Les collections de l’IHA sur academia.edu

Le réseau social scientifique academia.edu attire de plus en plus de chercheurs en sciences humaines/SHS. Il permet de diffuser des travaux et de se mettre en réseau avec d’autres chercheurs du même champ de recherche : academia.edu génère des discussions et des échanges, comme on peut par exemple en connaître à la suite d’un colloque.

Pour accroître la visibilité des collections de l’IHA, celles-ci disposent désormais de comptes academia.edu : Ateliers des DHIP, Beihefte der Francia, discussions, Études et documents pour une Gallia Pontificia, Histoire franco-allemande, Instrumenta et Pariser Historische Studien. La collection Scholar Guide de perspectivia.net, dont le premier numéro a été édité par l’IHA, a également son propre profil sur academia.edu.

En rejoignant academia.edu, l’IHA souhaite en particulier attirer l’attention des chercheurs sur ses collections retronumérisées disponibles en libre accès sur la plateforme de publication perspectivia.net ainsi que sur ses publications numériques en natif également accessibles sur cette plateforme. Par ailleurs, les comptes des collections permettront de signaler les recensions parues sur des publications de l’IHA et d’annoncer les ouvrages en préparation.

Les profils des collections ont pour vocation de renforcer la communauté des auteurs de l’IHA sur le réseau et de faire connaître le programme de chaque collection, également aux chercheurs qui, jusqu’à présent, n’associaient pas certaines de ces parutions à l’IHA.

academia.edu – comment et pourquoi ?

Sur le blog ArchéOrient-Le Blog, Christophe Benech a posté un guide pratique qui décrit les fonctions majeures d’academia.edu et soupèse les avantages et les lacunes de ce réseau social scientifique[i]. Sur le carnet de recherche Ordensgeschichte, il est possible de consulter le billet de Maria Rottler qui livre – en langue allemande – de bons conseils pour la création d’un profil academia.edu[ii]. Il ne s’agit donc ici que d’une brève présentation des principales visées de ce réseau et de son attrait.

Accroître sa visibilité et se mettre en réseau

En premier lieu, le réseau social scientifique academia.edu permet aux chercheurs de créer leur propre profil et d’y ajouter la liste de leurs publications et de leurs communications. Academia.edu accroît ainsi la présence des chercheurs sur le Net – la visibilité d’un profil academia.edu est souvent bien plus grande que celle de certains sites Web des institutions auxquelles les chercheurs sont affiliés – et leur permet d’actualiser leurs profils à leur guise et à leur rythme. En cas de changement d’institution, academia.edu assure une présence continue des publications et des communications avec leurs références complètes.

Pour les jeunes chercheurs et doctorants qui n’ont pas encore ou peu de publications et ouvrages à leur actif, l’intérêt d’academia.edu est d’attirer l’attention d’autres chercheurs sur leur projet de recherche en phase d’élaboration. Les chercheurs peuvent s’abonner à des domaines d’intérêt, signalés sur leur profil. Tous les profils academia.edu renseignés avec les mêmes domaines d’intérêt reçoivent dans leur “Newsfeeds/Timeline” (fil d’actualités) les nouvelles contributions dont les thèmes se rapportent aux domaines d’intérêt abonnés. C’est le même principe pour les entrées de chaque chercheur (publications, communications, etc.) : en leur attribuant des “Research Interests”, des mots-clés, elles apparaîtront dans les Newsfeeds d’autres chercheurs.

Quant aux chercheurs établis, academia.edu leur permet de remarquer les jeunes chercheurs qui partagent les mêmes domaines d’intérêt.

D’autre part, il est possible de s’abonner à des profils individuels. Contrairement à d’autres réseaux sociaux comme Facebook, l’usage de la fonction “Follow” sur academia.edu a l’avantage d’être motivé explicitement par un intérêt scientifique. Le chercheur que l’on “suit” n’est en aucune façon contraint d’en faire de même en retour – bien que cela soit souvent le cas.

Des profils individualisés

Chacun configure son profil selon ses besoins. Des rubriques – “Sections” – sont suggérées d’emblée : “Books”, “Papers”, “Talks”, “Conference Presentations”, “Book Reviews” (recensions des publications d’autres chercheurs) et “Teaching Documents”. Mais l’on peut également créer d’autres sections, comme par exemple “Blogs”, “Reviewed” (recensions des propres publications du chercheur) ou encore des sections par époques et par thèmes. Ce procédé est notamment recommandé pour les chercheurs particulièrement polyvalents et auteurs de nombreuses publications.

academia_kohle

Un exemple de profil sur academia.edu avec les publications classées par thème et par époque.

 

Statistiques

Les profils academia.edu sont publics et peuvent être consultés sans inscription préalable. Ainsi, tout le monde peut suivre le nombre de consultations obtenu par chaque entrée ou document. Il en va de même pour le nombre de visites sur votre profil. Dans la rubrique “Analytics”, on peut voir le pays d’origine des visiteurs, les entrées qu’ils ont consultées et, s’ils ne sont pas inscrits sur academia.edu et qu’ils sont arrivés sur votre profil via un moteur de recherche, les mots-clés de leur recherche. Les “Analytics” représentent donc un outil utile pour évaluer quelles contributions intéressent le plus la communauté scientifique.

Conseils et astuces

Non seulement l’interface est anglophone, mais la communauté academia.edu s’exprime également majoritairement en anglais – ce qui se reflète dans les “Research Interests”. Il est recommandé de saisir les mots-clés en anglais. Mais l’on peut bien entendu en ajouter dans d’autres langues.

Les “Research Interests” attribués aux entrées doivent être le plus large possible. Academia.edu n’est pas régi par les principes restrictifs de catalogage et de classification des bibliothèques. Au contraire, pour toucher le plus grand nombre de membres, l’éventail de mots-clés attribués aux différentes entrées ne saurait être assez large. Lors du choix des mots-clés pour vos contributions, articles et ouvrages, il est recommandé de saisir également les thèmes et champs de recherches subsidiaires. Une liste de domaines d’intérêt déjà existants apparaît automatiquement dans la barre de saisie les “Research Interests”. La fréquence dees mots-clés est également indiquée. Si deux mots-clés/domaines d’intérêt sont quasiment identiques, il est recommandé en principe de préférer celui qui cumule le plus d’occurrences, ou mieux encore : choisir les deux.

Il est possible de télécharger directement ses publications au format PDF sur academia.edu. Toutefois, pour les auteurs de l’IHA dont les publications sont déjà accessibles en libre accès sur perspectivia.net, il est préférable d’ignorer cette fonction. En effet, les moteurs de recherche pénalisent les contenus présents en plusieurs exemplaires sur le web. Votre publication sera ainsi moins haut placée dans leur classement. Veillez en revanche à indiquer le lien vers cette publication sur perspectivia.net.

julian-fuehrer-question

Un exemple d’appel à contributions diffusé sous forme de question.

Les “Questions” permettent de toucher davantage de membres que les annonces faites dans la rubrique “Posts” : il est possible en effet d’attribuer des mots-clés aux questions et de les diffuser à un plus large public academia.edu, tandis que les annonces du type Post n’apparaissent que dans les actualités de vos “Followers”. Ainsi, un appel à contributions formulé sous forme de question jouira d’une meilleure diffusion.

Vous pouvez certainement trouver conseil sur le fonctionnement du réseau auprès des chercheurs de votre institution déjà membres. Il est également possible d’inviter via “Invite” d’autres chercheurs à joindre academia.edu.

Depuis quelques semaines, une nouvelle fonction, “Share”, est disponible. Grâce à celle-ci vous pouvez par exemple partager les entrées postées sur les profils des collections de l’IHA dans les Newsfeeds de votre profil academia.edu ou bien encore sur Facebook et Twitter.

Appel aux auteurs de l’IHA

Pour finir, un petit appel : consultez les profils des collections de l’IHA sur academia.edu et vérifiez que les Research Interest retenus pour vos publications sont bien pertinents et assez généreusement choisis. Le cas échéant, nous serions ravis de recevoir vos remarques sur les mots-clés que vous souhaiteriez voir rajoutés. Signalez-nous également les recensions de vos publications qui ne sont pas listées afin que nous procédions à leur ajout.

Créez un profil et abonnez-vous à ceux des collections de l’IHA : vous participerez ainsi activement à la diffusion des résultats de vos recherches. Francia-Retro et Francia-Recensio, mais également un compte général pour perspectivia.net et trois autres comptes perspectivia.net par époque (Mittelalter, Frühe Neuzeit und Neueste Geschichte) sont disponibles en tant que “Journals” sur academia.edu. Vous pouvez ainsi vous y abonner pour recevoir dans votre Newsfeed l’indication de nouvelles publications sur perspectivia.net. Sur le réseau academia.edu, d’autres plateformes de publication telle que La Vie des idées ont également fait le choix d’être présentes en tant que “Journal”, au sens large.


  1. Christophe Benech, Academia.edu: le réseau social scientifique préféré des SHS, in: ArchéOrient-Le Blog, 12.4.2013, http://archeorient.hypotheses.org/792. []
  1. Maria Rottler, Share and follow research – Academia.edu, in: Ordensgeschichte, 20.2.2013, http://ordensgeschichte.hypotheses.org/2663. []

Claudie Paye

Claudie Paye ist Historikerin und arbeitet über die napoleonische Zeit in den deutschen Territorien.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedInGoogle Plus

Claudie Paye

Claudie Paye ist Historikerin und arbeitet über die napoleonische Zeit in den deutschen Territorien.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *