par l’intermédiaire des sites Web, des blogs et autres médias sociaux. De l’autre côté, les institutions de recherche résistent souvent à ces changements, voire les empêchent : la formation des chercheurs, les programmes de financement, les critères d’évaluation, les procédures de recrutement et de promotion n’ont que peu évolué et ne semblent pas en mesure de profiter des avantages de l’environnement numérique.

Le fossé qui sépare des pratiques numériques florissantes et leur reconnaissance institutionnelle se creuse chaque jour davantage : il représente une menace pour l’ensemble de la communauté universitaire et plus particulièrement pour les jeunes chercheurs, puisque c’est leur avenir même de professionnels de la recherche qui en devient incertain.

Les 10 et 11 juin 2013, des universitaires et d’autres membres de la communauté scientifique se sont réunis à l’Institut historique allemand de Paris pour participer au colloque international « Conditions de recherche et Digital Humanities : quelles perspectives pour les jeunes chercheurs ? » Le colloque a été précédé d’un appel à publier des contributions en ligne visant à préparer l’événement d’une façon collective et publique.

Le présent manifeste est le résultat de ce processus. Il met en valeur les défis les plus importants et les besoins institutionnels les plus urgents.

I. Propositions générales

Dans toutes les disciplines, les chercheurs et techniciens en début de carrière sont confrontés à un haut degré d’insécurité de l’emploi, en raison de la généralisation des contrats de courte durée et du risque croissant de ne jamais obtenir de poste permanent. Les spécialistes des humanités numériques ressentent plus encore que d’autres cette pression, car ils bénéficient de financements sur des durées en moyenne plus courtes, trouvent peu de postes adaptés à leurs profils et souffrent d’un manque de perspectives professionnelles claires.

  • Il devrait y avoir des perspectives à long terme pour les chercheurs, ingénieurs et bibliothécaires qui s’engagent dès le début de leur carrière dans la voie des humanités numériques.

  • Il appartient aux chercheurs confirmés de les encourager, de les conseiller et de les soutenir. Ce point a également été souligné dans les recommandations du Young Researchers Forum rassemblé par la European Science Foundation en 2011 (Changing Publication Cultures in the Humanities).

  • Il est nécessaire d’établir des principes justes et des règles claires pour évaluer la pertinence scientifique des contributions numériques collaboratives et pour reconnaître à chacun le mérite de son travail.

  • Les différents médias numériques et les différents genres de publication en ligne doivent être acceptés comme d’authentiques moyens de communication scientifique.

Des travaux importants réalisés par des spécialistes des humanités numériques demeurent invisibles lors des évaluations internes et externes : ils ne devraient pas être ignorés de leurs pairs.

  • Les publications en libre accès (Open Access) et dans le cadre des données ouvertes (Open Data) demandent à être encouragées et soutenues, ce qui suppose de stimuler la participation, de fournir des financements adaptés et d’accroître la reconnaissance universitaire.

  • Il est urgent que le droit de republier des textes soit mis en œuvre dans les législations européennes et nationales, afin que soit garantie la légalité de la « voie verte » de la publication en libre accès.

 La recherche et l’enseignement, lesquelles s’appuient sur des outils numériques, exigent des compétences et des infrastructures spécifiques. Pour créer les conditions de leur déploiement, voici ce dont nous avons besoin :

  • des infrastructures universitaires adaptées et durables, telles que des archives en ligne, des plateformes de publication, des catalogues, des réseaux de médias sociaux et des portails de blogs ;

  • une base de données publique des projets soumis au niveau européen et dans les différents pays dans le domaine des humanités numériques, qu’ils aient obtenu ou non un financement, afin d’améliorer l’orientation et la coordination des projets, grâce à une plus grande transparence ;

  • au sein des sciences humaines, des programmes de formation aux humanités numériques ambitieux, qui s’adressent à toutes les générations, quel que soit le niveau des compétences et des besoins. Il faut que les étudiants avancés, les jeunes chercheurs et les chercheurs confirmés reçoivent une formation pertinente.

Praticiens des sciences humaines, nous attachons une grande importance au dialogue et au multilinguisme. La publication en anglais n’a pas à être une norme exclusive, mais sera encouragée en complément de publications dans les autres langues.

II. Institutions de recherche et enseignement supérieur

Il revient à chaque institution de développer et de maintenir des stratégies numériques cohérentes. Les sociétés savantes et les universités doivent apporter leur aide aux jeunes spécialistes des humanités numériques, en leur assurant des financements suffisamment longs et des possibilités de progression de carrière : la capacité de travailler dans le long terme concerne aussi bien les chercheurs que les technologies. Il faut favoriser une expérience précoce de la collaboration, ainsi que l’acquisition d’une expertise technique fondée sur le travail d’équipe.

Nous sommes en faveur de l’établissement de groupes de travail spécialisés visant à encourager les initiatives numériques et à permettre les recherches transdisciplinaires. Les institutions ont pour mission de soutenir cette orientation en créant un écosystème scientifique pour les praticiens des humanités numériques – notamment :

  • des plateformes de publication en libre accès dont la qualité soit reconnue

  • des archives, des technologies et des infrastructures destinées à l’archivage à long terme des publications scientifiques et des données de la recherche, en harmonie avec une politique de développement du libre accès et des données ouvertes

  • des infrastructures consacrées aux bases de données et aux applications, afin de permettre le traitement de grandes masses de données (Big Data) et le développement du web de données (Linked Data)

  • des outils efficaces destinés à la numérisation des sources analogiques

  • des moteurs de recherche et des outils de gestion des métadonnées facilitant la découverte, la contextualisation et l’évaluation des médias numériques

  • la promotion des ressources éducatives ouvertes et des licences Creative Commons

La publication de carnets de recherche (ou blogging scientifique), l’activité dans les médias sociaux et les pratiques d’évaluation hors des formats traditionnels ont besoin d’être officiellement reconnus et encouragés. Les institutions de recherche devraient offrir l’expertise et la formation nécessaires pour garantir les compétences suivantes : usage des médias sociaux dans la recherche et pour la communication publique, encodage, gestion de sites Web, construction de bases de données et édition multimédia. Tous les professionnels concernés doivent également être au fait des questions légales, spécialement dans le domaine du droit d’auteur traditionnel et des licences ouvertes.

III. Organismes de financement

Il est important que les organismes de financement prennent en compte les besoins des communautés scientifiques, puisque ce sont eux qui décident quels sont les projets, les institutions et les infrastructures numériques qui sont soutenus et de quelle façon leurs résultats sont évalués. Les organismes de financement doivent avoir conscience que les projets numériques, surtout lorsqu’ils comprennent un site Web, ne s’achèvent jamais tout à fait : il est essentiel de leur apporter un soutien continu au delà de la durée initiale de financement (en particulier pour assurer l’entretien des serveurs et la maintenance technique).

Nous avons besoin que les organismes de financement établissent des programmes spécifiques pour soutenir les recherches collaboratives transnationales, mettre en place des infrastructures de recherche durables et créer des formations pratiques aux outils numériques de la recherche.

Nous avons besoin que les organismes de financement développent de nouvelles procédures d’évaluation, qui tiennent compte à la fois des formats et des savoir-faire numériques.

  • Les articles évalués par les pairs (peer review) et publiés dans des revues imprimées ne peuvent plus être les seules publications prises en considération dans les candidatures et les appels. Les diverses pratiques de communication scientifique, d’évaluation et de publication par des moyens numériques attendent d’être reconnues et encouragées.

  • L’évaluation des projets inscrits dans le champ des humanités numériques est tenue de prendre en compte de nouveaux critères : qualité scientifique, qualité technique et usage.

  • Le cercle traditionnel des évaluateurs demande à être élargi : des experts des médias numériques, des informaticiens et des ingénieurs doivent en faire partie pour rendre fiable l’évaluation.

  • Les organismes de financement devraient intégrer dans leurs procédures l’évaluation ouverte par les pairs (open peer review) et le commentaire ouvert.

Que faire maintenant ?

Les praticiens et les observateurs déplorent souvent le fait que les infrastructures évoluent lentement. À l’heure où s’établit une nouvelle culture de la recherche, dans laquelle la valeur des instruments et des méthodes numériques sera pleinement reconnue, il est temps d’agir en nous donnant les moyens d’adapter les structures existantes aux pratiques nouvelles. C’est là une tâche fondamentale et on ne peut plus concrète pour chacun, dans chaque champ et dans chaque discipline universitaires. Nous pouvons tous contribuer à cette réinvention commune.

Les premiers signataires ont participé (sur place ou en ligne) au colloque « Conditions de recherche et Digital Humanities : quelles perspectives pour les jeunes chercheurs ? » (10 et 11 juin 2013, Paris).

Pascal Arnaud
Anne Baillot
Aurélien Berra
Dominique Boullier
Thomas Cauvin
Georgios Chatzoudis
Arianna Ciula
Camille Desenclos
André Donk
Marten Düring
Natalia Filatkina
Sascha Foerster
Sebastian Gießmann
Martin Grandjean
Franziska Heimburger
Christian Jacob
Mareike König
Marion Lamé
Lilian Landes
Matthias Lemke
Anika Meier
Benoît Majerus
Claudine Moulin
Pierre Mounier
Marc Mudrak
Cynthia Pedroja
Jean-Michel Salaün
Markus Schnöpf
Julian Schulz
Bertram Triebel
Milena Žic-Fuchs

Image : Yes we digital! by Martin Grandjean, CC-BY-SA.

English Version: Young Researchers in Digital Humanities: A Manifesto

Deutsche Fassung: Wissenschaftlicher Nachwuchs in den Digital Humanities: Ein Manifest

Versión española: Jóvenes Investigadores en Humanidades Digitales: un Manifiesto


dhiparis

Teamaccount der Redaktion. Forschen – Vermitteln – Qualifizieren: Das DHI Paris ist ein zentraler Akteur international ausgerichteter historischer Forschung im Verbund der Max Weber Stiftung, Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland.

More Posts

dhiparis

Teamaccount der Redaktion. Forschen – Vermitteln – Qualifizieren: Das DHI Paris ist ein zentraler Akteur international ausgerichteter historischer Forschung im Verbund der Max Weber Stiftung, Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Innocent LABIYI dit :

    Je suis d’accord avec Monsieur Emmanuel sur ce point, qu’un effort soit fait sur ce point.
    A plus!

  2. Emmanuel Wald dit :

    « Praticiens des sciences humaines, nous attachons une grande importance au dialogue et au multilinguisme. La publication en anglais n’a pas à être une norme exclusive, mais sera encouragée en complément de publications dans les autres langues. »

    J’aime beaucoup ce texte, et, en tant que jeune chercheur, je le soutiens globalement. Mais la partie que je cite ci-dessus me semble contradictoire : on ne peut pas déclarer à la fois son amour du multilinguisme et appeler au développement de l’importance de la langue anglaise dans les publications scientifiques (qui est déjà très grande !). À moyen terme, la recherche devra être en anglais pour atteindre les cercles institutionnels et donc avoir de la valeur, ce qui éloignera encore plus le public non-universitaire de la recherche, rendant les inepties comme « Métronome » encore plus courants. La prédominance de la langue anglaise est un grand frein au multilinguisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *